Retour à la page d'accueil  N - TERMINOLOGIE MEDICALE - N  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 8-04-2019

Nys-, nystagm(o)-     Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête. En ophtalmologie, cette racine est relative au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux.


Nystagmiforme - Nystagmogramme - Nystagmographe - Nystagmographie - Nystagmoïde - Nystagmométrie - Nystagmus - Nystagmus calorique - Nystagmus de fatigue - Nystagmus de Nylen - Nystagmus de position - Nystagmus de position de type I - Nystagmus de position de type II - Nystagmus des chemins de fer - Nystagmus des mineurs - Nystagmus horizontal - Nystagmus labyrinthique - Nystagmus latéral - Nystagmus optocinétique - Nystagmus pathologique - Nystagmus physiologique - Nystagmus positionnel - Nystagmus provoqué - Nystagmus provoqué de Barany - Nystagmus retractorius - Nystagmus rotatoire - Nystagmus rythmique - Nystagmus vertical - Nystagmus vestibulaire - Nystagmus vestibulaire calorique - Nystatine -

Nystagmus   Nystagmus horizontal   Nystagmus latéral   Nystagmus rotatoire   Nystagmus vertical   Nystagmiforme   Nystagmoïde   Nystagmus rythmique
Ophtalmologie, neurologie, myologie  - 
[Angl. : Nystagmus, Horizontal nystagmus, Lateral nystagmus, Rotatory nystagmus, Vertical nystagmus, Nystagmiform, Nystagmoid, Rhythmic nystagmus]    N. m. 
Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête ; en ophtalmologie, relatif au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux. 
    Le nystagmus est un ensemble de mouvements oscillatoires plus ou moins rythmés et quelquefois rotatoires du globe oculaire. Ces mouvements sont involontaires, saccadés, horizontaux (ou latéraux), verticaux et parfois même circulaires. Cette pathologie est souvent héréditaire, mais elle peut aussi résulter d'une lésion acquise des centres nerveux, voire de l'environnement. Un nystagmus peut être physiologique (voir ci-dessous) ou pathologique.  Adj. : nystagmiforme : qui ressemble au nystagmus ; nystagmoïde : même signification. 
    Le nystagmus rythmique se produit chez des passagers d'un véhicule en mouvement qui regardent défiler le paysage et se traduit par un mouvement lent des yeux dans une direction, suivi d'un mouvement rapide de rappel dans la direction opposée.       Haut de page

Nystagmus de fatigue   Nystagmus des mineurs
Ophtalmologie, neurologie, otologie, myologie  -  [Angl. : Nystagmus of fatigue, Miners' nystagmus]    N. m.  Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête ; en ophtalmologie, relatif au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux. 
    Le nystagmus de fatigue apparaît chez des sujets qui maintiennent (ou sont obligés de maintenir) leur regard dans une position latérale. Quant au nystagmus des mineurs, c'est une maladie professionnelle résultant d'un éclairage déficient et d'importants efforts de convergence et d'accommodation.        Haut de page

Nystagmus physiologique   Nystagmus optocinétique   Nystagmus des chemins de fer  
Ophtalmologie, neurologie, myologie  -  [Angl. : Physiological nystagmus, Optokinetic nystagmus, Nystagmus of railways]    N. m.  Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête ; en ophtalmologie, relatif au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux ; * physio : du grec phusis [physio-], nature, ce qui est naturel (au départ, phusis désignait la croissance, la naissance) ; * logie : du grec logos [log(o)-, -logie] science, discours, raison. 
    Le nystagmus, comme son nom l'indique, est une réaction normale des yeux qui se produit chez un sujet qui fixe une suite d'objets défilant rapidement devant ses yeux. Il y a d'abord une secousse lente de l'œil qui suit l'objet mobile, suivie d'une secousse plus rapide dite de rappel. Ce nystagmus physiologique est aussi qualifié d'optocinétique
(* opto : du grec optikos [opt(o)-, optic(o)-], relatif à la vue ; * cinétique : du grec kinêsis [-cinèse, kin-, kinési-, -kinèse], mouvement), ou de nystagmus des chemins de fer.        Haut de page

