Retour à la page d'accueil  E - TERMINOLOGIE MEDICALE - E  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-11-2017

End(o)-     Du grec endon : en dedans. L'élément "endo-" est souvent opposé à "exo-", du latin ex- (préfixe ou racine), qui signifie hors de, et du grec exô, au-dehors.
Ent(o)-      Du grec entos : en-dedans, à l'intérieur. L'élément "ento-" lui est synonyme (a donc la même signification que "endo-").


Endartériectomie  - Endartériose de Leriche - Endartériose oblitérante juvénile - Endoblaste - Endobrachyœsophage - Endobuccal - Endocarde - Endocardite - Endocholécystectomie - Endocrine - Endocrinie - Endocrinien - Endocrinoglandulaire - Endocrinologie - Endocrinologie et métabolisme - Endocrinologiste - Endocrinologue - Endocytose - Endoderme - Endogastrique - Endogastrite - Endogène - Endogenèse - Endoluminal - EndomètreEndométrie - Endométriome - Endométriose - Endométriosique - Endométrite - Endométrite cervicale - Endométrite déciduiforme - Endomorphe - Endoneural - Endoparasite - Endophlébite - Endophytique - Endoradiothérapie - Endoscope - Endoscopie - Endoscopie digestive - Endoscopique - Endosmose - Endothélial - Endothéline - Endothélium - Endotoxémique - Entoblaste - Entoderme -

Endartériectomie
Angiologie et médecine vasculaire, chirurgie cardiaque et vasculaire, imagerie médicale et interventionnelle
  -  [Angl. : Endarterectomy, endarteriectomy]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * artério : du latin arteria et du grec artêria, vaisseau qui porte le sang du cœur vers les différents organes ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation. 
    Traitement d'une artère (par ex. carotidienne) oblitérée par un thrombus ou une plaque athéromateuse. L'endartériectomie se pratique
- soit par voie interne (dans la lumière de l'artère) avec introduction d'un cathéter muni d'un ballonnet gonflable (c'est l'angioplastie transluminale),
- soit par voie externe, en anesthésie générale ou locorégionale. 
    L'opération est généralement précédée d'examens qui vont donner de précieux renseignement sur l'état des artères : l'écho-Doppler et l'artériographie (éventuellement scanner ou IRM).      Haut de page

Endartériose de Leriche   Endartériose oblitérante juvénile
Angiologie et médecine vasculaire, chirurgie générale  -  [Angl. : Endarteritis of Leriche, Juvenile endarteritis obliterans]   N. f.  * endo : du grec endon [endo-], au-dedans ; * artério : du latin arteria et du grec artêria [artéri(o)-, -artériel], relatif à une artère, vaisseau qui porte le sang du cœur vers les différents organes ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    L'endartériose oblitérante affecte les structures vasculaires distales (c'est-à-dire aux extrémités) des membres. Les personnes les plus atteintes sont en général des hommes jeunes tabagiques chez lesquels le tabac a une action spastique, c'est-à-dire qu'il réduit le calibre des vaisseaux sanguins, et les sémites d'Europe centrale (dans ce cas, la maladie a une origine génétique).
    Cette pathologie se traduit par une artérite (inflammation des parois des vaisseaux sanguins, notamment de l'intima) distale des jambes et/ou des bras, accompagnée de douleurs parfois très vives, de thromboses veineuses ou artérielles qui touche les vaisseaux de calibre moyen et d'ulcérations.

