Retour à la page d'accueil  E - TERMINOLOGIE MEDICALE - E  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-11-2017

Entér(o)-     Du grec enteron, entera, intestin, entrailles. Le préfixe "enter-", entér(o)-" a formé de nombreux composés en médecine qui indiquent tous une relation avec l'intestin.


Entéralgie - Entérectasie - Entérectomie - Entérique - Entérite - Entéritique - Enterobacter - Enterobacteriaceae - Entérobactérie - Entérocèle - Entérocolite - Entérocolite bactérienne - Entérocolite infectieuse - Entérocolite inflammatoire - Entérocolite nécrosante - Entérocolite tuberculeuse - Entérocolite virale - Entérocolique - Entérocyte - Entérodynie - Entéropathie - Entéropathie exsudative - Entéropathie mucinomembraneuse - Entéropathogène - Entéropexie - Entérorragie - Entérorraphie - Entérorraphie circulaire - Entérorraphie latérolatérale - Entérorraphie terminolatérale - Entérorraphie terminoterminale - Entéroscopie - Entérosténose - Entérostomie 

Entéralgie   Entérodynie
Gastroentérologie, algologie
  -  [Angl. : Enteralgia, Enterodynia]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * algie : du grec algos [algo-, -algie, -algique], douleur : odynie : du grec odunê [-odynie], douleur. 
    L'entéralgie désigne toute douleur ressentie au niveau de l'intestin, quelles qu'en soient les causes, l'intensité et les manifestations.
    Syn. : entérodynie (du grec odunê [-odynie], douleur).       Haut de page

Entérectasie
Gastroentérologie, chirurgie digestive 
[Angl. : Enterectasis]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * ectasie : du grec ektasis [ectasie], dilatation d'un segment d'organe creux ou d'un vaisseau. 
    Une entérectasie est une dilatation plus ou moins importante de l'intestin grêle. Parmi les causes possibles : entérosténose, occlusion, tumeur et pseudotumeur, entre autres.      Haut de page

Entérectomie
Gastroentérologie, chirurgie digestive 
[Angl. : Enterectomy]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation. 
    Pour le traitement de certaines pathologies de l'intestin grêle, le gastroentérologue et/ou le chirurgien peut être amené à en enlever une partie plus ou moins importante : c'est l'entérectomie. Elle peut être pratiquée en cas de tumeur, d'occlusion, entre autres.
    Selon les cas, les deux morceaux sectionnés seront recousus ou il sera procédé à une entérostomie (du grec stoma [stom(a)-, stomat(o)-, -stome, -stomie], bouche) provisoire ou définitive.           Haut de page

Entérique
Gastroentérologie, anatomie
  -  [Angl. : Enteric]   dj.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs. 
    Qui se rapporte à l'entéron ou intestin grêle. Exemples : système nerveux entérique, maladie entérique, hépatite à transmission entérique, canal omphaloentérique, gélules entériques etc. Intestin en place dans la cavité abdominale       Haut de page

Entérite   Entéritique
Gastroentérologie, pharmacologie
  -  [Angl. : Enteritis, Entericoid (fever)]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    Inflammation de la muqueuse de l'intestin grêle. L'entérite est généralement couplée à une gastrite (gastroentérite). Les formes sont nombreuses et plus ou moins graves selon l'agent responsable : intoxication, bactéries, virus ...
    Les symptômes vont de la simple douleur, aux crampes, vomissements et même hémorragies, nécrose de l'intestin (entérite aigüe nécrosante) etc.  
   Entéritique : adj. relatif à une entérite. Ex. : poussée entéritique.        Haut de page

Entérobactérie   Enterobacter   Enterobacteriaceae
Bactériologie, médecine biologique, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Enterobacteria, Enterobacter, Enterobacteriaceae]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * bactérie : du latin bacterium, créé en 1838 sur le grec baktêria [bactéri(o)-, bactérien], bâton, relatif aux bactéries. 
    Les entérobactéries se caractérisent par le fait qu'elles vivent dans l'intestin de l'homme et des animaux. Ce sont des bacilles, donc des bactéries en forme de bâtonnet, à Gram négatif.
    Il existe des formes naturellement présentes dans notre intestin, comme Escherichia coli et Proteus, qui ne deviennent pathogènes que de façon opportuniste, et des formes pathogènes, comme Salmonella, Shigella, Enterobacter, Serratia ... qui sont présentes dans les sols, les eaux usées stagnantes, les égouts, les déjections, et qui peuvent occasionnellement contaminer l'homme.
    Certaines espèces d'entérobactéries sont redoutées en milieu hospitalier car elles ont une grande résistance aux antibiotiques et peuvent provoquer des maladies nosocomiales.      Haut de page

