Retour à la page d'accueil  A - TERMINOLOGIE MEDICALE - A  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 6-11-2020

a-, an-     Préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de ».
Élément privatif d'origine grecque, passé en latin et servant à former trois types de mots : des emprunts au latin eux-mêmes pris à des préfixés grecs (acolyte, anonyme...) ; des emprunts plus récents au grec (achromatique) ; des mots formés en français, assez nombreux à partir du XVIIIe s., le deuxième élément étant en principe d'origine grecque (amoral, apolitique), puis quelconque (apesanteur, agravitation). Le grec a- devient en général an- devant une voyelle (anodin, anomalie) ; il a des correspondants dans la plupart des langues indoeuropéennes, dont le latin in-.
À noter que dans certains cas, comme amaurose par ex. le préfixe "a" renforce le sens de ce qui suit : mauros : obscur, amauros : même sens.


Akathisie - Akératose - Akinésie - Akinésique - Akinesthésie - Akinétohypertonique - Akinétospermie - Alacrymie - Alactasie - Alalie - Alalique - Alectique - Aleucémie - Aleucémique - Aleucie - Aleucie hémorragique - Aleucocytose congénitale - Alexie - Alexique - Alexithymie - Alexithymie de survie - Alexithymique - Alithiasique - Alogie - Alogique - Alogotrophie - Alogotrophique - Alymphocytose - Alymphoplasie - Alymphoplasie thymique - Amaigrissement - Amaurose - Amaurose avec excavation - Amaurose congénitale de Leber - Amaurose fugace - Amaurose hystérique - Amaurose suggestive - Amaurose transitoire - Amaurosis - Amaurosis fugax - Amaurotique - Amégacaryocytose - Amèle - Amélie - Amélique - Aménorrhée - Aménorrhée-galactorrhée - Amétrie - Amétromètre - Amétrope - Amétropie - Amimie - Amimie motrice - Amimie réceptrice - Amimique - Amitose - Amitotique - Amixie - AmnésieAmnésie antérograde - Amnésie de fixation - Amnésie d'évocation - Amnésie rétrograde - Amnésique - Amnéstique - Amorphe - Amorphisme - Amorphognosie - Amorphose - Amorphosynthèse - Amorphus - Amusie - Amycose - Amycosique- Amyèle - Amyélencéphalie - Amyélie - Amyélinique - Amyélotrophie - Amyoplasie - Amyotaxie - AmyotonieAmyotonie d'Oppenheim - Amyotrophie - Amyotrophie spinale progressive - Amyotrophique - Amyxie - Amyxorrhée - Anacouphène - Anacousie - Anadénie - Anadénie gastrique- Anaérobie - Anaérobiose - Analgésie - Analgésie congénitale - Analgésie du nouveau-né - Analgésine - Analgésique - Analgie - Analgognosie - Anallergique - Analphabète - Analphabétisme - Analphalipoprotéinémie- Anamniote - Ananabasie - Anandrie - Anangioplasie - Anapeiratique - Anaphrodisiaque - Anaphrodisie - Anarithmétie - Anarthrie - Anascitique - Anastigmatique - Anastigmatisme - Anaxone - Anazoturie - Anéchogène - Anéchogénicité - Anélectrotonus - Anémie - Anémie de Fanconi - Anémie globulaire - Anémie hyperchrome - Anémie hyperchromique - Anémie microcytaire hyposidérémique - Anémie pernicieuse - Anémie réfractaire sidéroblastique - Anémique - Anencéphale - Anencéphalie - Anencéphalique - Anencéphalomyélie - Anencéphalotrophie - Anentérémie - Anentéroneurie - Anépiploïque - Anépithymie - Anergie - Anergique - Anergisant - Anérotique - Anérotisme - Anérythroplasie - Anérythropoïèse - Anesthésiant - Anesthésie - Anesthésie locale - Anesthésie locale par infiltration sous-cutanée - Anesthésie locale transcutanée - Anesthésie locorégionale - Anesthésiologie - Anesthésiologie-réanimation chirurgicale - Anesthésiologiste - Anesthésique - Anesthésique volatil - Anesthésiste - Aneuploïde - Aneuploïdie - Anhédonie - Anhélation - Anhélie - Anhématochromie - Anhématopoïèse - Anhématose - Anhépatie - Anhépatique - Anhidrose - Anhiste - Anhydrase - Anhydre - Anhydrémie - Anhydrique - Anhydrobiose - Anhydromyélie - Anhydrose - Anhylognosie

Akathisie
Neurologie  -   [Angl. : Acathisia, akathisia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * kathisie : du grec kathizein, faire asseoir. 
    L'akathisie est la difficulté qu'éprouvent certains malades, atteints d'affections neurologiques ou psychiatriques à rester assis et nécessité impérative de se déplacer. C'est une forme de dyskinésie induite par les phénothiazines et se traduisant par un besoin de bouger et par des mouvements incessants des jambes. Elle s'observe essentiellement chez les parkinsoniens et les sujets atteints du syndrome des jambes sans repos. 
Syn. : acathésie, acathisie.      Haut de page

Akératose
Dermatologie  -   [Angl. : Akeratosis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires.
    L'akératose est un défaut de formation ou insuffisance de production de tissu corné. La kératine est le constituant essentiel des tissus de protection ; on la trouve en quantité importante dans la peau, les cheveux, les ongles. L'akératose va donc affecter tous ces tissus.      Haut de page

