Retour à la page d'accueil  E - TERMINOLOGIE MEDICALE - E  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-11-2017

Élast(o)-     Du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile. Se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; en biologie, caractérise l’élastine, scléroprotéine constituant les fibres du tissu élastique.


Élastance - Élastase - Élasticité - Élastine - Élastique - Élastographe - Élastographie - Élastome - Élastome diffus - Élastome intrapapillaire verruciforme - Élastome juvénile - Élastome perforant intrapapillaire verruciforme - Élastome perforant serpigineux - Élastomère - Élastomètre - Élastomucine - Élastopathie - Élastorrhexie - Élastorrhexie systématisée

Élastance 
Physiologie respiratoire  -  [Angl. : Elastance]    N. f.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * -ance : suffixe qui transforme un adjectif en un substantif ; ex. élastique, élastance.  
    L'élastance est une valeur calculée en faisant le rapport entre la pression d'un fluide et le volume du réservoir élastique qui le contient. En physiologie respiratoire, c'est la variation de la pression de l'air intrapulmonaire induite par la variation correspondante du volume pulmonaire. La valeur de l'élastance est l'inverse de celle de la compliance.       Haut de page

Élastase
Endocrinologie et métabolismes, médecine biologique, biochimie  -  [Angl. : Elastase]   N. f.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * ase : du suffixe -ase, -asie, qui signifie enzyme, synonyme de diastase.  
    Contenue dans le suc pancréatique, l'élastase est une enzyme protéolytique, capable d'hydrolyser les protides (notamment l'élastine) en polypeptides puis en oligopeptides et en acides aminés.

    Elle est sécrétée sous forme de proélastase inactive, puis transformée dans la lumière intestinale en élastase active par la trypsine.        Haut de page

Élasticité   Élastique 
Physiologie  -  [Angl. : Elasticity, Elastic]    N. f.   * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * ité : du suffixe -(e)té, -(i)té qui transforme un adjectif en substantif.  
    L'élasticité est la propriété d'un corps, d'un organe ou d'un tissu de pouvoir se distendre et de revenir ensuite à sa forme et à ses dimensions d'origine.
    Élastique : propriété d'un corps qui est doué d'élasticité.        Haut de page

Élastine
Histologie, cytologie, médecine biologique  -  [Angl. : Elastin]    N. f.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif.  
    L'élastine est une scléroprotéine (famille des protéines fibreuses et insolubles dans l'eau, comme le collagène et les kératines) présente dans les tissus élastiques, donc dans les tissus conjonctifs, insoluble dans l'eau et qui peut être catalysée par la trypsine et la pepsine. L'élastine se rapproche des fibres de collagène mais n'a pas la même composition en acides aminés.
    Les fibres de l'aorte sont formées de microfibrilles de diamètre uniforme ; en microscopie électronique, elles ne présentent aucune périodicité transversale comparable à celle des fibres collagéniques ou musculaires. Ces microfibrilles sont des unités structurales entièrement composées d'élastine.
    L'élastine a une extensibilité comparable à celle du caoutchouc. Elle est très riche en glycocolle, alanine, valine et proline et elle ne contient pas de cystine. Sa teneur en hydroxyproline est faible, comparativement au collagène. Les propriétés d'extensibilité de l'élastine s'expliquent par l'existence d'un pontage particulier entre les chaînes peptidiques qui permet leur glissement et leur retour à l'état initial.        Haut de page

Élastographie   Élastographe
Hématologie ; médecine biologique  -  [Angl. : Elastography, Elastograph]    N. f.   * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire.  
    L'élastographie ou plus exactement la thromboélastographie (syn. thrombodynamographie) est une méthode physique grâce à laquelle on peut suivre, par vision directe continue et enregistrement photographique, toutes les phases de la formation et de la rétractation d'un caillot sanguin ou plasmatique.
    Cette technique permet d'étudier la coagulabilité globale sous ses deux aspects :
* un aspect cinétique, limité à la notion de temps, dans lequel se déroulent les réactions enzymatiques de la coagulation, pendant la phase dite plasmatique ;
* un aspect dynamique, lié à la nature, à la qualité et aux proportions relatives des constituants du caillot qui conditionnent sa structure (phase fibrinoplaquettaire).
    Cette thromboélastographie permet d'étudier la coagulation dans des conditions aussi proches que possibles de celles qui se produisent in vivo. L'appareil permettant ces mesures est l'élastographe ou thromboélastographe ou thrombodynamographe.         Haut de page

