Retour à la page d'accueil  Groupes sanguins et facteur rhésus  Retour au menu microbiologie  Retour vers la liste des manipulations
Avec du sang certifié de laboratoire


Date de la dernière modification
:
22-04-2017

Important : en 1993, une circulaire interdit toute manipulation avec du sang humain dans les lycées et collèges (hormis la section SMS). Ces pages s'adressent donc à cette section, avec les précautions d'usage (sang provenant d'un laboratoire d'analyses biochimiques et médicales, certifié indemne de VIH et d'hépatite).

PRINCIPE  Lorsqu'un corps étranger ou antigène (AG) est introduit dans notre organisme (organe non compatible, sang anisogroupe, bactérie, virus, pollen ...), notre système immunitaire fabrique un anticorps (AC) capable de le neutraliser. Les réactions sont complexes et mettent en jeu de nombreux éléments : polynucléaires, lymphocytes, complément ...   

En ce qui concerne le sang, les 4 groupes sont déterminés par la présence ou l'absence de 2 protéines  agglutinogènes, jouant le rôle d'antigènes, à la surface des hématies et appelées A et B

Particularité : les AC existent de façon naturelle dans le sang. Ce sont les agglutinines a (anti A) et b (anti B). C'est ainsi qu'une personne du groupe A possède la protéine A sur ses hématies et possède également l'agglutinine b (anti B) dans son plasma. Voir tableau. 

Exemple : si l'on transfuse du sang B à un sujet A, ses AC b vont agglutiner le sang B et atteindre du même coup le sang du receveur. C'est l'accident hémolytique (hémo = sang). 

Remarque : Si la quantité de sang à transfuser est importante, (supérieure à 1 litre), et à plus forte raison s'il s'agit d'une exsanguino-transfusion ou d'une circulation extracorporelle, on ne doit pas injecter de sang dont les AC agglutineraient ou revêtiraient les globules du receveur. La transfusion devient alors nécessairement isogroupe

FACTEUR RHÉSUS : même principe que les groupes sanguins, mais totalement indépendant de ces groupes.

   85% des humains ont cette protéine (= agglutinogène) et sont Rh+ (DD ou Dd). 15% ne l'ont pas et sont Rh- (dd). On utilise un sérum anti Rh (ou anti D) pour la détermination. A noter cependant que les anticorps anti Rh n'existent pas de façon naturelle dans le sang  

A) MATÉRIEL  

   * Sérum anti A, anti B, anti AB, anti H, anti D (ou anti Rh1).

   * Autolet, aiguilles stériles, coton, antiseptique, pansements.

   * Lames, baguettes en bois (type cure-dents), poubelle de table. 

B) PRÉPARATION DE LA LAME     (on peut le faire sur la feuille, dernier tableau) 

    Avec l'autolet et une aiguille stérile, on pique l'extrémité d'un doigt préalablement nettoyé avec un antiseptique liquide et on dépose 1 goutte de sang au milieu de chacune des 5 cases. On ajoute une goutte de chacun des sérums, sans toucher le sang. Avec un bâtonnet en bois, on mélange la goutte de sang et le sérum. Après 30 secondes environ, on bouge la feuille ou la lame d'un mouvement circulaire en la laissant à plat. 

On interprète en comparant aux schémas.

Remarque : sur les hématies de tous les groupes existe la substance H. Sur un groupe A "fort", (ou B ou AB), il y en a très peu => anti H - . Sur un groupe A "faible", il y en a plus => anti H +. Chez une personne O : ni A, ni B => uniquement H => anti H +.

Conclusion : anti H est + chez tous les O, mais n'est pas caractéristique de ce groupe.

Retour à la page d'accueil  Retour au menu microbiologie  Retour vers la liste des manipulations