Akinésie   Akinésique
Neurologie  -   [Angl. : Akinesia, Akinetic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * kinésie : du grec kinêsis [kin-, kinési-], mouvement.
    L'akinésie est un phénomène psychomoteur particulier consistant en une perte de l'automation primaire des mouvements et entraînant un aspect figé et immobile du malade, bien qu'il n'existe pas de paralysie. C'est un signe important de la maladie de Parkinson. Syn. : acinésie.
    Adj. : akinésique : caractérise un sujet atteint d'akinésie.       Haut de page

Akinesthésie
Kinésiologie kinésithérapie, neurologie  -  [Angl. : Akinesthesia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * kinési : du grec kinêsis [kin-, kinési-, kinési(o)-, -kinésie], mouvement ; * esthésie : du grec aisthêsis [esthésio-, esthésie], sensation, perception. 
    La kinesthésie est la perception consciente, des mouvements de notre corps, de la position et de la direction de chaque membre et articulation, alors que la proprioception est la perception de notre corps et de ses différentes parties dans l'espace. L'akinesthésie est donc la perte de cette perception consciente, de la sensation des mouvements.       Haut de page

Akinétohypertonique
Neurologie  -  [Angl. : Akineto-hypertonic]   Adj.  * a- : du préfixe "a" (an- devant une voyelle ou un h muet) : privatif, signifie "sans" ou "arrêt" ou "absence de" ; * kinéto- : du grec kinêsis, mouvement ; * hyper : du grec huper, au-dessus (anatomie) ou supérieur à la normale, en intensité ou en quantité ; * tonique : du grec tonos, tension.
    Cet adjectif caractérise une forme de la  maladie de Parkinson, (Parkinson : du médecin anglais et paléontologue amateur, James W. PARKINSON, né le 11 avril 1755 à Hoxton Square (Londres), mort le 21 décembre 1824 à Londres.) qui est une affection chronique dégénérative du système nerveux central, décrite en 1817 par le Dr. James PARKINSON, essentiellement caractérisée par un déficit des neurones dopaminergiques. Ces neurones ont la particularité de libérer la dopamine, substance indispensable dans la régulation des mouvements.
    Si l'on connaît relativement bien ses mécanismes, on ne sait toujours pas quelle est la cause de cette maladie qui apparaît en général après 50 à 60 ans, mais peut également frapper des sujets jeunes (moins de 30 ans). Le boxeur Mohammed Ali et l'acteur Michael J. Fox sont des exemples d'adultes jeunes touchés par cette pathologie.

    Les principaux symptômes sont bien connus :
* akinésie (perte de l'initiation et de l'automatisme du geste),
* tremblements (4 à 8 par seconde) qui affectent surtout les membres supérieurs, cessent pendant le sommeil et diminuent pendant un mouvement volontaire,
* apparition progressive d'une rigidité du tronc et du cou.

    La forme dite akinétohypertonique est considérée comme une forme "classique" de la maladie de Parkinson, avec la triade
* hypo ou akinésie (peu de mouvements et de faible amplitude),
* tremblements, parfois absents dans cette forme akinétohypertrophique et
* hypertonie plastique : si on impose une position de flexion à un membre, il garde cette position et ne cède par saccades que lorsqu'on tire sur le membre en flexion. C'est ce que l'on appelle le phénomène de la roue dentée.

    Les médicaments antiparkinsoniens sont essentiellement la L-dopa, les agonistes dopaminergiques. Des recherches sont actuellement menées sur la MPTP, toxine du système nerveux central qui provoque l'apoptose des neurones, ainsi que sur le rôle de certaines enzymes : les caspases. Actuellement, il y a plus de 4 millions de parkinsoniens déclarés dans le monde, dont plus de 100 000 en France.       Haut de page

Akinétospermie
Andrologie, médecine de la reproduction, médecine biologique  -  [Angl. : Akinetospermia or total asthenospermia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * kinéto : du grec kinêsis [kin-, kinési-], mouvement ; * spermie : du grec sperma, spermatos [spermat(o)-, spermo-, -sperme, -spermie], semence.
    Parmi les nombreux tests pratiqués lors d'un spermogramme (pour en savoir plus, voir la définition de ce mot) figure celui de la mobilité des spermatozoïdes. Un sperme normal doit comprendre plus de 40% de spermatozoïdes très mobiles. Au-dessous de ce pourcentage, on considère qu'il s'agit d'une forme d'asthénospermie.
    Il peut arriver qu'il n'y ait plus aucun spermatozoïde mobile, cause majeure de stérilité masculine et c'est alors une akinétospermie. La solution passe par la PMA (procréation médicalement assistée) ou AMP (aide médicalisée à la procréation), qui consiste à féconder un ovule par le noyau d'un spermatozoïde.        Haut de page

Alacrymie
Génétique, ophtalmologie  -   [Angl. : Alacrima, alacrimia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lacrymo : du latin lacrima [lacrym(o)-, lacrymie], larme, relatif à la production de larmes.
    L'alacrymie est l'absence de sécrétion de larmes. Elle se rencontre dans le syndrome d'Allgrove (syndrome des 3 A), maladie héréditaire peu fréquente, autosomique récessive, caractérisée par l'association d'une insuffisance surrénalienne résistante à l'ACTH, d'une alacrymie, d'une achalasie et d'une neuropathie autonome.  Schéma de l'appareil lacrymal        Haut de page