    Sans traitement, la mort peut survenir en quelques années, parfois dans un temps encore plus court, car les vaisseaux rétrécis n'apportent plus assez d'oxygène aux orteils ou aux doigts et la gangrène peut apparaître rapidement. Par temps froid, les extrémités deviennent blanches, puis bleues et enfin rouges.
    Chez les fumeurs, les vasodilatateurs sont rarement opérants et seul l'arrêt immédiat et total du tabagisme peut enrayer l'évolution de la maladie.
    La thromboangéite oblitérante ou thrombangéite oblitérante est aussi connue sous le nom de maladie de Léo Buerger (chirurgien urologique américain, né à Vienne - Autriche - le 13.09.1879, mort en 1943), d'endartériose de Leriche, de thromboangiose de Leriche, de thromboangéite oblitérante, de thromboartérite juvénile et d'endartérite oblitérante juvénile.     Haut de page

Endobrachyœsophage
Gastroentérologie, chirurgie digestive
  -  [Angl. : Barrett's esophagus]   N. m.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * brachy : du grec brakhus [brachy-], court ; * œsophage : du grec oisophagos [œsophag(o)-], qui porte ce que l’on mange, en rapport avec l’œsophage.
    Anomalie congénitale caractérisée par un œsophage trop court et la présence d'une partie de l'estomac dans le thorax. La physiopathologie de l'endobrachyœsophage est encore mal connue et les traitements reposent sur les anti-RGO (reflux gastroœsophagiens), ou sur la chirurgie réparatrice. 
    Syn. : brachyœsophage, EBO ou œsophage de Barrett.     Haut de page

Endobuccal
Odontostomatologie
  -  [Angl. : Endobuccal]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * buccal : du latin scientifique bucca [bucc(o)-, -buccal], bouche. 
    Qui concerne l'intérieur de la bouche. Exemples : examen endobuccal, affection endobuccale, chirurgie endobuccale pour implantation de prothèse définitive. L'examen endobuccal pratiqué par le dentiste peut être visuel pour détecter les caries ou anomalies dentaires ; il peut aussi être bactériologique, par prélèvement transmis au laboratoire pour analyse.  Intérieur de la bouche        Haut de page

Endocarde
Anatomie, cardiologie
  -  [Angl. : Endocardium]   N. m.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * carde : du grec kardia [cardio, -carde, -cardie], cœur. 
    C'est la membrane qui tapisse les cavités du cœur, les valves et les cordages. Il comporte un endothélium (épithélium pavimenteux simple) en continuité avec celui des vaisseaux ; il est associé par l'intermédiaire de sa lame basale à une couche sous-endothéliale de tissu fibroélastique auquel se mêlent des cellules musculaires lisses.
    Au niveau des cordages et des valvules, il est au contact d'un tissu conjonctif dense, tandis qu'au niveau des cavités il est séparé du myocarde par une couche sous-endocardique de tissu conjonctif lâche bien vascularisé renfermant des fibres nerveuses, des vaisseaux sanguins de petit calibre et dans les ventricules les ramifications du tissu conducteur du réseau de Purkinje.          Haut de page

Endocardite
Cardiologie, pharmacologie
  -  [Angl. : Endocarditis]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * cardio : du grec kardia [cardio, -carde, -cardie], cœur ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    Inflammation partielle ou totale de la tunique interne du cœur ou endocarde. Elle peut se limiter aux valves (endocardite valvulaire) ou être généralisée à toute la paroi interne (endocardite pariétale), accompagnée souvent d'une modification des bruits cardiaques.
    Dans de nombreux cas, elle est due à une infection bactérienne. L’échodoppler cardiaque est un examen simple, rapide et précieux qui permet le diagnostic d’endocardite en montrant des lésions caractéristiques (végétations).           Haut de page

Endocholécystectomie
Hépatologie, chirurgie digestive
  -  [Angl. : Endocholecystectomy]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * cholo, cholé :
du grec kholê [chol(é)], bile ; * cysto : du grec kustis [-cyste, cyst(o)], vessie ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation. 
    C'est l'ablation chirurgicale de la vésicule biliaire, nécessitée dans la plupart des cas par la présence d'un nombre plus ou moins important de lithiases ou calculs biliaires, entraînant une cholécystite aigüe. Selon le type de pathologie (présence ou non de calculs dans le canal cholédoque ...) le chirurgien fera
- une cholécystectomie "ouverte" avec incision de l'abdomen, ou
- une cholécystectomie laparoscopique (dite aussi par cœlioscopie) ou endocholécystectomie.
    Dans ce dernier cas, l'abdomen est gonflé de CO2 et une lumière froide, une caméra et les différents instruments sont introduits par 3 ou 4 petits orifices. Cette technique permet une hospitalisation plus courte et une diminution des douleurs abdominales.  Schéma du foie, du pancréas et de leurs canaux d'excrétion
           Haut de page

