Retour à la page d'accueil  E - TERMINOLOGIE MEDICALE - E  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-11-2017

Échin(o)-     Du latin echinus, ou du grec ekhinos, oursin, hérisson. La racine "échin(o)-" a aussi donné le mot échine, mot qui a donné de nombreuses expressions au sens figuré, mais aussi en anatomie et dans divers domaines, dont l'architecture.


Échinides - Échinococcose - Échinococcose alvéolaire - Échinococcose disséminée - Échinococcose hépatique - Échinococcose multiloculaire - Échinococcose uniloculaire - Echinococcus - Echinococcus granulosus - Echinococcus multilocularis - Échinocoque - Échinocyte - Échinodermes -

Échinococcose   Échinococcose hépatique - Echinococcus   Échinocoque
Parasitologie et santé publique  -  [Angl. : Echinococcosis, Hepatic echinococcosis, Echonococcus, Echinococcus]    N. f.  * échino : du latin echinus, du grec ekhinos [échin(o)-], oursin, hérisson ; * cocco : du grec kokkos [cocc(o)-, -coccie, -coque], graine, relatif aux microorganismes sphériques ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    L'échinococcose (ou échinococcose hépatique) est une maladie parasitaire qui se transmet à l'homme (surtout dans le nord-est de la France) à partir de baies sauvages (par ex.) souillées par les excréments de renard ou par la manipulation de cadavres de renards. Ceux-ci peuvent contenir des œufs d'un ver cestode, le ténia échinocoque (Echinococcus),  vivant à l'état adulte dans l'intestin de certains carnassiers dont le renard.
    Les larves de ce ténia se retrouvent alors tout naturellement dans les excréments. Ces larves se développent dans le foie de plusieurs mammifères, dont l'homme, y développant de nombreux alvéoles. Sans traitement, le foie est progressivement détruit et la nécrose atteint ensuite les organes voisins (un habitant de Moselle de 49 ans est décédé en 2003 de l'échinococcose).
    Le traitement consiste, après diagnostic de la parasitose, en l'ablation de la partie contaminée du foie ou une greffe de foie sain, seule manière de guérir définitivement un malade, suivi d'un traitement antiparasitaire médicamenteux.      Haut de page

Échinococcose multiloculaire   Echinococcus multilocularis   Échinococcose alvéolaire
Parasitologie et santé publique  -  [Angl. : Multilocular echinococcosis, id, Alveolar echinococcosis]    N. f.  * échino : du latin echinus, du grec ekhinos [échin(o)-], oursin, hérisson ; * cocco : du grec kokkos [cocc(o)-, -coccie, -coque], graine, relatif aux microorganismes sphériques ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    L'échinococcose multiloculaire (* multi : du latin multi, nombreux ; * loculaire : du latin locus, localis [-location], lieu, localisation) connue aussi sous le nom d'échinococcose alvéolaire (* alvéolaire : du latin alveolus, de alveus [alvéol(o)-, alvéolaire], cavité de ruche, désigne en biologie une petite cavité) est une maladie parasitaire qui se transmet à l'homme (surtout dans le nord-est de la France) à partir de baies sauvages (par ex.) souillées par les excréments de renard ou par la manipulation de cadavres de renards. Ceux-ci peuvent contenir des œufs d'un ver cestode, le ténia échinocoque (Echinococcus multilocularis),  vivant à l'état adulte dans l'intestin de certains carnassiers dont le renard.
    Les larves de ce ténia se retrouvent alors tout naturellement dans les excréments. Ces larves se développent dans le foie de plusieurs mammifères, dont l'homme, y développant de nombreux alvéoles. Sans traitement, le foie est progressivement détruit et la nécrose atteint ensuite les organes voisins (un habitant de Moselle de 49 ans est décédé en 2003 de l'échinococcose).
    Le traitement consiste, après diagnostic de la parasitose, en l'ablation de la partie contaminée du foie ou une greffe de foie sain, seule manière de guérir définitivement un malade, suivi d'un traitement antiparasitaire médicamenteux.      Haut de page