Alactasie
Médecine biologique, biochimie  -   [Angl. : Alactasia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-], lait ; * asie : du suffixe -ase, -asie, qui signifie enzyme, synonyme de diastase.
    L'alactasie se traduit par l'absence dans l'intestin d'une enzyme, la lactase. De ce fait, le lactose n'est plus éliminé et son accumulation entraîne des fermentations et des troubles dyspepsiques.    Haut de page

Alalie   Alalique
Psychiatrie psychologie, neurologie, orthophonie  -   [Angl. : Alalia, Alalic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lalie : du grec lalos [-lalie], bavard, qui fait parler.
    Impossibilité de s'exprimer par la parole en raison d'un  trouble organique ou fonctionnel. Le mot alalie signifie mutisme, et plus spécialement surdimutité (fait d'être sourd et muet). Adj. : alalique : qui est atteint d'alalie.    Haut de page

Alectique   Alexique
Psychiatrie psychologie, neurologie, orthophonie  -   [Angl. : Alexic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lectique : du grec lexis [lexi(e), -lectique], lecture.
    L'adjectif alectique caractérise une personne atteinte d'alexie, c'est-à-dire qui voit, mais ne peut saisir la signification de l'écriture. Ce trouble neurologique est dû à une lésion corticale qui provoque une véritable "cécité vertébrale".  Syn. alexique.    Haut de page

Aleucémie   Aleucémique
Hématologie  -   [Angl. : Aleukemia, Aleukemic]   N. f.   * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * leuco : du grec leukos [leuc(o)-], blanc ; * émie :  du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang.
    L'aleucémie est une maladie qui ressemble à une leucémie et qui y est apparentée, mais dans laquelle il n'y a pas de leucocytose, c'est-à-dire d'anomalies au niveau des leucocytes ou globules blancs. Adj. : aleucémique : caractérise certaines affections, comme la réticulose aleucémique - voir cette expression.    Haut de page

Aleucie   Aleucie hémorragique
Hématologie  -   [Angl. : Aleukia, Haemorrhagic (or hemorrhagic) aleukia]   N. f.   * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * leucie : du grec leukos [leuc(o)-], blanc.
   Il s'agit d'une anémie sévère avec aplasie, leucopénie et thrombopénie (du grec penia [-pénie, -pénique], pauvreté, insuffisance). Aleucie hémorragique : déficit important en leucocytes résultant d'une hémorragie.    Haut de page

Aleucocytose congénitale
Génétique, hématologie, pédiatrie, médecine d'urgence  -  [Angl. : Congenital aleukocytosis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * leuco : du grec leukos [leuc(o)-], blanc ; * cyto : du grec kutos [cyto-, -cyte, -cytie], cellule ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La dysgénésie réticulaire (voir réticulocyte) ou aleucocytose congénitale ou maladie de de VAAL ou hypoplasie hématopoïétique généralisée, est une maladie génétique rare et grave, à transmission autosomique récessive, c'est-à-dire que les 2 parents doivent transmettre le gène muté.
    Dans les premières semaines de la vie du nouveau-né, on constate une absence totale du thymus et de polynucléaires (ce sont des globules blancs intervenant dans la phagocytose), des lymphocytes (cellules capitales pour la défense immunitaire) en nombre très réduit. Le nombre des autres éléments figurés du sang - hématies ou globules rouges et plaquettes ou thrombocytes - est pratiquement normal.

    Les conséquences de cette dysgénésie réticulaire sont immédiatement dramatiques car le nouveau-né n'a aucune défense contre les attaques microbiennes, bactériennes et virales. Ces enfants doivent être pris en charge dans une unité de soins intensifs de réanimation où on leur fait une antibiothérapie et, quand cela est possible c'est-à-dire si il y a un donneur compatible dans le cercle familial, une greffe de cellules souches hématopoïétiques.   Haut de page

Alexie
Psychiatrie psychologie, neurologie, orthophonie  -   [Angl. : Alexia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lexie : du grec lexis [lexi(e)], lecture.
    L'alexie est l'incapacité pathologique de lire, chez une personne qui lisait normalement, consécutive à une lésion corticale. Le malade voit, mais ne peut saisir la signification de l'écriture, alors qu'il est généralement capable d'écrire normalement si on  lui dicte un texte. Il est incapable de se relire.
    Syn. "cécité vertébrale". Adj. alexique ou alectique : caractérise une personne atteinte d'alexie. Cette affection ne doit pas être confondue avec la dyslexie.   Haut de page

Alexithymie   Alexithymique   Alexithymie de survie
Psychiatrie psychologie, neurologie  -   [Angl. : Alexithymia, Alexithymic, Alexithymia as survival strategy]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lexi : du grec lexis [lexi(e)], lecture ; * thymie : du grec thumia, de thumos [thym(o)-, -thymie, -thymique], cœur, affectivité, relatif à la passion.
    L'alexithymie est l'incapacité à exprimer verbalement ses émotions, mais aussi une véritable atrophie de l'imaginaire. Le sujet ne trouve pas de mots dans son discours pour déclarer ses sentiments. Selon les psychologues, l'alexithymique utiliserait inconsciemment cette carence comme une défense de son ego contre des sentiments perçus comme dangereux. 