Endocrine   Endocrinie   Endocrinien
Endocrinologie et métabolismes
  -  [Angl. : Endocrine, Endocrinium, Endocrinal]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * crine, crinie, crinien  : du grec ekkrinein [-crine, -crinien, -crinienne], excréter. 
    Adj. utilisé pour qualifier une glande ou une cellule qui déverse ses produits de sécrétion (ou hormones) directement dans le sang (milieu intérieur), sans utiliser de canal excréteur, ce qui explique la présence systématique d'un réseau capillaire à proximité.
    L'hypothalamus, l'hypophyse, les ovaires, les testicules, les capsules surrénales, la thyroïde, entre autres, sont des glandes endocrines. 
Endocrinien
: adj. qui se rapporte aux glandes endocrines ou à leurs sécrétions. 
Endocrinie
: n. f.  sécrétion d'une hormone dans le sang, à partir d'une glande ou d'une cellule endocrine.  Sécrétion et dispersion d'une hormone      Haut de page

Endocrinoglandulaire
Endocrinologie et métabolismes  -  [Angl. : Endocrinoglandular]   Adj.  * endo- : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * crino-  : du grec ekkrinein [-crine, -crinien, -crinienne], excréter ; * glandulaire : du latin glandula, de glans, glandis, gland ; en médecine, une glande est un organe destiné à élaborer certaines substances à l’extérieur du corps ou dans le milieu intérieur. 
    L'adjectif endocrinoglandulaire caractérise ce qui se rapporte aux glandes endocrines. On définit ainsi, par exemple, une suractivité endocrinoglandulaire prépubertaire, lorsque les sécrétions des glandes endocrines chez un jeune enfant sont excessives par rapport à ce que l'on considère comme la normale pour son âge.    Haut de page

Endocrinologie   Endocrinologiste   Endocrinologue   Endocrinologie et métabolisme   
Endocrinologie et métabolismes  -  [Angl. : Endocrinology, Endocrinologist]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * crino : du grec ekkrinein [-crine, -crinien, -crinienne], excréter ; * logie : du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison. 
    Branche de la physiologie et de la médecine qui étudie la structure, la fonction et la régulation des glandes hormonales, ainsi que la nature et les effets de leurs sécrétions.
    Endocrinologue
: médecin ou physiologiste spécialisé dans l'étude des glandes endocrines et de leurs sécrétions.
    Syn. : endocrinologiste.      Haut de page

Endocytose
Cytologie histologie, métabolisme  -  [Angl. : Endocytosis]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * cytose : du grec kutos [cyt(o)-, -cyte, -cytie, -cytaire], cellule.  
    À l'intérieur de la cellule, au niveau de l'appareil de Golgi, des vésicules de transport quittent la face trans des saccules et déversent leur contenu dans le milieu extracellulaire. En même temps, les cellules acquièrent des substances de l'environnement en les entourant d'une enveloppe membranaire.
    L'endocytose est l'entrée de matières (molécules de nutriments et sels minéraux, hormones, entre autres) dans la cellule. La membrane plasmique (cellulaire) s'invagine et forme une poche qui finit par se refermer. S'il s'agit de molécules utiles pour la cellule, la vésicule s'ouvre et déverse son contenu dans le cytoplasme.
    La membrane de la vésicule vide migre ensuite vers la membrane plasmique et fusionne avec elle.