Nystagmographie   Nystagmographe   Nystagmogramme   Nystagmométrie
Ophtalmologie, neurologie, myologie  -  [Angl. : Nystagmography, Nystagmograph, Nystagmogram, Nystagmometry]    N. m.  Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête ; en ophtalmologie, relatif au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire. 
    La nystagmographie est l'enregistrement des mouvements oculaires pendant le nystagmus, qu'il soit physiologique ou pathologique, spontané ou provoqué. Cet examen est aussi connu sous le nom d'électronystagmographie :
* électro :
du latin scientifique electricitas, dérivé du latin classique electrum (ambre jaune), relatif à l’électricité. 
    L'électronystagmographie (ou ENG) est un examen ORL et/ou ophtalmologique qui peut être demandé pour déterminer l'origine d'étourdissements ou de vertiges et pour en évaluer l'évolution. Il permet d'évaluer l'intégrité du système vestibulaire qui comprend les canaux semi-circulaires de l'oreille interne, le nerf vestibulaire, le tronc cérébral et le cervelet. Lorsqu'on stimule ce système vestibulaire, on déclenche un nystagmus (mouvements oscillatoires des yeux) qui permet de contrôler l'équilibre.

    C'est donc en étudiant les mouvements des yeux que l'on aura des renseignements sur l'état du système vestibulaire. On place des électrodes réceptrices autour des yeux, puis le sujet observe une cible mouvante (par exemple alternance de bandes noires et blanches). Dans certains cas, c'est le patient qui est soumis à des mouvements oscillatoires.  Les réponses des yeux sont numérisées et enregistrées sur un ordinateur.
    L'appareil utilisé est un nystagmographe ou électronystagmographe. L'enregistrement obtenu est un nystagmogramme ou électronystagmogramme. Le terme nystagmométrie est synonyme de nystagmographie.        Haut de page

Nystagmus pathologique   Nystagmus provoqué   Nystagmus retractorius
Ophtalmologie, neurologie, myologie
  - 
[Angl. : Pathological nystagmus, Provoked nystagmus, Nystagmus retractorius]    N. m. 
Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête ; en ophtalmologie, relatif au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux. 
    La plupart des nystagmus sont pathologiques, c'est-à-dire résultants de traumatismes, de maladies ou malformations. Les exemples sont nombreux et quelques-uns d'entre eux sont succinctement décrits ci-dessous. En plus des nystagmus physiologiques et pathologiques, il y a les nystagmus provoqués (voir ci-dessous nystagmus de position, nystagmus vestibulaire calorique).
    Un exemple de nystagmus pathologique parmi de nombreux autres, le nystagmus retractorius : il est caractérisé par des secousses successives qui rétractent le globe oculaire (d'où son nom), tout en rétrécissant la fente palpébrale (pupille). Ce nystagmus est dû à une lésion haute de la calotte pédonculaire autour de l'aqueduc de Sylvius.       Haut de page

