Retour à la page d'accueil  N - TERMINOLOGIE MEDICALE - N  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 8-04-2019

Néo-     Du grec neos [né(o)-], nouveau, jeune. En français, "néo-" entre dans la construction de nombreux mots et adjectifs avec l'idée de "nouveau", "récent", "modernisé", "renouvelé".


Néoangiogenèse - Néoarticulation - Néoarthrose - Néocerebellum - Néocervelet - Néocortex - Néoformation - Néoformé - Néogenèse - Néoglycogenèse - Néologisme - Néomycine - Néonatal - Néonatalogie - Néopallium - Néoplasie - Néoplasique - Néoplasme - Néoplastie - Néosalpingoplastie - Néosalpingostomie - NéosphincterNéostomie - Néoténie -

Néoangiogenèse
Angiologie, cancérologie  -  [Angl. : Neoangiogenesis]    N. f.  * néo : du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * angio : du grec aggeion [angio], vaisseau ; * géno, genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre.
    L’angiogenèse est le mécanisme responsable de la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. Ce processus est essentiel au développement normal des tissus puisque les vaisseaux sanguins assurent le transport du sang, apportent les éléments nutritifs et éliminent les déchets du métabolisme des cellules.
    Par contre, dans le cas du cancer, la néoangiogenèse a pour but de créer de nouveaux vaisseaux sanguins, assurant ainsi la nutrition et la croissance des tumeurs cancéreuses. Cette néoformation est sous l'influence de nombreux facteurs qui vont inhiber ou au contraire stimuler cette fabrication de nouveaux vaisseaux à partir de cellules endothéliales : protéases des cellules tumorales, facteurs de croissance dont VGEF (
vascular endothelial growth factor), entre autres.        Haut de page

Néoarthrose    Néoarticulation
Rhumatologie, chirurgie orthopédique et traumatologique
  -  [Angl. : Neoarthrosis]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * arthro : du grec arthron [arthr(o), arthrie], articulation ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Une néoarthrose ou néoarticulation est une articulation nouvelle, c'est-à-dire créée artificiellement. Les néoarthroses les plus fréquemment réalisées sont les articulations coxofémorales (bassin - fémur),  Une prothèse de hanche  du genou (entre fémur et tibia - péroné), de l'épaule (entre humérus et omoplate). La décision d'installer une néoarthrose dépend essentiellement du tableau clinique, mais aussi de l'âge du patient, car ces prothèses ont une durée de vie limitée (10 à 15 ans en moyenne).        Haut de page

Néocerebellum   Néocervelet
Neurologie, anatomie
  -  [Angl. : Neocerebellum]    N. m.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * cerebellum, cervelet : du latin cerebellum [cérébell(o)-, -cérébelleux], cervelet. 
    Le néocerebellum (ou néocérébellum) est la partie du cervelet la plus récemment formée. Elle est essentiellement formée par le lobe postérieur ou dorsal et une partie des lobes antérieurs, soit le tiers du vermis et des hémisphères cérébelleux. Le néocerebellum est au centre d'une boucle de régulation corticocérébellocorticale et est responsable de la composante temporelle du programme moteur qui sera accomplie par les aires prémotrices et motrices.
    Le néocerebellum reçoit outre les afférences proprioceptives, somesthésiques et sensorielles, des afférences corticales par l'intermédiaire des noyaux du pont et du pédoncule cérébelleux moyen ; il agit sur le noyau ventrolatéral du thalamus et par là sur le cortex moteur ; il intervient dans la régulation du geste. Syn. : néocervelet.   Haut de page