    Il y a ainsi constamment des échanges de fragments membranaires entre la membrane plasmique et certains organites, dont l'appareil de Golgi. Dans de très nombreux cas, les substances extracellulaires sont reconnues par des récepteurs membranaires. Ex. acétylcholine, nombreuses hormones, cholestérol LDL ...
    De telles régions de la membrane sont appelées des puits recouverts car leur surface interne est recouverte d'autres protéines fibreuses, dont la plus connue est la clathrine. Au contact molécule - récepteur, il y a formation d'une vésicule recouverte d'endocytose. À noter que l'on appelle ligand une hormone, un virus ... qui vient se fixer sur un récepteur membranaire.  Schéma de l'endocytose et de l'exocytose      Haut de page

Endogène   Endogenèse
Physiologie, histologie cytologie, médecine biologique  -  [Angl. : Endogenic, endogenous, Endogeny, endogenesis]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * gène, genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre. 
    L'adjectif endogène signifie : qui a son origine ou qui se développe à l'intérieur de l'organisme, indépendamment des facteurs externes. Endogène (syn. entogène) s'oppose ainsi à exogène.
    L'endogenèse est la multiplication cellulaire, à l'intérieur d'une cellule mère, cette multiplication aboutissant à la création de plusieurs cellules filles.      Haut de page

Endoluminal
Anatomie
  -  [Angl. : Intraluminal]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * luminal : du latin lumen [-luminal], lumière ; en biologie, désigne l’intérieur d’un vaisseau ou d’une cavité. 
    Qui se trouve à l'intérieur (dans la lumière) d'un vaisseau, d'un conduit ou d'une cavité de l'organisme. Exemple : le stent endoluminal, prothèse en forme de ressort qui est placée dans une artère après traitement d'un athérome par angioplastie (technique du ballonnet).       Haut de page

Endomètre
Anatomie, gynécologie obstétrique
  -  [Angl. : Endometrium]   N. m.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * mètre : du grec mêtro [-mètre, métr(o)-, -métrie], matrice, relatif à l'utérus. 
    Muqueuse interne de la cavité utérine, dont l'épaisseur varie au cours du cycle, sous l'influence de deux hormones ovariennes : l'œstrogène (œstradiol) et la progestérone.  L'endomètre atteint son épaisseur maximale en fin de cycle et, s'il n'y a pas eu de fécondation, la chute des hormones ovariennes provoque son délitement.
    L'essentiel de ce revêtement est alors expulsé par le col de l'utérus et le vagin pendant 4 à 5 jours : ce sont les règles. Le premier jour des règles est le premier jour du nouveau cycle. Modifications cycliques de l'endomètre       Haut de page

Endométrie
Anatomie, imagerie médicale  -  [Angl. : Endometry]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * métrie : du grec metron, [-mètre, métr(ie)], mesure. 
    L'endométrie est la mesure des dimensions internes d'un organe creux et donc de sa capacité ou volume interne. En odontostomatologie, le chirurgien-dentiste peut être amené, au cours d'un traitement de racine, de pratiquer une endométrie.
    "Sont considérées comme endométrie toutes les méthodes qui permettent l'ajustement exact de la longueur des instruments à canaux ; soit à l'aide d'appareils de mesure électriques, soit à l'aide de moyens métriques".        Haut de page