    Dans une forme dite alexithymie de survie, certains malades ont décrit des scènes d'agression sexuelle ou des meurtres d'une rare violence sans manifester la moindre émotion, comme si ces actes avaient été commis par d'autres personnes.    Haut de page

Alithiasique
Urologie, gastroentérologie, chirurgie digestive, chirurgie urologique  -  [Angl. : Alithiasic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * litho : du grec lithos [-lithe, ou -lite, -lithique, lith(o)-, -lithiase], pierre ; * iase : du grec iasis, guérison. En médecine, le suffixe -iase est utilisé pour désigner un état pathologique. 
    La lithiase est la présence de concrétions solides (on les appelle aussi plus simplement des calculs) dans une cavité ou un canal, résultant de la précipitation et de l'accumulation de substances minérales ou organiques (plus souvent les deux). De telles lithiases peuvent se former dans de nombreux organes, notamment ceux des appareils digestif et urinaire.
    L'adjectif alithiasique signifie que ces organes ne présentent pas de lithiase.

Remarque : la lithologie (du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison) est la spécialité médicale qui étudie les calculs, leur genèse, leurs traitements.    Haut de page

Alogie   Alogique
Psychiatrie psychologie, neurologie, orthophonie  -   [Angl. : Alogia, Alogical]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * logie : du grec logos [-logie] science, discours, raison. 
    L'alogie est la perte de la faculté de parler qui survient à la suite d'une lésion du système nerveux central. Adj. alogique : Individu atteint d'alogie. Peut également signifier "qui échappe à la logique".   Haut de page

Alogotrophie   Alogotrophique
Médecine biologique  -   [Angl. : Alogotrophia, Alogotrophic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * logo : du grec logos [log(o)-] science, discours, raison ; * trophie : du grec trophê [-trophie, -troph(o)] nourriture. 
    L'alogotrophie correspond à la nutrition irrégulière d'un organisme, dont une partie se nourrit (se développe) au détriment d'une autre. Adj. un organe alogotrophique : atteint d'alogotrophie.    Haut de page

Alymphocytose
Hématologie, immunologie allergologie  -   [Angl. : Alymphocytosis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lympho : du latin lympha [lymph(o)], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * cyto : du grec kutos [-cyte, cyto], cellule ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires.
    L'alymphocytose est la disparition ou la diminution des lymphocytes dans le sang. Les causes de cette affection sont nombreuses et généralement dues à des microorganismes (virus, bactéries). Des expositions à des radiations ionisantes ou radioactives peuvent également provoquer une alymphocytose. 
    Dans le cas particulier du SIDA, les VIH s'attaquent préférentiellement aux lymphocytes LT4.    Haut de page

Alymphoplasie   Alymphoplasie thymique
Hématologie, immunologie allergologie  -  [Angl. : Alymphoplasia, Thymic alymphoplasia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * lympho : du latin lympha [lymph(o)], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * plasie : du grec plasis,  plassein [-plasie], action de façonner, modeler.  
    L'alymphoplasie est le syndrome de Di George, qui correspond à un déficit immunitaire grave, associé à d'autres anomalies majeures. L'alymphoplasie thymique se traduit par l'absence de lymphocytes T et par conséquent, un dysfonctionnement très important du système de défense immunitaire.     Haut de page

Amaigrissement
Médecine générale, diététique  -  [Angl. : Emaciation]   N. m.  * amaigrissement est dérivé de maigre : du latin macer, macrum, diminution du poids ou de l'épaisseur.  
    On parle d'amaigrissement quand une personne a perdu plus de 5% de son poids corporel habituel ou de référence, qu'il soit volontaire (régime hypocalorique par exemple) ou résultant d'une pathologie.     Haut de page

Amaurose   Amaurotique   Amaurosis   Amaurose congénitale de Leber   Amaurose transitoire   Amaurose fugace   Amaurosis fugax   Amaurose avec excavation   Amaurose hystérique   Amaurose suggestive
Neurologie, ophtalmologie  -   [Angl. : Amaurosis, Amaurotic, Amaurosis, Leber's congenital amaurosis, Amaurosis congenital of Leber, Transient amaurosis, Amaurosis fugax, Amaurosis with excavation, Hysteric amaurosis, Suggestive amaurosis]   N. f.  * amaurose : du grec amauros, obscur, mais aussi du grec moderne mauroô, s'obscurcir. Dans ce dernier cas, le "a-" n'est pas privatif, mais renforce ce qui suit. 
    L'amaurose est l'affaiblissement ou la perte totale de la vue, sans lésion appréciable des milieux de l'œil. Elle est due à une altération des voies nerveuses et est caractérisée par l'insensibilité et l'immobilité de l'iris devant une lumière très vive, ainsi que par l'absence de mouvement des pupilles.
    Adj. amaurotique : caractérise une personne atteinte d'amaurose.

* L'amaurose congénitale de LEBER ou ACL ou LCA (de l'anglais Leber congenital amaurosis) est une dystrophie rétinienne héréditaire à transmission autosomale récessive (mais on connaît aussi quelques cas dominants), pour laquelle on a mis en évidence plusieurs mutations de gènes, qui s'expriment tous au niveau des cellules en cônes ou en bâtonnets de la rétine (photorécepteurs).
    C'est l'une des principales causes de cécité infantile. À l'examen, le fond de l'œil est normal, puis évolue plus ou moins rapidement vers une atrophie rétinienne et une pigmentation anormale (c'est une RP ou rétinite pigmentaire). L'électrorétinogramme est plat.
    Parmi les gènes impliqués : retGC ou LCA1 qui code une guanylyl cyclase, enzyme spécifique de la rétine, RPE65 (pour Retinal Pigment Epithelium) ou LCA2 sur le chromosome 1p31, qui intervient dans la synthèse de la rhodopsine, pigment des photorécepteurs à bâtonnets, les gènes CRX, et bien d'autres (on en est aujourd'hui à LCA9) découverts plus récemment.