Néocortex   Néopallium
Neurologie, anatomie  -  [Angl. : Neocortex, neopallium or neopallia, isocortex]    N. m.  * néo : du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * cortex : du latin cortex, corticis, écorce, racine des termes relatifs au cortex (cérébral, surrénal) ; * pallium : du latin pallium, qui signifie manteau. 
    Le
néocortex ou néopallium ou isocortex homotypique (*) est phylogénétiquement parlant (donc du point de vue de l'évolution) le plus récent et le plus élaboré de l'écorce cérébrale, dont il constitue la majeure partie. C'est le point d'arrivée de toutes les voies sensitives et le point de départ de toutes les voies de la motricité volontaire.
    Histologiquement, il présente 6 couches cellulaires nettement différenciées qui sont, de la face externe ver  l'intérieur : la couche moléculaire, la couche granulaire externe, la couche pyramidale externe, la couche granulaire interne, la couche ganglionnaire ou pyramidale interne et la couche fusiforme.
    (*) L'isocortex hétérotypique ou paléocortex ne présente pas cette individualisation cellulaire en 6 couches distinctes.       Haut de page

Néoformation   Néoformé
Cancérologie, chirurgie générale
  -  [Angl. : Neoformation, Neoformed]    N. m.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * formation : du latin formatio [-formation], processus entraînant l’apparition de quelque chose qui n’existait pas antérieurement. 
    Une néoformation est un tissu de formation récente, constituant une tumeur bénigne (sans caractère cancéreux) ou maligne. Dans un tissu néoplasique ou néoformé, les cellules échappent au contrôle de la division cellulaire et se multiplient de façon anarchique, constituant une tumeur. La masse de cellules ainsi formée, appelée aussi tumeur ou néoplasme, peut remplacer progressivement un tissu préexistant. Si la néoformation est bénigne, il n'y a ni invasion, ni formation de métastases (exportation de cellules néoplasiques dans l'organisme et formation de nouvelles tumeurs). Adj. : néoformé.    Haut de page

Néogenèse
Histologie cytologie
  -  [Angl. : Neogenesis]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre. 
    Nouvelle formation. En biologie, la néogenèse correspond à la formation d'un nouveau tissu ou groupe de cellules. Exemple : la néogenèse des cellules des îlots de Langerhans dans le traitement du diabète de type I (DID ou diabète insulinodépendant), basée sur des injections de deux facteurs de croissance humains (brevet déposé par la firme pharmaceutique américaine Waratah). Cette néogenèse pancréatique a pour but de devenir une alternative à l'insulinothérapie.        Haut de page

Néoglycogenèse
Biochimie, hépatologie,
médecine biologique  -  [Angl. : Neoglycogenesis]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * glyco : du grec glukus [gluc(o)-  ou  glyc(o)-], de saveur sucrée. Le plus souvent : relatif au glucose ; * genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre.  
    Mécanisme qui aboutit à la synthèse du glycogène à partir d'un nombre important de molécules de glucose : n C6H12O6 (glucoses)  --->  (C6H10O5)n (glycogène) + n H2O, avec n pouvant atteindre 30 000. Cette synthèse se fait en présence d'une enzyme : la synthétase, dans le foie et dans les muscles. Elle permet d'éviter, après la digestion, l'accumulation du glucose dans le sang (hyperglycémie).
    L'insuline permet la pénétration du glucose dans les cellules hépatiques et musculaires, puis elles sont polymérisées en glycogène. Cette mise en réserve et fixation du glycogène est la glycogénopexie (du grec pexis [-pexie], fixation). 
    Syn. : glyconéogenèse.         Haut de page

Néologisme
Psychiatrie psychologie
  -  [Angl. : Neologism]    N. m.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * logisme : du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logisme, -logiste, -logue] science, discours, raison. 
    L'introduction de mots nouveaux dans une langue correspond en général à un enrichissement de cette langue. En psychopathologie, le néologisme caractérise une altération de la pensée, de la conduite expressive et de la relation humaine. Les néologismes sont fréquents chez les schizophrènes et les délirants chroniques. Ces néologismes peuvent aussi être des significations nouvelles attribuées à des mots existants.       Haut de page