Endométriose   Endométriome   Endométriosique
Gynécologie obstétrique, chirurgie gynécologique
  -  [Angl. : Endometriosis, Endometrioma, Endometriosic]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * métro : du grec mêtro [-mètre, métr(o)-, -métrie], matrice, relatif à l'utérus ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    C'est la présence, à l'intérieur ou en-dehors de l'utérus, d'un ou plusieurs amas histologiquement semblables à l'endomètre : les endométriomes. On estime que près de 10 % des femmes de 30 à 40 ans seraient atteintes à des degrés divers, d'endométriose. Ces amas siègent de préférence au niveau des ovaires, du cul-de-sac postérieur et des ligaments utérosacrés.
    Les symptômes de cette affection se caractérisent par leur périodicité et les lésions sont généralement découvertes de façon fortuite, lors d'un examen effectué pour une autre recherche.
    On évoque souvent les "6 D" qui caractérisent l'endométriose :
- dyspareunie (rapports sexuels douloureux avec saignements),
- dysménorrhée (règles anormales en temps ou en volume),
- dysovulation,
- douleur pelvienne chronique,
- défécation (selles) douloureuse, diarrhées,
- dysurie (miction impérieuse et douloureuse).
    Tous les examens classiques, mais surtout la cœlioscopie et l'IRM, mettent en évidence l'endométriose. Dans les formes graves, le traitement est hormonal ou chirurgical. 
    Endométriosique
: adj. relatif à l'endométriose ou qui est assimilé à un endométriome.       Haut de page

Endométrite   Endométrite cervicale   Endométrite déciduiforme
Gynécologie obstétrique, chirurgie gynécologique  -  [Angl. : Endometritis, Cervical endometritis, Deciduiform endometritis]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * métro : du grec mêtro [-mètre, métr(o)-, -métrie], matrice, relatif à l'utérus ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    D'une façon générale, l'endométrite est l'inflammation de l'endomètre, c'est-à-dire de la muqueuse interne de l'utérus. Lorsque cette inflammation affecte le col de l'utérus ou cervix, on parle d'endométrite cervicale.
    Elle peut également résulter d'un excès de sécrétion de lutéine et provoquer alors des métrorragies (saignements en-dehors de la période normale des règles). Dans ce cas, il s'agit d'une endométrite déciduiforme.

* décidu(i) : du latin deciduus [décidu(a)-], qui tombe ; en rapport avec la caduque, muqueuse de l'utérus produite pendant la grossesse et qui est expulsée pendant la délivrance ; * forme : du latin forma [-forme], moule, aspect.         Haut de page

Endomorphe
Anatomie, morphologie  -  [Angl. : Endomorphic]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * type : du grec tupos [-type, -typie, -typique], empreinte, modèle.  
   Le morphotype est l'ensemble des caractéristiques physiques naturelles qui permettent de classer un individu. Dans la classification, dite de W. H. Sheldon (médecin psychologue américain 1899 - 1977) on distingue 3 types corporels principaux auxquels sont associés 3 types psychologiques (tableau ci-dessous).
    Mais il existe bien d'autres classifications. Pour plus de détails, voir "type"    Les différents types morphologiques humains        Haut de page

Endoneural
Neurologie, cytologie histologie  -  [Angl. : Endoneural]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * neural : du grec neuron [neur(o)-, -neural, -neurie], nerf. 
    L'adjectif endoneural caractérise ce qui se trouve ou ce qui se passe à l'intérieur d'un nerf. Ex. œdème endoneural, granulome endoneural.        Haut de page

Endoparasite
Parasitologie pathologies infectieuses et tropicales
  -  [Angl. : Endoparasite]   N. m.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * parasite : du latin parasitus, du grec parasitos [parasit(o)-], nourriture, qui vit aux dépends des autres. 
    Qualifie un être vivant, animal ou végétal, qui se nourrit et vit aux dépends d'un hôte, à l'intérieur de celui-ci.       Haut de page

Endophlébite
Angiologie et médecine vasculaire, pharmacologie
  -  [Angl. : Endophlebitis]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * phlébo : du grec phlebs, phlebos [phléb(o)-], veine ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire.
    Inflammation de la paroi (ou tunique) interne d'une veine. Cette pathologie est fréquemment à l'origine de la dilatation variqueuse (apparition de varices). L'endophlébite peut être ou non liée à une prolifération bactérienne et on connaît certaines formes pyogènes (qui engendrent la formation de pus).        Haut de page