Élastome   Élastome diffus   Élastome juvénile   Élastome perforant intrapapillaire verruciforme   Élastome intrapapillaire verruciforme   Élastome perforant serpigineux
Dermatologie, chirurgie  -  [Angl. : Elastoma, Diffuse elastoma, Intracapillary perforant verruciform elastoma, Intracapillary verruciform elastoma, Serpiginous perforant elastoma]    N. m.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction.  
    L'élastome est une tumeur du tissu cutané, formé par une hyperplasie des tissus élastiques ou accumulation d'élastine (voir ci-dessus). Les dermatologues distinguent plusieurs formes d'élastomes :
* Une forme dite sénile : l'élastome diffus. Les fibres d'élastine sont altérées et gonflées, formant une bande feutrée sous l'épiderme qui s'en trouve aminci et coloré.
* L'élastome intrapapillaire perforant verruciforme ou élastome perforant verruciforme : cette pathologie apparaît essentiellement sur les faces latérales du cou et se traduit par la formation d'élastomes dans les papilles du derme. Il en résulte des bouchons cornés qui perforent l'épiderme et forment des papules.
    Syn. : élastome perforant serpigineux (l'adjectif serpigineux qualifie une lésion cutanée irrégulière, présentant des ondulations et des cercles concentriques et susceptible de s'étendre - du latin pop. serpigo, ou du latin class. serpere, ramper).
* L'élastome juvénile : cette forme de nævus simple existe dès la naissance et forme des placards sur les cuisses, le bas-ventre et les lombes. Les éléments sont de petites tumeurs disséminées qui atteignent 10 à 15 mm.        Haut de page

Élastomère
Biologie, médecine biologique  -  [Angl. : Elastomer]    N. m.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * mère : du grec meros [mér(o)-, mérisme, -mère], partie, élément.  
    Un élastomère est un polymère qui a des propriétés d'élasticité et de ductilité, comme le caoutchouc ou le polyuréthane, par exemple.          Haut de page

Élastomètre
Biologie, médecine biologique  -  [Angl. : Elastometer]    N. m.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * mètre : du grec metron, [-mètre, métr(ie)], mesure.  
    Un élastomètre est un appareil qui permet de mesurer l'élasticité d'un tissu.         Haut de page

Élastomucine
Biologie, médecine biologique  -  [Angl. : Elastomucin]    N. f.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * mucine : du latin mucus, mucosus [muc(o)-, -muqueux, -mucine],  humeur visqueuse contenant des protides, sécrétée par des tissus de revêtement, destinée à retenir poussières et microbes.  
      L'élastomucine est l'un des composants du tissu élastique, particulièrement riche en mucopolysaccharides.
         Haut de page

Élastopathie
Biologie, médecine biologique  -  [Angl. : Elastopathy]    N. f.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel.  
    Une élastopathie est une affection qui correspond généralement à un déficit en tissus élastiques, ce déficit pouvant avoir une origine congénitale ou acquise.
         Haut de page

Élastorrhexie   Élastorrhexie systématisée
Biologie, médecine biologique  -  [Angl. : Elastorrhexis, Systemic elastorrhexis]    N. f.  * élasto : du latin scientifique elasticus, du grec elastos, elatos, ductile ; se dit d'un corps qui a la propriété de reprendre totalement ou partiellement sa forme après avoir été comprimé, distendu ou déformé ; * rrhexie : du grec rhexis [-rrhexie, -rrhexis], cassure, brisure.  
    Dans l'élastorrhexie, les fibres d'élastine dégénèrent et les tissus qui les contiennent deviennent particulièrement fragiles, se rompant parfois au moindre effort. On connaît une forme congénitale : l'élastorrhexie systématisée, dans laquelle ce sont les fibres élastiques des vaisseaux du cœur qui se rompent. On aperçoit aussi des lésions vasculaires sur le fond de l'œil.            Haut de page