Retour à la page d'accueil BioTop Les diabètes    Retour à la page d'accueil Diabète

Date de la dernière modification
:
19-05-2017


III - GÉNÉTIQUE ET DIABÈTES

     La France est le premier pays du monde qui a entrepris de constituer une banque d'ADN à partir de familles atteintes de diabète. Cette collection est inestimable et permet de nombreuses recherches sur des gènes suspectés d'intervenir dans l'apparition d'un diabète. 

1 - Le diabète insulinodépendant (type I)

     Parmi toutes les familles recensées qui présentent un DID, on estime à 10% seulement celles qui  transmettent  le diabète de façon héréditaire "classique". Les autres formes sont considérées comme consécutives aux facteurs psychosomatiques et/ou environnementaux. Mais depuis quelques années, les chercheurs des nombreuses équipes qui travaillent sur l'influence des gènes sur les diabètes, ont montré qu'il existe au moins une quinzaine de gènes dits "de susceptibilité" du DID.

Schéma 23 : Rôle des gènes dans le DID

 

2 - Le diabète non insulinodépendant (type II)

Schéma 24 : Rôle des gènes dans le DNID

MODY = Maturity Onset type Diabetes of the Young. Il s’agit d’une forme de diabète non insulinodépendant (DNID) ou diabète de type II, qui a deux particularités : il est identifiable dès l’enfance ou l’adolescence, d’où son nom : Maturity-Onset Diabetes of the Young, ou diabète de type adulte chez le jeune et il est familial, transmis selon une hérédité autosomique dominante : on le retrouve dans les deux sexes, chez la moitié des sujets dans chaque génération (fratrie) au sein d’une famille

HNF
= Hepatie Nuclear Factor.

IPF
= Insuline Promoteur Factor.

Haut de page    Page précédente