Endophytique
Anatomopathologie, oncologie  -  [Angl. : Endophytic]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * phytique : du grec phuton, phuein [-phyte, phyt(o)-], plante, végétal, mais aussi bourgeon, excroissance, « végétation », croûte. 
      En anatomopathologie et cancérologie, l'adjectif exophytique caractérise une tumeur qui bourgeonne vers l'extérieur de l'organe ou vers la lumière si cet organe est creux. Bien que ne figurant pas (encore) dans les dictionnaires, l'adjectif s'est progressivement imposé dans le langage médical et on le retrouve dans de nombreux rapports d'anatomie pathologique.
    Il s'oppose à endophytique, lequel qualifie une tumeur qui bourgeonne vers l'intérieur, c'est-à-dire qui est plus envahissante.        Haut de page

Endoradiothérapie
Médecine nucléaire, imagerie médicale, cancérologie oncologie  -  [Angl. : Endoradiotherapy]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * radio : du latin radius [radio-], rayon, rayonnement, radiation ; * thérapie : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner. 
    Connue aussi sous le nom de radiothérapie intracavitaire, l'endoradiothérapie est une technique relativement récente qui consiste à introduire la source de rayonnement dans un canal naturel (vagin, rectum, œsophage ...) proche de la tumeur à irradier. Cette technique est utilisée par exemple pour les cancers de la prostate.       Haut de page

Endoscope   Endoscopie   Endoscopique
Chirurgie digestive, néphrologie urologie, chirurgie respiratoire, imagerie médicale et interventionnelle
  -  [Angl. : Endoscope, Endoscopy, Endoscopic]   N. m.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * scope, scopie : du grec endon [endo-], au-dedans et du grec skopein, [-scope, -scopie, -scopique], regarder. 
    L'endoscopie (ou vidéoendoscopie) est une technique qui permet de visualiser l'intérieur d'un organe grâce à une caméra vidéo miniaturisée placée à l'extrémité d'un endoscope. L'image est enregistrée et restituée sur un ou plusieurs moniteurs.
    Cette technique est en général interventionnelle, c'est-à-dire qu'elle permet en plus d'intervenir chirurgicalement si nécessaire, grâce à des instruments équipant l'endoscope (ablation de polypes dans le côlon par exemple). Les organes ou cavités que l'on peut ainsi observer sont nombreux grâce à des systèmes adaptés : la presque totalité du tube digestif, les voies respiratoires hautes (pharynx, larynx, trachée et bronches), la cavité abdominale, le système urinaire (urètre, vessie, uretères et bassinet), des articulations (genou, épaule), entre autres.
    Dans certains cas, il est nécessaire d'injecter un gaz neutre (CO2 par exemple) pour permettre une meilleure visualisation : cavité abdominale, articulation). 
    Adj. : endoscopique : qui se rapporte à l'endoscopie.       Haut de page

Endosmose
Biochimie, médecine biologique, cytologie  -  [Angl. : Endosmosis]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * osmose : du grec ôsmos [osm(o)-, osmose, osmotique], poussée, impulsion.
    L'osmose est le mouvement de l'eau (ou d'un autre solvant) vers une région de plus faible potentiel aqueux, où la concentration des molécules dissoutes ou des ions est plus élevée. Le milieu de plus forte concentration est hypertonique (*) par rapport au milieu de plus faible concentration qui lui est hypotonique.
    Ce principe de l'osmose doit être respecté dans de nombreux cas : perfusions, concentrations des engrais pour les végétaux ... Dans cet exemple, on parle d'osmonocivité, car l'injection intraveineuse d'un soluté de concentration différente de celle du sérum sanguin provoque une pathologie (l'hémolyse).