Entérocèle   Entérocèle vaginale
Gastroentérologie, chirurgie digestive  -  [Angl. : Enterocele, Vaginale enterocele]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * cèle : du grec kêlê [-cèle], tumeur, hernie. 
    Une entérocèle est une hernie qui contient une ou plusieurs anses intestinales et rien d'autre.
    L'entérocèle vaginale (ou élytrocèle) est une hernie de l'intestin qui est descendue dans le cul-de-sac de Douglas (*) et qui peut refouler la paroi postérieure du vagin à travers la vulve.
* Douglas : du nom du médecin écossais James DOUGLAS, anatomiste (1675 - 1742).
  Dans la partie la plus inférieure de la cavité péritonéale (abdomen), le péritoine forme un cul-de-sac situé entre la vessie et le rectum chez l'homme, entre le vagin et le rectum chez la femme.       Haut de page

Entérocolite   Entérocolique   Entérocolite infectieuse   Entérocolite bactérienne   Entérocolite virale   Entérocolite tuberculeuse   Entérocolite inflammatoire   Entérocolite nécrosante
Gastroentérologie, chirurgie digestive, pharmacologie  -  [Angl. : Enterocolitis, Enterocolic, Infectious enterocolitis, Bacterial enterocolitis, Viral enterocolitis, Tuberculous enterocolitis, Inflammatory enterocolitis, Necrotizing enterocolitis]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * colo : du grec kôlon [colo-, colique], intestin ; racine des termes relatifs au côlon ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    L'entérocolite est une inflammation simultanée des muqueuses de l'entéron ou intestin grêle et du côlon ou gros intestin. Il existe de nombreuses formes de cette pathologie, dues essentiellement aux différents types de germes responsables (ce sont alors des entérocolites infectieuses), dont voici quelques exemples parmi les plus fréquentes.

* Dans l'entérocolite infectieuse, l'inflammation des muqueuses peut être due à une bactérie, un virus ou un autre parasite et la contamination se fait généralement par ingestion d'aliments infectés ou par contacts entre individus. Les symptômes sont souvent caractéristiques : diarrhées aqueuses ou sanglantes, crampes abdominales, vomissements, parfois fièvre.
* Dans l'entérocolite bactérienne, il peut s'agir de bactéries qui détruisent la muqueuse intestinale ou de toxines produites par ces bactéries.
* Dans l'entérocolite virale, c'est le plus souvent un rétrovirus qui touche les enfants et les personnes immunodéprimées.
* Il existe une forme d'entérocolite due à une tuberculose digestive.
* Il existe également des formes inflammatoires d'entérocolite, telle la maladie de Crohn.
* Certaines formes dites nécrosantes peuvent toucher des segments importants de l'iléon et/ou du côlon.   
    Adj. entérocolique : qui se rapporte en même temps à l'entéron et au côlon.         Haut de page

Entérocyte
Gastroentérologie, cytologie, histologie  -  [Angl. : Enterocyte]   N. m.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * cyte : du grec kutos [cyt(o)-, -cyte, -cytie, -cytaire], cellule. 
    L'entérocyte est la principale cellule de l'épithélium de la muqueuse intestinale. L'une de ses caractéristiques est la présence, au pôle apical (du côté de la lumière intestinale) d'un plateau strié ou bordure en brosse, constitué de microvillosités qui en augmentent considérablement la surface (celle-ci est estimée entre 100 et 200 m2.
    C'est au niveau de ce plateau que se produit le phénomène majeur de la digestion : l'absorption ou passage de l'eau, des électrolytes et des nutriments dans le système veineux porte. Ces cellules ont un renouvellement particulièrement rapide, de l'ordre de 3 à 4 jours.      Haut de page

Entéropathie   Entéropathie mucinomembraneuse   Entéropathie exsudative   Entéropathogène
Gastroentérologie, chirurgie digestive, pharmacologie  -  [Angl. : Enteropathy, Mucino-membranous enteropathy, Exsudative enteropathy, Enteropathogenic]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel. 
    Le mot entéropathie est un terme générique qui désigne toutes les affections de l'intestin, quelle que soit leur cause et leur importance. Parmi elles, l'entéropathie mucinomembraneuse, décrite ci-dessus sous le nom d'entérocolite.