Néomycine
Médecine biologique, pharmacologie
  -  [Angl. : Neomycin]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * mycine : du grec mukês [myc(o)-, mycét(o)-, -myce, -mycine, -mycète], champignon. 
    La néomycine ou sulfate de néomycine est un antibiotique qui est commercialisé en collyre, pommade ou comprimés, aérosols et tulles gras, obtenu à partir de cultures de Streptomyces fradiae. Elle appartient à la classe des aminoglucosides ou aminosides et est utilisée pour le traitement des infections de l'œil, comme antiseptique intestinal pour soigner les diarrhées aigües bénignes, ou en applications locales pour traiter certaines infections de la peau.
    La néomycine est active sur les bacilles à Gram négatif et sur les Streptocoques. Elle est aussi utilisée dans certaines lotions et savons, comme additif alimentaire pour le bétail, en soins vétérinaires et soins dentaires.       Haut de page

Néonatal
Pédiatrie
  -  [Angl. : Neonatal]    Adj.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * natal : du latin populaire nascere, ou du latin classique nasci [-natal, -natalogie], naître, venir au monde. 
    Qui se rapporte au nouveau-né. Exemples : l'ictère néonatal, lié une hyperbilirubinémie (trop de bilirubine dans le sang), dépistage néonatal de déficiences sensorielles (audition, entre autres), herpès néonatal, décès néonatal.      Haut de page

Néonatalogie
Pédiatrie
  -  [Angl. : Neonatalogy]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * natal : du latin populaire nascere, ou du latin classique nasci [-natal, -natalogie], naître, venir au monde ; * logie : du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison. 
    La néonatalogie est une spécialité de la pédiatrie qui concerne plus particulièrement les bébés nés avant terme ou les nouveau-nés.   Il existe un diplôme interuniversitaire de néonatalogie (DIUN) pour les pédiatres qui désirent se spécialiser dans la prévention et les soins des pathologies du nouveau-né.    Haut de page

Néoplasie   Néoplasique
Cancérologie, chirurgie générale
  -  [Angl. : Neoplasia, Neoplastic]    N. m.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * plasie : du grec plasis,  plassein [-plasie, -plasique, -plasme], action de façonner, modeler. 
    Une néoplasie est un tissu de formation récente, constituant une tumeur bénigne (sans caractère cancéreux) ou maligne. Dans un tissu néoplasique ou néoformé, les cellules échappent au contrôle de la division cellulaire et se multiplient de façon anarchique, constituant une tumeur. La masse de cellules ainsi formée, appelée aussi tumeur ou néoplasme, peut remplacer progressivement un tissu préexistant.
    Si la néoformation est bénigne, il n'y a ni invasion, ni formation de métastases (exportation de cellules néoplasiques dans l'organisme et formation de nouvelles tumeurs). 
    Adj. : néoplasique : Qui se rapporte à une tumeur ou aux processus de constitution de cette tumeur.    Haut de page

Néoplasme
Cancérologie, chirurgie générale
  -  [Angl. : Neoplasm]    N. m.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * plasme : du grec plasis,  plassein [-plasie, -plasique, -plasme], action de façonner, modeler. 
    Le néoplasme est un tissu de formation récente, constituant une tumeur bénigne (sans caractère cancéreux) ou maligne. Dans un tissu néoplasique, les cellules échappent au contrôle de la division cellulaire et se multiplient de façon anarchique, constituant une tumeur. La masse de cellules ainsi formée, appelée aussi tumeur, peut remplacer progressivement un tissu préexistant.
    Si le néoplasme est bénin, il n'y a ni invasion, ni formation de métastases (exportation de cellules néoplasiques dans l'organisme et formation de nouvelles tumeurs). Syn. : néoformation.       Haut de page

Néoplastie
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
  -  [Angl. : Neoplasty]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * plastie : du grec plassein [-plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes. 
    On donne le nom de néoplastie à la formation de toutes nouvelles substances dans les tissus. On peut donc inclure dans la néoplastie, la cicatrisation des plaies, la formation des adhérences, ainsi que l'autoplastie, qui consiste à réparer une perte de substances ou la perte d'un organe, en empruntant à d'autres parties des fragments ou des lambeaux de peau propres à reconstituer la substance ou l'organe manquant.
    En chirurgie réparatrice, il existe de nombreuses variantes de la néoplastie : rhinoplastie (nez), blépharoplastie (paupières), génioplastie (joues), otoplastie (oreille), chéiloplastie (lèvres), staphyloplastie (palais).    Haut de page