(*) Hypertonique : * hyper : du grec huper [hyper-], au-dessus (anatomie) ou supérieur à la normale, en intensité ou en quantité ; * tonie : du grec tonos [ton(o)-, tonie, tonine], tension. Cet adjectif qualifie une solution qui exerce une pression osmotique supérieure à celle d'une autre solution. Lorsqu'on met une solution hypertonique en contact avec une solution qui lui est hypotonique par l'intermédiaire d'une membrane biologique (semi-perméable), le fait qu'elle ait une concentration totale plus élevée en substance dissoutes attire par osmose, l'eau de l'autre solution.
    La solution hypertonique se dilue progressivement, alors que la solution hypotonique perd de l'eau et se concentre. Le phénomène s'arrête lorsque les deux solutions sont isotoniques. Ce phénomène est très important dans les transfusions par voie intraveineuse : les solutés doivent être isotoniques du plasma.
    En d'autres termes : la pression osmotique fait passer l'eau du milieu le moins concentré (dont la concentration va de ce fait augmenter) vers le milieu de plus concentré (l'arrivée d'eau fait diminuer sa concentration) jusqu'à ce que les deux milieux soient isotoniques (pressions osmotiques égales).
    Osmotique : adj. qui se rapporte à l'osmose ou qui qualifie un flux de solvant en rapport avec l'osmose. Ex. la pression osmotique. Cette pression osmotique est la pression qu'exerce une solution aqueuse sur une membrane semi-perméable que seule l'eau peut traverser. Elle peut être mesurée avec un osmomètre (du grec metron, [-mètre, métr(ie)], mesure).
    L'osmométrie est la mesure de la pression osmotique.
    Ad. : osmométrique : qui se rapporte à l'osmométrie.
    L'osmologie (du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison) est l'étude des phénomènes d'osmose. Par rapport à un milieu donné, il y a endosmose si l'eau entre dans ce milieu, exosmose si l'eau en sort.
Schémas : * Principe de l'osmose  * Exemple des globules rouges ou hématies        Haut de page

Endothélium   Endothélial
Anatomie, histologie cytologie  -  [Angl. : Endothelium, Endothelial]   N. m.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * thélium : du grec thêlê [-thélium], mamelon du sein. L’épithélium désignait autrefois la peau du mamelon. La terminaison « -thélium » est utilisée pour désigner divers tissus. 
    L'endothélium est une membrane formée d'une seule couche de cellules planes et polygonales, qui tapisse la face interne des vaisseaux sanguins et lymphatiques, mais aussi des membranes séreuses et synoviales. Il permet les échanges entre la lumière des vaisseaux et les tissus interstitiels.
    Il joue également un rôle fondamental dans les réactions de vasoconstriction et de vasodilatation, ainsi que dans les processus d'agrégation plaquettaire, c'est-à-dire dans les premiers stades de la constitution d'un caillot ou thrombose.
    Adj. : endothélial : qui se rapporte à un endothélium.      Haut de page

Endothéline
Médecine biologique, angiologie  -  [Angl. : Endothelin]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * théline : du grec thêlê [-thélium], mamelon du sein. L’épithélium désignait autrefois la peau du mamelon. La terminaison « -thélium » est utilisée pour désigner divers tissus. 
    L'endothéline (ET) est un peptide connu pour le fait que c'est le plus puissant vasoconstricteur et bronchoconstricteur endogène connu. Elle a aussi pour effet d'augmenter le rythme et la force des contractions cardiaques.
    L'endothéline doit son nom au fait qu'elle est produite par les cellules endothéliales, à partir de deux précurseurs qui sont la proendothéline et la big-endothéline et, de par ses propriétés vasoconstrictrices, elle agit directement sur la TA (tension artérielle).
    Il existe en réalité 3 endothélines différentes, découvertes successivement et nommées ET-1, ET-2 et ET-3, mais seule la première a une activité reconnue. Les endothélines pourraient être à l'origine de certaines formes d'HTA (hypertension artérielle).       Haut de page