Nystagmus de position   Nystagmus positionnel    Nystagmus de position de type I   Nystagmus de position de type II    Nystagmus de Nylen   Nystagmus provoqué de Barany  
Ophtalmologie, neurologie, otologie, myologie  -  [Angl. : Positional nystagmus, Positional nystagmus type I, Positional nystagmus type II, Nylen's nystagmus, Barany's nystagmus or caloric nystagmus]    N. m.  Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête ; en ophtalmologie, relatif au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux. 
    Le nystagmus positionnel ou de position (ou vertige de position) est provoqué en modifiant la position du sujet. La recherche des vertiges ou nystagmus de position fait partie des tests ou épreuves vestibulaires.
* Dans les vertiges ou nystagmus de position de type I (ou nystagmus de Nylen), le patient est en décubitus dorsal (couché sur le dos),  la tête pendant dans le vide, donc basculée vers l'arrière (c'est ce que l'on appelle la position de Rose). Le nystagmus positionnel persiste tant que le patient est dans cette position et peut être reproduit à volonté (manœuvre de Dix et Hallpike) :
* Dix : du nom du médecin M. R. DIX ; * Hallpike : du nom de Charles Skinner HALLPIKE (pathologiste anglais, né le 19 juillet 1900, mort le 26 septembre 1979) qui ont décrit une névrite vestibulaire en 1949 et 1952.   
    Dans les consultations d'ORL pour les vertiges, l'un des buts du médecin est de définir l'origine centrale ou périphérique des vertiges, ainsi que le type : VPPB (vertige paroxystique positionnel bénin), neuronite ou névrite vestibulaire, maladie de Ménière, labyrinthites, entre autres. Pour le diagnostic d'un VPPB, Dix et Hallpike ont mis au point une manœuvre dite de provocation qui repose s'ur l'observation ou non d'un nystagmus (mouvements oculaires involontaires, plus ou moins rythmés en secousses de direction opposées).
    La manœuvre : le sujet est assis sur le divan d'auscultation, la tête tournée vers le médecin et le regard fixé sur son front. Le praticien prend fermement la tête du patient entre ses mains et l'incline rapidement en arrière, jusqu'à ce qu'elle soit au-dessous du plan horizontal. Il le relève aussitôt et, après un temps de latence de quelques secondes, le VPPB se produit, provoquant généralement une grande détresse et un nystagmus.
    Ces symptômes régressent spontanément après une dizaine de secondes. La manœuvre est répétée deux ou trois fois et le médecin constate la disparition du vertige et des symptômes associés. À noter que si le VPPB ne se produit pas au premier essai, le patient doit tourner la tête de l'autre côté. Syn. : manœuvre de NYLEN-BARANY.
* Dans le nystagmus ou vertige de position de type II, on observe des mouvements rotatoires bénins dus à des positions non spécifiques (nombreuses et variées). En plus, ces nystagmus ne sont généralement pas reproductibles immédiatement.
        Haut de page

Nystagmus calorique   Nystagmus labyrinthique   Nystagmus vestibulaire   Nystagmus vestibulaire calorique
Ophtalmologie, neurologie, otologie, myologie  -  [Angl. : Barany's nystagmus or caloric nystagmus, labyrinthine nystagmus, vestibular nystagmus, caloric vestibular nystagmus]    N. m.  Du grec nustagma, de nustazein [nystagm(o)-], baisser la tête ; en ophtalmologie, relatif au nystagmus, mouvements oscillatoires courts et saccadés des yeux. 
    Le nystagmus calorique ou nystagmus vestibulaire calorique est une forme provoquée, par l'injection dans le conduit auditif externe (de l'orifice de l'oreille au tympan) d'eau chaude ou froide. Cette opération a pour effet de stimuler les ampoules des canaux semi-circulaires horizontaux.
    Le but de ce nystagmus calorique est la recherche d'éventuelles lésions vestibulaires. Ce test a été décrit pour la première fois par Barany en 1906. On injecte de l'eau froide à 30°C (qui va inhiber l'ampoule du canal semi-circulaire horizontal) pendant une trentaine de secondes, puis de l'eau chaude à 44°C pendant l
a même durée, qui va stimuler l'ampoule.  Schéma de l'oreille externe, moyenne et interne  
    Les nystagmus obtenus permettent de déterminer une éventuelle différence d'excitabilité entre les ampoules des canaux horizontaux droit et gauche et d'expliquer ainsi les nystagmus labyrinthiques ou vestibulaires en mettant en évidence une lésion du labyrinthe ou du vestibule.        Haut de page

Nystatine
Pharmacologie, infectiologie  -  [Angl. : Nystatin]    N. f.  * statine : du grec statos,  stasis [stat(o)-, -stat,  -stase, -stasie, -statique, -statisme], station verticale, base, arrêt, stable. 
    La nystatine est une substance extraite de Streptomyces nourcei et qui a une puissante activité antibiotique vis-à-vis des levures et en particulier de Candida albicans.
        Haut de page