Retour à la page d'accueil  N - TERMINOLOGIE MEDICALE - N  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 11-07-2019

Narc(o)-     Du grec narkôtikos [narc(o)-, narcose, narcotique], qui provoque le sommeil, dérivé de narkê, engourdissement. En français, l'adjectif narcotique est substantivé dans le domaine médical, avec en plus le sens figuré de "ce qui fait dormir", partiellement concurrencé par l'adjectif soporifique, lorsqu'il a la valeur péjorative d'"endormant, ennuyeux".


Narcoanalyse - Narcohypnose - Narcolepsie - Narcoleptique - Narcomaniaque - Narcomanie - Narcose - Narcothérapie - Narcotique
Narcoanalyse   Narcohypnose   Narcothérapie
Psychiatrie psychologie, pharmacologie, neurologie  -  [Angl. : Narcoanalysis, Narcohypnosis, Narcotherapy]    N. f.  * narco : du grec narkê, de narkôtikos [narc(o)-, narcose, narcotique], engourdissement ; * analyse : du grec analusis de analuein [-analyse, -analytique], décomposer ; méthode qui va du composé au simple. 
    La narcoanalyse (ou narco-analyse) est une méthode d'exploration du psychisme, examen neurologique et/ou psychiatrique que le médecin pratique sur un patient après lui avoir administré des médicaments hypnotiques ou neuroleptiques. Cet examen a pour but essentiel de permettre au malade de faire réapparaître des contenus psychiques refoulés.
     Le fait de plonger une personne dans un état hypnotique en utilisant des substances hypnogènes est la narcohypnose (du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil).
    On appelle narcothérapie (du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner) le traitement de certaines pathologies par le sommeil artificiel provoqué par des médicaments hypnotiques.    Haut de page

Narcolepsie   Narcoleptique
Psychiatrie psychologie, pharmacologie, neurologie  -  [Angl. : Narcolepsy, Narcoleptic]    N. f.  * narco :
du grec narkê, de narkôtikos [narc(o)-, narcose, narcotique], engourdissement ; * lepsie, leptique : du grec leptos [lept(o)-, -lepsie, -leptique], mince, faible, qui affaiblit. 
    La narcolepsie est un besoin immédiat et irrépressible (contre lequel on ne peut pas résister) d'un profond sommeil. Le sujet s'endort plusieurs fois dans la journée (voire plusieurs dizaines de fois), et ce quelle que soit son activité. Ces "crises" de sommeil peuvent durer de quelques secondes à plusieurs heures et ne sont pas réparatrices. Lorsque la narcolepsie est associée à la cataplexie, il s'agit de la maladie de GÉLINEAU. La personne narcoleptique peut également devoir son état à la présence d'une tumeur cérébrale, d'une épilepsie, entre autres. Syn. : hypnolepsie.
       Haut de page

Narcose  
Psychiatrie psychologie, pharmacologie, neurologie  -  [Angl. : Narcosis]    N. f.  * narco :
du grec narkê, de narkôtikos [narc(o)-, narcose, narcotique], engourdissement ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La narcose est un sommeil artificiel (exemple l'anesthésie générale), provoqué par un ou plusieurs psychotropes. Voir aussi "narcotique".        Haut de page

Narcomanie   Narcomaniaque
Psychiatrie psychologie, pharmacologie, neurologie  -  [Angl. : Narcomania, Narcomaniac]    N. f.  * narco :du grec narkê, de narkôtikos [narc(o)-, narcose, narcotique], engourdissement ; * manie, maniaque : du latin mania [maniaco-, -maniaque, -manie], folie, habitude bizarre 
    Certaines personnes deviennent réellement dépendantes aux hypnotiques. Il s'agit d'une véritable toxicomanie appelée narcomanie. Le narcomaniaque présente un état de dépendance vis-à-vis de ces médicaments.        Haut de page

Narcotique
Psychiatrie psychologie, pharmacologie, neurologie  -  [Angl. : Narcotic]    N. m.  * narco :
du grec narkê, de narkôtikos [narc(o)-, narcose, narcotique], engourdissement; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d'autres substantifs. 
    Les narcotiques sont des substances médicamenteuses ou non,  utilisés comme anxiolytiques, analgésiques et anesthésiques. La France reconnaît la liste de référence des classes pharmacologiques de substances et de procédés dopants interdits, révisée et adoptée chaque année par le Groupe de suivi de la Convention contre le dopage du Conseil de l'Europe. L'arrêté du 2 février 2000 relatif aux substances et aux procédés mentionnés à l'article 17 de la loi n° 99-223 du 23 mars 1999 relative à la protection de la santé des sportifs et à la lutte contre le dopage.
     Dans ce cadre de lutte contre le dopage, les narcotiques appartiennent à la classe B et comprennent : Buprénorphine, dextromoramide, diamorphine (héroïne), hydrocodone, méthadone, morphine (une concentration supérieure à 1 microgramme par millilitre d'urine est considérée comme un résultat positif), pentazocine, péthidine, et substances apparentées par leurs effets pharmacologiques ou leur structure chimique.
    La codéine, le dextrométhorphan, le dextropropoxyphène, la dihydrocodéine, le diphénoxylate, l'éthylmorphine, la pholcodine, le propoxyphène et le tramadol ne sont pas interdits. Adj. : narcotique : qui provoque la narcose. Syn. : stupéfiant.       Haut de page