Retour à la page d'accueil  E - TERMINOLOGIE MEDICALE - E  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-11-2017

Estr(o)-, Œstr(o)-     Du grec oistros [œstr(o)-], fureur, relatif à l’œstrus. L'œstrus est l'ensemble des modifications du vagin et de l’utérus sous l’influence des hormones ovariennes ; maintenant remplacé en français, dans la nouvelle orthographe, par estr(o)-.


Estradiène - Estradiol - Estral - Estriol - Estrogène - Estrogénique - Estrogénothérapie - Estromane - Estromanie - Estrone - Estroprogestatif - Estrus - Œstradiène - Œstradiol - Œstral - Œstriol - Œstrogène - Œstrogénique - Œstrogénothérapie - Œstromane - Œstromanie - Œstrone - Œstroprogestatif - Œstrus

Œstradiol   Estradiol   Œstradiène   Estradiène
Endocrinologie et métabolismes, médecine de la reproduction, gynécologie obstétrique  -  [Angl. : Oestradiol, Estradiol, Oestradiene, Estradiene]   N. m.
* œstro : du grec oistros [œstr(o)-], fureur, relatif à l’œstrus, modifications du vagin et de l’utérus sous l’influence des hormones ovariennes ; * di : du préfixe grec di, deux fois ; * ol : du suffixe -ol qui, en chimie organique, désigne la présence d’une fonction alcool.  
    Nouvelle orthographe : estradiol. Hormone sexuelle féminine synthétisée à partir du cholestérol, l'œstradiol est en fait la dihydrofolliculline, qui a la même action que la folliculine (c'est l'un des 3 œstrogènes). L'œstradiol est le plus actif des œstrogènes. L'essentiel sur le cycle sexuel féminin 
    Avant l'ovulation (14e jour du cycle qui commence le premier jour des règles), l'œstradiol est synthétisé par les cellules de la thèque interne du follicule ovarien. C'est cette hormone qui est responsable du développement de l'appareil reproducteur féminin et, à la puberté, de l'apparition des caractères sexuels secondaires.
    L'émission d'œstradiol par les ovaires est directement contrôlée par deux hormones hypophysaires (l'hypophyse est une petite glande du cerveau située sous l'hypothalamus - plancher du 4e ventricule) : la FSH ou hormone stimulant les follicules, ou folliculostimuline et la LH ou hormone lutéinisante.

    Pendant la presque totalité du cycle, l'œstradiol exerce un rétrocontrôle négatif sur l'hypophyse et donc sur la production de FSH et de LH. 24 à 36 heures avant l'ovulation, le taux d'œstradiol produit en plus grande quantité par le gros follicule de De Graaf, dépasse un certain seuil et le rétrocontrôle s'inverse : il devient positif, provoquant une augmentation importante du taux de FSH et LH dans le sang.
    C'est ce pic de LH (appelé "décharge ovulante") qui est responsable de la rupture du follicule de De Graaf et donc de l'ovulation. Immédiatement après cette ovulation, le rétrocontrôle de l'œstradiol sur l'hypophyse redevient négatif. 
    On appelle œstradiène ou estradiène le noyau de l'œstradiol. Les biochimistes distinguent 2 formes différentes (ce sont des isomères) de l'œstradiol : le ß-œstradiol ou composé naturel, qui est beaucoup plus actif que son isomère : l'alpha-œstradiol.       Haut de page