    Plusieurs équipes travaillent sur les ACL et les espoirs reposent aujourd'hui sur la thérapie génique. En décembre 2013, on rapporte le cas d'une jeune fille de 20 ans qui, ayant subi une thérapie génique en juin 2012 grâce au Tééléthon (injection locale du gène normal par l'intermédiaire d'un virus recombinant), a vu non seulement l'évolution de sa maladie stoppée, mais aussi un élargissement progressif et significatif de son champ visuel.

Theodor LEBER (1840 - 1917) était un ophtalmologiste allemand. Il a décrit cette pathologie en 1869. 

* Une autre forme d'amaurose est appelée transitoire, ou amaurose fugace ou amaurosis fugax. La cécité est épisodique, due à une ischémie (ralentissement ou arrêt de la circulation sanguine dans les capillaires rétiniens). Le traitement est celui des athéromes.

* Il existe également une amaurose dite "avec excavation", connue aussi sous le nom de maladie de von GRAEFE, très proche du glaucome, mais sans hypertension intraoculaire.
En psychologie psychiatrie, les médecins distinguent l'amaurose hystérique, l'amaurose suggestive, entre autres.         Haut de page

Amégacaryocytose
Immunologie allergologie, hématologie  -   [Angl. : Amegacaryocytosis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * méga : du grec megas [méga-], grand ; placé devant une unité, ce préfixe multiplie par un million ; * caryo : du grec karuon [cary(o)-, kary(o)-], noix, noyau ; * cyto : du grec kutos [cyto-, -cyte, -cytie], cellule : * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires.
    Il s'agit de l'absence des mégacaryocytes, énormes cellules de la moelle osseuse, qui forment les plaquettes (thrombocytes) en se fragmentant. L'amégacaryocytose entraîne d'importantes anomalies au niveau des différents éléments figurés du sang et un défaut grave de la coagulation. Un mégacaryocyte     Haut de page

Amélie   Amèle   Amélique
Embryologie, chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  -   [Angl. : Amelia, Amelus, Amelic]   N. f. * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * mélie : du grec melos [-mèle, -mélie, mélique], relatif au membre.
    L'amélie est une malformation congénitale caractérisée par l'absence totale d'un ou de plusieurs membres. Il s'agit d'une anomalie très rare mais majeure du développement fœtal, pouvant être due à une mutation chromosomique ou génique, à la prise de certains médicaments (la thalidomide a provoqué de nombreuses malformations chez les fœtus), ou à d'autres causes, peut-être environnementales.
    Actuellement, avec le suivi échographique des grossesses, cette anomalie serait détectée très tôt.  Adj. amélique : caractérise un fœtus amèle, c'est-à-dire atteint d'amélie.    Haut de page

Aménorrhée
Gynécologie obstétrique  -   [Angl. : Amenorrhoea, amenorrhea]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * méno : du grec mên [méno], mois ; * rrhée : du grec rhein [rrhée], couler. 
    L'aménorrhée est l'absence de flux menstruel, de règles. Elle est qualifiée de « primaire »  si  la  femme  n'a jamais eu de règles, elle est « secondaire » lorsqu'elle survient chez une femme qui avait déjà eu des règles auparavant. 
    Le traitement de cette affection se fait essentiellement par dosage des hormones, puis hormonothérapie.     Haut de page

Aménorrhée-galactorrhée
Gynécologie obstétrique  -   [Angl. : Lactation-amenorrhoea syndrome, amenorrhea-galactorrhea syndrome]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * méno : du grec mên [méno], mois ; * rrhée : du grec rhein [rrhée], couler ; * galacto : du grec gala, galaktos [galacto-, -galactie], lait.   
    Le syndrome aménorrhée - galactorrhée est l'association d'une absence de règles et d'un écoulement de lait, due à une hypersécrétion d'une hormone hypophysaire : la prolactine, causée généralement par une tumeur.    Haut de page

Amétrie
Embryologie, gynécologie obstétrique  -  [Angl. : Ametria]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * métrie : du grec mêtro [-mètre, métr(o)-, -métrie], relatif à la matrice, c'est-à-dire à l'utérus. 
    L'amétrie est une anomalie congénitale qui se caractérise chez le fœtus, par l'absence totale de l'utérus.    Haut de page

Amétromètre
Ophtalmologie  -   [Angl. : Ametrometer]   N. m.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * métro, mètre : du latin metrum  ou du grec metron, [métr(ie)], mesure. 
    L'amétromètre est un appareil utilisé par les ophtalmologistes, qui permet de mesurer le degré d'amétropie d'un patient. L'amétropie désigne tous les troubles de la vision dus à une mauvaise mise au point des images qui ne se forment pas sur la rétine.     Haut de page

Amétropie   Amétrope
Ophtalmologie  -   [Angl. : Ametropia, Ametrope, ametropic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * métro : du latin metrum  ou du grec metron, [métr(ie)], mesure ; * opie : du grec opsis [opsie], vue.  
    L'amétropie regroupe tous les troubles de la vision dus à une mauvaise mise au point des images qui ne se forment pas sur la rétine : myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie.
    Adj. : amétrope : caractérise une personne atteinte d'amétropie.    Haut de page

