Retour à la page d'accueil  N - TERMINOLOGIE MEDICALE - N  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 11-07-2019

Nos(o)-     Du grec nosos : maladie, nosocomia : soins que l'on donne à un malade. En français, "noso-" n'a formé que récemment (vers le XVIIIe s.) des mots en rapport avec la maladie, dont les deux premiers ont été "nosologie" et "nosographie". L'adjectif "nosomial" est d'apparition encore plus récente.


Nosocomial - Nosoconiose - Nosode - Nosogenèse - Nosogénie - NosogéographieNosographie - Nosographique - Nosologie - Nosologique - Nosomanie - Nosométrie - Nosométrique - Nosophilie - Nosophobie - Nosotaxie - Nosothérapie - Nosotoxicose - Nosotoxine

Nosocomial
Médecine générale, épidémiologie et santé publique
  -  [Angl. : Nosocomial]    Adj.  * nosocomial : du grec nosokomeone [nosocomial], hôpital, caractérise une maladie contractée en milieu hospitalier, ou * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; comial : du grec komeo : soigner
    Les infections nosocomiales sont les infections qui sont acquises dans un établissement de soins. Une infection est considérée comme telle lorsqu'elle était absente à l'admission. Lorsque l'état infectieux du patient à l'admission est inconnu, l'infection est classiquement considérée comme nosocomiale si elle apparaît après un délai de 48 heures d'hospitalisation. Ce délai est cependant assez artificiel et ne doit pas être appliqué sans réflexion. Ces infections peuvent être directement liées aux soins (par exemple l'infection d'un cathéter) ou simplement survenir lors de l'hospitalisation indépendamment de tout acte médical (par exemple une épidémie de grippe). Germes nosocomiaux
    Le CLIN ou Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales  suit de près les Projets d'Établissement des hôpitaux et, en relation avec eux, émet des recommandations dans le sens d'une meilleure protection des malades contre ces infections nosocomiales.   Haut de page

Nosoconiose
Pneumologie, dermatologie, médecine générale
  -  [Angl. : Nosoconiasis]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * conio : du grec konis, poussière ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires.
    Maladie produite par les poussières, généralement d'origine professionnelle. Suivant l'organe touché, il s'agit d'une pneumoconiose, de dermatoconiose, d'otoconiose etc. Suivant la poussière en cause, on distingue la silicose (silice), l'anthracose (charbon), l'asbestose (amiante) etc. Cette dernière évolue fréquemment en cancers des poumons et/ou des plèvres et l'amiante fait actuellement l'objet de nombreux travaux d'assainissement dans les innombrables bâtiments publics qui en contiennent encore.    Haut de page

Nosode
Homéopathie, pharmacologie
  -  [Angl. : Nosode]    N. m.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * ode : du grec hodos [-ode], chemin. 
    En homéopathie : un nosode est un médicament préparé à partir d'une humeur pathologique (sang, urine, pus, produits microbiens ...) ou fragments de cellules, qui ne provient pas du malade lui-même et qui a pour effet d'accroître la réponse immunitaire. "Chaque fois que l'on se trouve en présence d'une maladie microbienne, on peut utiliser comme remède spécifique la toxine ou nosode sécrétée par ce microbe, à la condition d'atténuer sa virulence au point d'inverser son mode d'action."   Haut de page

Nosogenèse   Nosogénie
Épidémiologie et santé publique, médecine générale
  -  [Angl. : Nosogeny]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre.
    Processus concernant l'apparition d'une maladie, ses causes et son évolution. On utilise plus spécifiquement ce terme pour définir l'apparition et l'évolution d'une épidémie.  Ce terme est donc proche synonyme d'épidémiologie. Autre synonyme : nosogénie.      Haut de page

Nosogéographie
Épidémiologie et santé publique, médecine générale
  -  [Angl. : Nosogeography]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * géo : du grec [géo-], la Terre ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique], écrire.
    C'est la
répartition géographique des maladies et surtout des épidémies (par exemple la grippe et certaines maladies dont la déclaration est obligatoire). La nosogéographie permet de prévoir l'arrivée d'une épidémie, donc une meilleure prophylaxie. Elle est complémentaire de l'épidémiologie, qui a sensiblement les mêmes objectifs.    Haut de page

Nosographie   Nosographique
Épidémiologie et santé publique
  -  [Angl. : Nosography, Nosographic, nosographical]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)], écrire.
    Description et classification systématique et méthodique des troubles ou des maladies. Adj. nosographique. Pour cette étude, on prend en compte, pour chaque maladie, différents critères, tels l'étiologie, la physiopathologie, le diagnostic, l'évolution, le pronostic, le traitement, les complications.     Haut de page

Nosologie   Nosologique
Épidémiologie et santé publique
  -  [Angl. : Nosology, Nosological]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * logie : du grec logos [-logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison.
    Étude des caractères distinctifs permettant de définir et de classer les maladies.  Pour cette étude, on prend en compte, pour chaque maladie, différents critères, tels l'étiologie, la physiopathologie, le diagnostic, l'évolution, le pronostic, le traitement, les complications. Adj. nosologique.     Haut de page

Nosomanie
Psychiatrie psychologie
  -  [Angl. : Nosomania]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * manie : du latin mania [maniaco-, -maniaque, -manie], folie, habitude bizarre.
    Crainte morbide de la maladie, pouvant aller jusqu'aux manifestations délirantes. L'individu atteint de nosomanie analyse ses moindres sensations et se préoccupe incessamment de sa santé. Syn. nosophobie.     Haut de page