Endoscopie digestive
Chirurgie digestive, imagerie médicale et interventionnelle  -  [Angl. : Digestive endoscopy]   N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * scopie : du grec endon [endo-], au-dedans et du grec skopein, [-scope, -scopie, -scopique], regarder. 
    Les endoscopes actuels (ou vidéoendoscopes) permettent l'observation de la presque totalité de l'appareil digestif (pharynx, œsophage, estomac, duodénum et une petite partie du jéjunum ou intestin grêle), rectum, côlon et une petite partie de l'iléon. Cette technique est en général interventionnelle, c'est-à-dire qu'elle permet en plus d'intervenir chirurgicalement si nécessaire, grâce à des instruments équipant l'endoscope (ablation de polypes dans le côlon par exemple). Il reste donc une portion de plusieurs mètres de l'intestin grêle qui n'est pas accessible à l'endoscopie classique. 

    Une toute nouvelle technique : la capsule endoscopique (ou capsule vidéoendoscopique), permet aujourd'hui de parcourir la totalité de l'intestin grêle et d'en visualiser l'intérieur. Il s'agit d'une capsule de 3,7 grammes, mesurant 26 mm de long et 11 mm de diamètre. Elle est munie de diodes électroluminescentes qui envoient des flashs lumineux toutes les 20 millisecondes, et transmet environ 50 000 images à un holter (système d'enregistrement porté à la ceinture) pendant son trajet qui dure en moyenne 8 heures.
    La capsule vidéoendoscopique permet d'explorer 98% de l'intestin grêle et révèle des pathologies tels des saignements digestifs, des cancers.
    Le CHU de Strasbourg est l'un des centres qui utilisent actuellement cette technique. Un autre intérêt non négligeable : le patient avale sa capsule et sort immédiatement de l'hôpital. Il n'y a ni anesthésie, ni insufflation d'air, ni hospitalisation.       Haut de page

Endotoxémique
Médecine biologique, hématologie, toxicologie
  -  [Angl. : Endotoxemic]   Adj.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * toxi : du latin toxicum, du grec toxikon de toxon [toxi-, -toxoïde], arc (à cause des flèches empoisonnées), donc poison ; * émique : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang. 
    Choc endotoxémique
: complication rare mais grave liée à la transfusion d'un produit contaminé par une bactérie libérant des endotoxines (asepsie défectueuse lors du prélèvement, bactériémie chez le donneur). Il peut être prévenu par la conservation à 4° C et l'utilisation rapide des produits sans rupture de la chaîne du froid.       Haut de page

Entoblaste   Endoblaste   Entoderme   Endoderme
Embryologie  -  [Angl. : Entoblast, endoblast, Endoderme]   N. m.   * ento : du grec entos [ent(o)-], dedans, en-dedans, à l'intérieur ; * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * blaste : du grec blastos [-blaste, blast(o)-], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire, * derme : du grec derma, dermatos [derm(o)-, dermat(o)-, -dermie], peau
    Les quatre mots entoblaste, entoderme, endoblaste et endoderme sont synonymes. Ils désignent le feuillet interne du blastoderme qui formera la muqueuse intestinale et les glandes annexes, dont la vésicule ombilicale.
    C'est au 14e et au 15e jour que les cellules épiblastiques s'invaginent (gastrulation) et remplacent l'hypoblaste pour former l'endoderme définitif. Les trois feuillets définitifs du disque embryonnaire (ectoderme, mésoderme et endoderme) dérivent donc tous de l'épiblaste.       Haut de page

Endogastrite    Endogastrique
Gastroentérologie, pharmacologie  -  [Angl. : Endogastritis, Endogastric]    N. f.  * endo : du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * gastro : du grec gastêr [gastéro-, gastro-, gastre, gastrie], ventre, estomac ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire.
    Une endogastrite
(syn. gastrite), est une inflammation aigüe ou chronique de la muqueuse de l'estomac. Les causes d'une endogastrite peuvent être très nombreuses : ingestion de substances toxiques, hyperacidité, dyspepsies nerveuses, ulcères etc.
    Adj. : 
endogastrique : qui se rapporte à l'estomac ou plus précisément à l'intérieur de l'estomac.        Haut de page