Amimie   Amimie motrice   Amimie réceptrice   Amimique
Psychiatrie psychologie, neurologie  -   [Angl. : Amimia, Motor amimia, Receptor amimia, Amimic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * mimie : du grec mimos [mimie], qui imite. 
    L'amimie est la perte de l'expression faciale, accompagnée de l'impossibilité plus ou moins totale, soit d'exprimer une idée ou un sentiment par les gestes (amimie motrice), soit de comprendre les gestes d'autrui (amimie réceptrice). L'amimie est due à une lésion du cerveau et se rencontre fréquemment dans le syndrome parkinsonien.
    Adj. : amimique : caractérise un sujet atteint d'amimie.    Haut de page

Amitose   Amitotique
Médecine biologique  -  [Angl. : Amitosis, Amitotic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * mitose : du grec mitos, filament.
    L'amitose est l'absence de mitose, c'est-à-dire la division directe des cellules vivantes, sans participation active du noyau. Pour en savoir beaucoup plus sur la mitose, voir sa définition et les schémas qui y sont attachés.
    C'est le processus le plus simple de la division cellulaire, dans lequel une cellule mère donne naissance à deux cellules filles strictement identiques, avec le même nombre de chromosomes que le cellule mère initiale. Adj. : amitotique.    Haut de page

Amixie
Génétique  -   [Angl. : Amixia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * mixie : du grec mixis [-mixie], mélangé. 
    L'amixie est l'impossibilité pour deux espèces voisines de s'hybrider, c'est-à-dire de se reproduire en ayant des descendants fertiles. Pour les quelques cas connus d'accouplement inter espèces (cheval - âne, tigre - lion par ex.) les descendants : mulet, bardot, tigron, ligron, sont tous stériles.    Haut de page

Amnésie   Amnésique   Amnéstique   Amnésie de fixation   Amnésie d'évocation   Amnésie antérograde   Amnésie rétrograde
Neurologie  -   [Angl. : Amnesia, Amnesic, Amnestic, Amnesia of fixation, Amnesia of evocation, Anterograde amnesia, Retrograde amnesia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * mnésie : du grec mnêsis [mnémo], mémoire. 
    L'amnésie désigne l'affaiblissement ou la perte pathologique de la mémoire, permanente ou transitoire. L'amnésie peut être due à de nombreuses causes, notamment un choc physique ou psychologique intense, certains médicaments, entre autres. 

    Les psychologues distinguent schématiquement deux formes de cette affection :
* l'amnésie de fixation ou antérograde, qui correspond à la rétention des souvenirs, et
* l'amnésie d'évocation ou rétrograde, qui est l'impossibilité de se rappeler.

    L'amnésie est souvent considérée comme un mécanisme de défense contre des souvenirs douloureux, mais peut aussi résulter de lésions cérébrales.  Amnésique : adjectif et nom - qui a perdu  la mémoire.  Amnéstique : adjectif et n. m. : qui fait perdre la mémoire.    Haut de page

Amorphe   Amorphisme
Neurologie, psychiatrie psychologie  -   [Angl. : Amorphous, Amorphism]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * morphe : du grec morphê [morph(o)], forme.  
    Les matières amorphes sont des tissus privés de forme propre. Ils prennent celles des interstices où ils se logent. Un individu "amorphe", synonyme de atone, indolent, apathique, mou.
    Amorphisme
: état des organismes qui, par dégénérescence, ont perdu leur forme spécifique.    Haut de page

Amorphognosie   Amorphosynthèse
Neurologie  -   [Angl. : Tactile agnosia, amorphognosis, Amorphosynthesis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * morpho : du grec morphê [morph(o)], forme ; * gnosie : du grec gnôsis, [gnose, gnosie], connaissance.
    L'amorphognosie est l'incapacité de reconnaître un objet par la palpation avec la main située du côté opposé à celui de la lésion pariétale qui touche le cortex sensitif associatif (où se trouvent les zones et neurones d'association). Paradoxalement, il n'y a pas d'anomalie de la sensibilité somesthésique élémentaire.

    Il existe des perturbations bilatérales de la discrimination tactile observées dans les lésions circonscrites du gyrus postcentral de l'hémisphère gauche. Syn. astéréognosie, amorphosynthèse (du latin synthesis ou du grec sunthesis [-synthèse]).    Haut de page

Amorphose   Amorphus
Embryologie  -  [Angl. : Amorphosis, Amorphus]   N. f.   * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * morpho : du grec morphê [morph(o)], forme ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires. 
    L'amorphose est un état pathologique ou dégénératif qui modifie profondément la morphologie spécifique.
    Amorphus
: monstre de forme mal définie, dépourvu de cœur et de membres. Cette affection est létale, c'est-à-dire que le fœtus n'est pas viable et l'avortement spontané se produit en tout début de grossesse.    Haut de page

Amusie
Psychiatrie psychologie, neurologie  -   [Angl. : Amusia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * musie : du latin musa et du grec moûsa [-musie], relatif aux Muses. 
    Affection neurologique qui consiste en la perte du langage musical, l'incapacité de reconnaître la musique, consécutive à des lésions corticales, notamment au niveau du lobe cortical droit. L'amusie est comparable à l'aphasie en matière de langage.   Haut de page

Amycose   Amycosique
Médecine biologique  -   [Angl. : Amycosis, Amycosic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myco : du grec mukês [myc(o)- , -mycose], champignon ; ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires.  
    L'amycose désigne l'absence complète de champignons microscopique (tels que les levures par exemple), qui est réalisée dans l'état de parfaite asepsie. L'amycose est recherchée aussi dans le processus de fabrication de certaines bières qui subissent des filtrations spécifiques afin d'éliminer toute trace de levures.