Échinococcose uniloculaire   Echinococcus granulosus   Échinococcose disséminée
Parasitologie et santé publique  -  [Angl. : Unilocular echinococcosis, Echinococcus granulosus, Disseminated echinococcosis]    N. f.  * échino : du latin echinus, du grec ekhinos [échin(o)-], oursin, hérisson ; * cocco : du grec kokkos [cocc(o)-, -coccie, -coque], graine, relatif aux microorganismes sphériques ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * uni : du latin unus, un seul, unique ; * loculaire : du latin locus, localis [-location], lieu, localisation. 
    L'échinococcose uniloculaire est aussi connue sous le nom de kyste hydatique (du grec hudatis [hydatid(o)-], petite tumeur contenant du liquide aqueux, ou relatif à la larve du ténia échinocoque qui se développe dans le foie de plusieurs mammifères et de l’homme) : ce terme désigne à la fois une petite vésicule contenant un liquide aqueux ou un stade larvaire d'un ténia du chien : Echinococcus granulosus, qui se développe dans le foie et prend la forme d'une vésicule sphérique de taille variable, pouvant atteindre la volume d'une tête d'enfant et contenant à terme plusieurs milliers de scolex. La rupture de cette hydatide provoque une maladie redoutable : l'échinococcose. Cette parasitose demeure un véritable fléau dans le monde en général et dans le bassin méditerranéen, le Nord et l'Est de l'Afrique et l'Amérique du Sud en particulier. Elle constitue un véritable problème de santé publique aussi bien pour le cheptel que pour l'homme.
    Tous les organes peuvent être affectés, mais le foie (60%) et les poumons (20%), sont les sites les plus atteints chez l'adulte alors que chez l'enfant, c'est le poumon qui prend la première place. Lorsque le kyste hydatique de rompt, les très nombreux scolex sont libérés et sont susceptibles de créer des kystes dans tout l'organisme : c'est l'échinococcose disséminée, qui ne peut plus être traitée par chirurgie, mais uniquement par voie médicamenteuse : Albendazole (DCI ou dénomination commune internationale) par ex. notamment dans le Zentel ®.      Haut de page

Échinocyte
Hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Echinocyte]    N. m.  * échino : du latin echinus, du grec ekhinos [échin(o)-], oursin, hérisson ; * cyte : du grec kutos [-cyte, cyto], cellule. 
    Un échinocyte est une hématie ou globule rouge qui a une forme d'oursin (on parle aussi d'acanthocyte - du grec akantha, [acanth(o)-] épine ; préfixe ou racine exprimant une forme  en épine ou une sensation de piqûre), ou de feuille d'acanthe, résultant d'une anémie hémolytique. Il s'agit ici d'une anomalie liée à la membrane même de l'hématie qui contient trop de cholestérol.
    La rate détruit systématiquement ces hématies anormales et il en résulte souvent une anémie. Ces échinocytes se rencontrent aussi dans l'urémie.      Haut de page

Échinodermes   Échinides
Zoologie  -  [Angl. : Echonodermata, Echinus]    N. m.  * échino : du latin echinus, du grec ekhinos [échin(o)-], oursin, hérisson ; * derme : du grec derma, dermatos [derm(o)-, dermat(o)-, -dermie], peau. 
    Les échinodermes constituent un embranchement du règne animal (parmi les Invertébrés) et sont représentés par 2 sous-embranchements :
* Les Pelmatozoaires qui représentent les Échinodermes primitifs, fixés par un pédoncule, toujours à l'état larvaire, très généralement à l'état adulte. La bouche est sur la même face que l'anus, au centre d'un cercle de bras. Ce sont les Crinoïdes actuels car tous les autres ne subsistent plus que sous forme de fossiles.
* Les Éleuthérozoaires qui sont libres. La bouche et l'anus sont opposés et ils comprennent 4 classes :
    - Les Holothurides ou holothuries ou concombres de mer
    - Les Astérides ou astéries ou étoiles de mer
    - Les Ophiurides ou ophiures, sortes d'étoiles de mer avec des bras très fins dont certains font penser à des queues de lézards
    - Les Échinides plus connus sous le nom de oursins.      Haut de page