Retour à la page d'accueil  Retour au menu microbiologie  Retour vers la liste des manipulations   Cellules contractiles     BioTop
Le muscle strié


Date de la dernière modification
:
23-04-2017

A) MATÉRIEL  

* Un morceau de viande de bœuf (ébouillanté pendant 20 à 30 minutes au laboratoire)

* Microscope, lames, lamelles, aiguilles montées, iode, bleu de méthylène, cuves à coloration.

B) PRÉPARATION DE LA LAME

* On pose sur la lame un petit morceau de muscle (viande de bœuf par exemple) et, avec une aiguille, on le dilacère le plus finement possible, pour dissocier au maximum les fibres.

* On ajoute une goutte d'eau et on couvre d'une lamelle.

* On peut ensuite placer, sur le bord de la lamelle, une goutte d'iode ou de bleu de méthylène.

* Après quelques instants, on observe au fort grossissement.

 

C) OBSERVATIONS ET INTERPRÉTATION  

* On distingue des fibres. Chaque fibre est en fait une cellule musculaire. Chez l'homme, une cellule a une longueur d'environ 4 à 5 cm et un diamètre de 50 à 150 microns.

* La fibre ou cellule est entourée d'une membrane très fine.

* L'intérieur, le cytoplasme contient de nombreux noyaux. (À l'état naturel, ce cytoplasme est coloré en rouge par la myoglobine).

* On distingue dans chaque cellule, des fibrilles musculaires ou myofibrilles, formées de disques clairs I et de disques sombres A, ce qui produit cet aspect strié caractéristique.

* Avec des microscopes plus performants, on constate que chaque disque sombre A contient une bande claire, la strie H, et que chaque disque clair I est traversé par un trait fin : la strie Z.

   Sans entrer dans le détail, retenons que cette structure correspond à un ensemble d'unités contractiles ou sarcomères, compris entre 2 stries Z.

Retour à la page d'accueil  Retour au menu microbiologie  Retour vers la liste des manipulations