Néosalpingostomie   Néosalpingoplastie
Gynécologie obstétrique, chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
  -  [Angl. : Neosalpingostomy, Neosalpingoplasty]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * salpingo : du grec salpigx, salpingos [salping(o)-], trompe (de Fallope ou trompes utérines) ; * stomie : du grec stoma [stom(a)-, stomat(o)-, -stome, -stomie], bouche. 
    La néosalpingostomie est l'intervention chirurgicale qui tente de recréer un nouveau pavillon, lorsque les trompes sont totalement bouchées et quand les franges du pavillon ont complètement disparu. Chez les femmes jeunes, 50% des stérilités sont dues à une occlusion tubaire distale de l'une ou des deux trompes de Fallope. De nouveaux agents infectieux, comme Chlamydiae trachomatis sont responsables de salpingites redoutables.
    Si l'opération est décidée, elle est réalisée sous anesthésie générale par cœlioscopie, après pneumopéritoine (injection de CO2 dans l'abdomen pour le gonfler et séparer les organes). Suivent un sondage vésical, une désinfection de la cavité vaginale et la pose d'un cathéter dans l'utérus pour injection de bleu de méthylène.
    Le cœlioscope est introduit par l'ombilic. Par d'autres orifices sous-pubiens, on introduit un laser et les instruments. Le laser permet l'adhésiolyse (destruction des adhérences) et donc de décoller les trompes. Le bleu de méthylène est injecté pour dilater l'hydrosalpinx (kyste liquidien de la trompe). Une perforation et une reconstruction des franges sont réalisées au laser.  Syn. : salpingonéostomie, néosalpingoplastie
(du grec plassein [plast(o)-, -plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes).       Haut de page

Néosphincter
Chirurgie digestive
  -  [Angl. : Neosphincter]    N. m.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * sphincter : du grec sphiggo, sphigktêr [sphinctér(o)-], lien, bandeau, muscle circulaire. 
    La création d'un nouveau sphincter s'applique essentiellement à l'anus (néosphincter anal) pour des patients atteints d'incontinence anale sévère. Elle est réalisée avec le muscle gracilis : c'est la graciloplastie dynamique, traitement de choix de l'incontinence anale. Le muscle "gracilis" ou droit interne, muscle long et fin de l'intérieur de la cuisse, est inséré près du genou et près du pubis. Ce muscle est transposé autour de l'anus (on crée ainsi un néosphincter) et électrostimulé par une électrode implantée et reliée à un stimulateur situé dans la paroi abdominale. 
    Syn. : gracilomyoplastie (ou gracilo-myoplastie).   
       Haut de page

Néostomie
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
  - [Angl. : Neostomy]    N. f.  * néo :
du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * stomie : du grec stoma [stom(a)-, stomat(o)-, -stome, -stomie], bouche. 
    On appelle néostomie toute nouvelle ouverture d'un canal ou d'une cavité, tout nouvel abouchement d'un organe à l'extérieur (par la peau) ou à un autre organe. Actuellement, un certain nombre de femmes qui présentaient une imperméabilisation des trompes, ont pu subir une néostomie des trompes, ou néosalpingostomie. Certaines ont pu ainsi éviter de recourir à la FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryons).       Haut de page

Néoténie
Anatomopathologie  -  [Angl. : Neoteny]    N. f.  * néo : du grec neos [néo-], nouveau, jeune ; * ténie : du grec tenôn, teinô (ten-yo) [tén(o)-, tendin(o)-, -ténique], tendon, tendre, étirer. 
    La néoténie est la persistance de certaines structures embryonnaires à l'âge adulte
, alors qu'elles auraient normalement dû disparaître. C'est aussi le fait d'atteindre la maturité sexuelle par un organisme encore au stade larvaire, comme l'axolotl par exemple. Chez l'homme, la néoténie peut se caractériser par les os de la boîte crânienne qui ne sont pas soudés ou une absence totale de pilosité ou une faiblesse musculaire, entre autres.      Haut de page