Œstrogène   Estrogène   Œstrogénique   Estrogénique   Œstrone   Estrone   Œstriol   Estriol
Endocrinologie et métabolismes, médecine de la reproduction, gynécologie obstétrique  -  [Angl. : Oestrogen, estrogen, oestrogenous, Oestrogenic, estrogenic, Oestrone, Estrone, Oestriol, Estriol]   N. m. 
* œstro : du grec oistros [œstr(o)-], fureur, relatif à l’œstrus, modifications du vagin et de l’utérus sous l’influence des hormones ovariennes ; * gène : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre. 
    En fait, il y a plusieurs œstrogènes ou estrogènes. Ce sont des hormones synthétisées à partir du cholestérol et produites par la thèque interne et la granulosa du follicule ovarien. La plus active des hormones de type œstrogènes est l'œstradiol. Leur action s'effectue essentiellement sur la prolifération des cellules de l'endomètre (revêtement interne de l'utérus), mais aussi sur les glandes du col de l'utérus et sur le métabolisme des glucides et des lipides.
    Au moment de la puberté, les œstrogènes sont responsables de l'apparition des caractères sexuels secondaires féminins. En biochimie, les œstrogènes sont classés parmi les phénolstéroïdes.
    Syn. : Estrogènes. En pharmacologie, les œstrogènes de synthèse sont utilisés pour lutter contre l'ostéoporose chez les femmes ménopausées, sous forme d'injections ou de produits transdermiques (gels ou patches), mais aussi pour la contraception. Voir œstroprogestatifs.

    L'œstrone ou estrone ou folliculine est la plus anciennement connue du groupe des œstrogènes ; elle résulte d'une oxydation de l'œstradiol.
    Autre œstrogène : l'œstriol ou estriol ou corps de Marrian, que l'on trouve dans l'urine et qui est un autre dérivé de l'oxydation de l'œstradiol. L'œstriol est plus abondant dans l'urine pendant la première partie du cycle, et on l'utilise, associé à la progestérone, dans le TSH (traitement substitutif hormonal) de la ménopause.     Haut de page

Œstromanie   Estromanie   Œstromane   Estromane
Psychiatrie psychologie, médecine de la reproduction  -  [Angl. : Oestromania, estromania, Oestromane, estromane]   N. f.  * œstro : du grec oistros [œstr(o)-], fureur, relatif à l’œstrus, modifications du vagin et de l’utérus sous l’influence des hormones ovariennes ; * manie : du latin mania [maniaco-, -maniaque, -manie], folie, habitude bizarre. 
    Pour les deux sexes, l'œstromanie (ou estromanie) désigne l'ensemble des manifestations de l'hyperexcitabilité génitale. Un œstromane ou (estromane) est un homme qui souffre d'œstromanie.     Haut de page

Œstroprogestatif   Estroprogestatif   Œstrogénothérapie   Estrogénothérapie
Endocrinologie et métabolismes, médecine de la reproduction, gynécologie obstétrique  -  [Angl. : Oestroprogestative, estroprogestative, Oestrogenotherapy, estrogenotherapy]   N. m. 
* œstro : du grec oistros [œstr(o)-], fureur, relatif à l’œstrus, modifications du vagin et de l’utérus sous l’influence des hormones ovariennes ; * pro : du grec pro [pro-], préfixe qui peut signifier : devant, avant, mais aussi favorable à, pour, à la place de ; * gestatif : du latin gestus, de gerere [-geste, -gestation, -gestion], faire ; en médecine, relatif à la grossesse. 
    Syn. : Estroprogestatif. Les œstroprogestatifs représentent une classe de médicaments dans lesquels les œstrogènes sont    associés à un progestatif. Ces médicaments sont essentiellement utilisés (œstrogénothérapie ou estrogénothérapie) pour les TSH (traitements substitutifs hormonaux) - lutte contre l'ostéoporose chez les femmes ménopausées par ex., et comme contraceptifs. 
    Dans ce cas, l'œstroprogestatif est composé d'un œstrogène de synthèse : l'éthynilestradiol et d'un progestatif : le norstéroïde ou une molécule dite de 3e génération qui évite les effets secondaires.      Haut de page

Œstrus   Estrus   Œstral   Estral
Endocrinologie et métabolismes, médecine de la reproduction, gynécologie obstétrique  -  [Angl. : Oestrus, estrus, Oestral, estral]   N. m.  * œstrus : du latin œstrus, du grec oistros, fureur. 
    L'œstrus ou estrus est l'ensemble des phénomènes biologiques, physiologiques et psychiques qui accompagnent le période de l'ovulation.
    Adj. : œstral ou estral : on parle du cycle œstral pour désigner l'ensemble des modifications qui se produisent au niveau du vagin et de l'utérus, sous l'influence des œstrogènes et de la progestérone, hormones ovariennes, et qui préparent la fécondation en créant les conditions favorables.      Haut de page