* L'entéropathie exsudative, connue aussi sous le nom de lymphangiectasie intestinale ou maladie de Waldmann peut être une maladie génétique et correspond, de façon très schématique, à une fuite de protéines. Le sujet présente une dilatation anormale des vaisseaux lymphatiques sous muqueux et sous séreux de l'intestin, de nombreux œdèmes, une diarrhée et des douleurs abdominales.
    Les causes de cette maladie ne sont pas encore élucidées et les recherches s'orientent vers une malformation du système lymphatique, des lésions de l'épithélium digestif, voire même des affections cardiaques, hépatiques ou rénales. Cette fuite de protéines se traduit essentiellement au niveau des analyses sanguines : baisse générale des protéines, notamment de l'albumine, de l'IgG (immunoglobuline) et de la transferrine.
    Adj. entéropathogène : qualifie toute cause qui est responsable d'une pathologie intestinale.         Haut de page

Entéropexie
Chirurgie digestive, gastroentérologie
  -  [Angl. : Enteropexy]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * pexie : du grec pexis [-pexie], fixation. 
    Dans certains cas de ptose intestinale ou de prolapsus, une intervention de chirurgie réparatrice peut être envisagée : c'est l'entéropexie, qui consiste à fixer l'intestin aux structures environnantes.        Haut de page

Entérorragie
Imagerie médicale et interventionnelle, gastroentérologie, chirurgie digestive  -  [Angl. : Enterorrhagy]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * rragie : du grec rhagê [-rragie], éruption, jaillissement. 
    Une entérorragie est une hémorragie intestinale de sang rouge qui s'évacue naturellement par l'anus.          Haut de page

Entérorraphie   Entérorraphie circulaire   Entérorraphie terminoterminale   Entérorraphie latérolatérale   Entérorraphie terminolatérale
Imagerie médicale et interventionnelle, gastroentérologie, chirurgie digestive  -  [Angl. : Enterorrhaphy, Circular enterorrhaphy, End-to-end enterorrhaphy, Side-to-side enterorrhaphy, End-to-side enterorrhaphy]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * rraphie : du grec raphê [-rraphie], suture chirurgicale. 
    L'entérorraphie est une intervention de chirurgie digestive qui consiste à suturer une plaie de l'intestin (ou à refermer après une incision). Les chirurgiens distinguent plusieurs types de suture :
* L'entérorraphie circulaire ou terminoterminale consiste à suturer deux extrémités de l'intestin préalablement sectionné, généralement après suppression d'un segment.
* Entérorraphie latérolatérale : ce type de suture est pratiqué lorsque les deux anses intestinales ont été préalablement coupées de façon longitudinale.
* Dans l'entérorraphie terminolatérale, une anse qui a été sectionnée de façon circulaire est abouchée sur la paroi latérale d'une autre anse.        Haut de page

Entéroscopie
Imagerie médicale et interventionnelle, gastroentérologie
  -  [Angl. : Enteroscopy]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * scopie : du grec skopein, [-scope, -scopie, -scopique], regarder. 
    Les techniques d'endoscopie ne permettaient en principe d'explorer que le duodénum. De nouveaux endoscopes récemment mis au point, spécialement conçus pour l'intestin grêle, arrivent maintenant à explorer jusqu'à un mètre de jéjunum (après le duodénum) et 60 cm d'iléon (avant le côlon).       Haut de page

Entérosténose
Gastroentérologie, chirurgie digestive
  -  [Angl. : Enterostenosis]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * sténose : du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel.   
    L'entérosténose est un rétrécissement pouvant aller jusqu'à l'occlusion, de l'intestin. Ce dernier cas nécessite une intervention chirurgicale en urgence, car la rétention (aliments, boissons et sécrétions digestives) peut atteindre 10 litres par jour et provoquer une gangrène.
    En cas de sténose courte, le gastroentérologue peut essayer de rétablir le transit par dilatation pneumatique. Si la sténose est longue (plus de 10 cm ; la résection est généralement envisagée.      Haut de page

Entérostomie
Chirurgie, gastroentérologie
  -  [Angl. : Enterostomy]   N. f.  * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entéral, -entère, -entérique], intestin ; * stomie : du grec stoma [stom(a)-, stomat(o)-, -stome, -stomie], bouche.  
    L'entérostomie est une stomatothérapie qui consiste à aboucher (relier) l'intestin à la paroi abdominale (colostomie pour le côlon ou gros intestin, iléostomie pour l'iléon, partie la plus longue de l'intestin grêle). Cette opération est pratiquée après section et/ou ablation d'une portion de l'intestin (tumeur, perforation ...), pour mettre le segment aval au repos.
    La partie située en amont de la section est reliée à une stomie (anus artificiel) et à une poche qui collecte les matières. Une nouvelle opération est parfois programmée pour supprimer la stomie et rétablir le transit normal jusqu'à l'anus.     Haut de page