Retour à la page d'accueil  N - TERMINOLOGIE MEDICALE - N  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 11-07-2019

Nor-     De l'anglais non radical car la noradrénaline dérive de l'adrénaline par perte du radical N-méthyle. Autre explication pour "nor-" : issu de l'allemand "Nitrogen ohne Radikal, adrenaline", la molécule de noradrénaline ayant été synthétisée en 1905 par Stolz.


Noradrénaline - Noradrénergique - Norépinéphrine - Norépinéphryne - Normétadrénaline - NormétépinéphrineNorméthadrénaline - Norméthépinéphrine

Noradrénaline   Norépinéphrine   Norépinéphryne   Normétadrénaline   Normétépinéphrine   Norméthadrénaline   Norméthépinéphrine
Endocrinologie et métabolismes, neurologie, médecine biologique  -  [Angl. : Norepinephrine, Normetanephrine, normetepinephrine]    N. f.  * nor :
de l'anglais non radical car la noradrénaline dérive de l'adrénaline par perte du radical N-méthyle ; * ad : du latin ad, auprès de ; * rénal : de ren, renis [rein] ; en physiologie : relatif aux glandes surrénales (qui sont plaquées sur les reins) ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif. 
    Connue également sous le nom de norépinéphrine (surtout chez les anglo-saxons), de lévartérénol ou de norépinéphryne, la noradrénaline est avant tout un neuromédiateur cérébral, c'est-à-dire une hormone sécrétée par les boutons synaptiques de certains neurones et qui sert, au niveau des synapses, à transmettre les influx nerveux du compartiment présynaptique au neurone postsynaptique. Schéma de la molécule 
    Produite également en petite quantité par les cellules nerveuses de la médullosurrénale en même temps que l'adrénaline, on la retrouve surtout dans tout le système nerveux sympathique (ou orthosympathique). Elle agit sur de nombreux organes, dont le cœur, tube digestif (action sur les muscles lisses et donc sur le péristaltisme) et bien sûr système nerveux central. Comme l'adrénaline, la noradrénaline est une amine hypertensive qui appartient aux catécholamines. 
    La noradrénaline est utilisée essentiellement en cas de chute brutale de la tension artérielle et dans les crises de tachycardie. En effet, c'est un puissant vasoconstricteur (sauf pour les artères coronaires qui sont dilatées) qui induit une augmentation de la tension, et son action est cardiomodératrice.

Synthèse : c'est à partir de 2 acides aminés aromatiques : la phénylalanine et la tyrosine, que se fait la synthèse. Première étape : formation de Dopa ou dihydroxyphénylalanine. Puis, par décarboxylation, transformation en Dopamine ou dihydroxyphényléthylalanine. Une hydroxylation permet ensuite le passage à la noradrénaline (puis éventuellement à l'adrénaline par méthylation).
Dégradation : la noradrénaline est transformée en 3-méthoxy-noradrénaline (ou norméthadrénaline - normétadrénaline ou norméthépinéphrine - normétépinéphrine), puis en acide vanylmandélique. Ces produits se retrouvent dans les urines.      Haut de page

Noradrénergique
Endocrinologie et métabolismes, neurologie, médecine biologique  -  [Angl. : Noradrenergic]    Adj.  * nor :
de l'anglais non radical car la noradrénaline dérive de l'adrénaline par perte du radical N-méthyle ; * ad : du latin ad, auprès de ; * rénal : de ren, renis [rein] ; * ergique : du grec ergon [-ergie, -ergique], action, travail. 
    L'adjectif noradrénergique qualifie ce qui se rapporte à la noradrénaline ou ce qui agit sur les récepteurs de la même façon et avec les mêmes effets que la noradrénaline. Exemple : les récepteurs noradrénergiques, protéines membranaires qui sont spécifiques de l'adrénaline et de la noradrénaline. On les classe en récepteurs
α (α1, postsynaptiques, à effet stimulant et α2, surtout présynaptiques et inhibiteurs) et en récepteurs ß (ß1, postsynaptiques et à effet stimulant, ß2, postsynaptiques et inhibiteurs et ß3, postsynaptiques et responsables de la lipolyse dans les adipocytes).       Haut de page