Adj. : amycosique : caractérise l'absence complète de champignons microscopiques.    Haut de page

Amyèle   Amyélie
Embryologie, neurologie  -  [Angl. : Amyelous, Amyelia]   Adj. et n. m.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myèle : du grec muelos [myél(o)-], moelle. 
    Monstruosité caractérisée par l'absence totale de moelle épinière chez le fœtus. Cette affection est létale, c'est-à-dire que le fœtus n'est pas viable et l'avortement spontané se produit en tout début de grossesse. 
    Amyélie : état d'un fœtus sans moelle épinière.    Haut de page

Amyélinique
Neurologie  -   [Angl. : Amyelinic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myélo, myéline : du grec muelos [myél(o)-], moelle ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs. 
    L'adjectif amyélinique caractérise certaines fibres nerveuses dépourvues de myéline et dans lesquelles les influx nerveux (potentiels d'action) circulent plus lentement du fait de la suppression de l'effet saltatoire. En effet, dans les fibres pourvues de myéline, les influx "sautent" d'un nœud de Ranvier au suivant et circulent de ce fait beaucoup plus vite.   Haut de page

Amyélotrophie
Embryologie, neurologie  -   [Angl. : Amyelotrophy]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myélo : du grec muelos [myél(o)-], moelle ; * trophie : du grec trophê [-trophie, -troph(o)] nourriture.  
    L'amyélotrophie est une affection rare et grave qui consiste en une atrophie (développement incomplet) de la moelle épinière.    Haut de page

Amyoplasie
Kinésiologie kinésithérapie, génétique  -   [Angl. : Amyoplasia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myo : du grec mus [-myo], muscle ; * plasie : du grec plassein [plasie], façonner.  
    L'amyoplasie est une affection congénitale qui consiste dans le raidissement des membres en  extension, toutes les articulations des bras et des jambes étant bloquées. Les muscles sont atrophiés, c'est-à-dire insuffisamment développés.    Haut de page

Amyotaxie
Neurologie  -   [Angl. : Amyotaxy]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myo : du grec mus [-myo], muscle ; * taxie : du grec taxis [taxi-, taxo-, -taxie], ordre, arrangement.  
L'amyotaxie est une maladie d'origine nerveuse, caractérisée par des mouvements désordonnés d'origine réflexe.   Haut de page

Amyotonie   Amyotonie d'Oppenheim
Neurologie  -   [Angl. : Amyotonia, Oppenheim amyotonia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myo : du grec mus [-myo], muscle ; * tonie : du grec tonos [ton(o)], tension.  
L'amyotonie est l'absence partielle ou la perte totale de tonus musculaire. Syn. myatonie

    On parle également de la maladie d'OPPENHEIM, ou amyotonie d'Oppenheim, d'origine génétique, qui se traduit par une paralysie dite "flasque" et une totale atonie musculaire (le tonus a disparu). Dans la maladie d'Oppenheim, on a décrit aussi des signes de névrose traumatique, c'est-à-dire résultant d'une atteinte cérébrale avec destruction de certaines zones par traumatismes violents.    Haut de page

Amyotrophie   Amyotrophique   Amyotrophie spinale progressive
Neurologie  -   [Angl. : Amyotrophy, amyotrophia, Amyotrophic, Progressive spinal amyotrophy]  N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myo : du grec mus [myo], muscle ; * trophie : du grec trophê [-trophie, -troph(o)] nourriture. 
    L'amyotrophie est la diminution du volume et de la masse des muscles, spécialement des muscles striés qui représentent près de la moitié du poids du corps. Adj. : amyotrophique.

    Amyotrophies spinales progressives : affections dégénératives caractérisées par l'atteinte de la corne antérieure de la moelle épinière. Autre forme d'amyotrophie : la sclérose latérale amyotrophique.    Haut de page

Amyxie   Amyxorrhée
Gastroentérologie  -   [Angl. : Amyxia, Amyxorrhoea, amyxorrhea]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * myxie : du grec muxa [myx(o)-, -myxie], morve, mucus : * rrhée : du grec rhein [rrhée, rrhénie, -rroïde], couler.
    L'amyxie est l'insuffisance ou l'absence totale de sécrétion de la muqueuse de l'estomac. Cette sécrétion doit augmenter à la moindre inflammation de la muqueuse, ce qui ne se produit pas en cas d'amyxie.  Syn. : amyxorrhée.   Haut de page

Anacouphène
Otorhinolaryngologie  -   [Angl. : Non-titinnus]   N. m.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * acou : du grec akouein, [acou-], entendre ; * phène : du grec phainein, apparaître. 
    Dans la classification québécoise du processus de production du handicap : l'anacouphène est l'aptitude à avoir une audition exempte de bruit interne, c'est-à-dire sans acouphènes.    Haut de page

Anacousie
Otorhinolaryngologie  -   [Angl. : Anacusis, anacousia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * acou : du grec akouein, [acou-], entendre. 
    L'anacousie est l'absence de réponse comportementale ou physiologique à tout stimulus auditif, même supérieur à 120 dB. La cause est une surdité de transmission ou une surdité de perception, voire une combinaison des deux.   Syn. cophose.     Haut de page

Anadénie   Anadénie gastrique
Embryologie, endocrinologie et métabolismes  -   [Angl. : Anadenia, Anadenia ventriculi]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * adéno : du grec adên, glande.
    L'anadénie est l'absence de glandes ou l'insuffisance fonctionnelle d'une glande. Ex. anadénie gastrique : insuffisance de sécrétion gastrique.      Haut de page