Nosométrie
Épidémiologie et santé publique, médecine générale
  -  [Angl. : Nosometry]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * métrie : du latin metrum  ou du grec metron, [métr(ie)], mesure.
      C'est la détermination de la fréquence d'une maladie ou plus précisément d'une épidémie. Elle donne le pourcentage de personnes atteintes dans une population donnée. Les données nosométriques, couplées à celles de la nosogéographie, permettent une meilleure prévention.
 Dans cette démarche, la nosométrie est proche de l'épidémiologie, car elle a les mêmes objectifs.     Haut de page

Nosométrique
Épidémiologie et santé publique, médecine générale
  -  [Angl. : Nosometric]    Adj.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * métrique : du latin metrum  ou du grec metron, [métr(ie)], mesure. 
    Qui caractérise ou se rapporte à la nosométrie, c'est-à-dire à la détermination de la fréquence d'une maladie ou plus précisément d'une épidémie. Elle donne le pourcentage de personnes atteintes dans une population donnée. Les données nosométriques, couplées à celles de la nosogéographie, permettent une meilleure prévention.
 Dans cette démarche, la nosométrie est proche de l'épidémiologie, car elle a les mêmes objectifs.     Haut de page

Nosophilie
Psychiatrie psychologie
  -  [Angl. : Nosophilia]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * philie : du grec philos [phil(o)-, -phile, -philie], ami, qui aime.
    À l'inverse de la nosophobie ou de la nosomanie, la nosophilie est le
désir morbide et pathologique de contracter une maladie.     Haut de page

Nosophobie
Psychiatrie psychologie
  -  [Angl. : Nosophobia]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * phobie : du grec phobos [-phobe, -phobie], crainte.
    Crainte exagérée de contracter une maladie qui peut devenir une névrose obsessionnelle. Le "malade" modifie son comportement : il se lave constamment les mains, le visage, évite soigneusement tout contact avec les autres ou les objets touchés par les autres. Syn. nosomanie.
     Haut de page

Nosotaxie
Épidémiologie et santé publique, médecine générale
  -  [Angl. : Nosotaxy]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * taxie : du grec taxis [taxi-, taxo-, -taxie], arrangement, ordre.
    C'est la classification des maladies
. Il existe aujourd'hui une classification internationale des différentes maladies. La Classification internationale des Maladies, qui est révisée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à peu près tous les dix ans, constitue l'ouvrage scientifique de référence le plus souvent cité dans le monde.      Haut de page

Nosothérapie
Médecine générale
  -  [Angl. : Nosotherapy]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * thérapie : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner.
    Traitement d'une maladie par un autre processus pathologique volontairement provoqué. C'est le cas de l'abcès de fixation, méthode utilisée autrefois et qui consistait à créer dans un organisme malade, un abcès par injection d'essence de térébenthine (par exemple), afin d'attirer dans cette zone les bactéries du corps responsables de la maladie.     Haut de page

Nosotoxicose
Épidémiologie et santé publique, médecine générale, toxicologie
  -  [Angl. : Nosotoxicosis]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * toxico : du latin toxicum, du grec toxikon de toxon [toxi-, toxico-, -toxoïde, -toxine], arc (à cause des flèches empoisonnées), donc poison ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.
    Une nosotoxicose désigne une intoxication de l'organisme par un produit toxique fabriqué par ce même organisme. Il s'agit donc d'une auto-intoxication. "
En 1880, les bactériologistes découvrirent que la flore intestinale dégradait les protéines en des composés toxiques lorsqu’ils étaient injectés à des animaux. On supposa alors que ces composés pouvaient entrer dans le système sanguin, la théorie de l’auto-intoxication intestinale ou de l’empoisonnement par ses propres excréments contenus avait de beau jour devant elle.
    Rapidement, l’auto-intoxication devint au début du siècle la cause "facile" de maux de tête, d’indigestion, d’impuissance, de nervosité, d’insomnie, et même de pathologies plus aigües telles que des problèmes cardiaques ou des cancers. Ainsi fleurirent les conseils visant à manger plus de fruits et de fibres, et le recours aux laxatifs et aux purges connurent alors un véritable âge d’or.
    Ne reculant devant aucun sacrifice, la "science" proposait alors des traitements bien singuliers : des machines de massage, des ceintures abdominales, des stimulateurs électriques et autres dilatateurs rectaux. 
    Bien que la médecine moderne ait dédramatisé la constipation, elle confirma les vertus d’une alimentation riche en fibres pour favoriser un meilleur transit, éviter la survenue d’ulcères et de cancers du côlon. La pratique régulière d’exercices physiques, une alimentation variée riche en fibres, en fruits et en légumes verts, aller aux toilettes dès que le besoin s’en fait sentir sont autant de conseils pratiques qui restent bénéfiques pour l'organisme.     Haut de page

Nosotoxine
Épidémiologie et santé publique, médecine générale, toxicologie
  -  [Angl. : Nosotoxin]    N. f.  * noso :
du grec nosos [noso-, -nose], maladie ; * toxine : du latin toxicum, du grec toxikon de toxon [toxi-, toxico-, -toxoïde, -toxine], arc (à cause des flèches empoisonnées), donc poison.
    Tout produit capable d'induire l'apparition d'une maladie.
Nosotoxicose : désigne une intoxication de l'organisme par des toxines généralement produites par ce même organisme. On a longtemps accusé la constipation de produire des toxines qui, passant dans le reste du corps, étaient la cause de nombreuses maladies. Il reste évident qu'une bonne hygiène de l'appareil digestif (exercices physiques, alimentation plus riche en fibres, variée, avec fruits et légumes verts ...) reste une garantie de bonne santé.     Haut de page