Anaérobie   Anaérobiose
Médecine biologique  -   [Angl. : Anaerobic, anaerobe, Anaerobiosis]   Adj. et n. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * aéro : du grec aêr [aéro], air ; * bie : du grec bios [bio], vie. 
    Qui se déroule en absence d’air. Une bactérie anaérobie n’a pas besoin d’air (en fait d’oxygène). Pour vivre, elle tire l'énergie de substances organiques qu'elle décompose. Anaérobiose : état d'une bactérie (par exemple) qui est anaérobie.    Haut de page

Analgésie   Analgie   Analgésique
Algologie  -   [Angl. : Analgesia, Analgia, Analgesic]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * algo : du grec algos [algo, algi, algique], douleur ; * ésie : du suffixe grec -esis [-ésie], qui sert à former des mots à partir de racines.
    L'analgésie est l'insensibilité à la douleur avec conservation des autres sensibilités : tactile, calorique ... Syn. analgie

    Adj. : analgésique : médicaments qui affaiblissent ou suppriment la sensation de douleur, sans provoquer ni perte de conscience ni affaiblissement des autres sensations, à la différence des anesthésiques qui font disparaître indistinctement toutes les sensations. Syn. : antalgique.    Haut de page

Analgésie congénitale
Génétique, algologie  -  [Angl. : Congenital analgesia]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * algo : du grec algos [algo, algi, algique], douleur ; * ésie : du suffixe grec -esis [-ésie], qui sert à former des mots à partir de racines. 
    Le fait de ressentir la douleur lors d'agressions du milieu extérieur ou suite à un dysfonctionnement à l'intérieur de notre corps, représente un moyen d'information et donc de défense particulièrement efficace, puisque c'est la douleur qui va mettre en route des mécanismes réflexes et des comportements destinés à nous protéger.

    Un nombre restreint de personnes (environ une centaine connue dans le monde) sont atteintes d'ICD ou analgésie congénitale, c'est-à-dire que dès leur naissance, leur perception des sensations douloureuses est considérablement altérée, alors que les sensations non douloureuses (tactiles par ex.) sont normales. En réalité, l'ICD est une neuropathie sensitive héréditaire ou NSH dont il existe plusieurs formes, classées selon les auteurs en quatre ou cinq types.    Haut de page

Analgésie du nouveau-né
Algologie, pharmacologie  -  [Angl. : Analgesia of the newborn]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * algo : du grec algos [algo, algi, algique], douleur ; * ésie : du suffixe grec -esis [-ésie], qui sert à former des mots à partir de racines.  
    L'échelle DAN (douleur aigüe du nouveau-né) est une échelle visuelle graduée de 0 (pas de douleur) à 10 (douleur maximale) chez le nouveau-né et établie en observant l'expression du visage, les mouvements du corps et les réactions vocales pendant un acte agressif.

    Une équipe de médecins hospitaliers travaillant sur l'analgésie du nouveau-né a constaté que l'administration d'une demi cuiller de glucose (ou de saccharose) suivie d'une tétine à sucer, 2 minutes avant une piqûre (vaccin ou prélèvement sanguin par exemple) faisait passer le score douloureux de 7 à 1 en moyenne.
    En plus de ces actes simples, on peut poser, à l'emplacement de la piqûre et une heure environ avant l'acte, un patch antidouleur qui va légèrement anesthésier la zone concernée.    Haut de page

Analgésine
Algologie, pharmacologie  -   [Angl. : Analgesin]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * algésie : du grec algos [algo, algi, algique], douleur ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif.  
    L'analgésine est le nom quelquefois donné à l'antipyrine ou métamizole sodique qui a une action analgésique périphérique comparable à celle de l'acide acétylsalicylique  (aspirine). C'est également un médicament antipyrétique (contre la fièvre) et hémostatique (qui arrête les hémorragies locales).   Haut de page

Analgognosie
Neurologie  -  [Angl. : Analgognosia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * algo : du grec algos [algo, algi, algique], douleur ; * gnosie : du grec gnôsis, [gnose, gnosie], connaissance. 
    L'analgognosie est l'absence ou la diminution de la réaction aux stimuli nociceptifs, affectant aussi bien le retrait du membre que la mimique faciovocale et la traduction verbale ou l'expression du retentissement psychoaffectif de la douleur. Une atteinte bilatérale ou pariétale gauche entraîne une asymbolie douloureuse totale. Syn. : asymbolie douloureuse ou apractognosie de la douleur.    Haut de page

Anallergique
Immunologie allergologie  -   [Angl. : Anallergic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * allergo : du grec allos, autre, et ergon, réaction ; racine des termes relatifs aux allergies ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs.
    L'adjectif anallergique caractérise une substance qui ne provoque pas de réaction allergique. Syn. : antiallergique. Elle inhibe les modifications des réactions de l'organisme à un agent pathogène lorsque cet organisme a été l'objet d'atteintes antérieures par le même agent (c'est la mémoire immunitaire).    Haut de page

Analphabète   Analphabétisme
Neurologie, psychiatrie psychologie  -   [Angl. : Analphabetic, analphabet, Analphabetism]   Adj. et n.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * alphabète : des 2 premières lettres alpha et bêta de l'alphabet grec. 
    Personne ne sachant ni lire ni écrire suffisamment sa langue maternelle ou la langue de son pays d'adoption pour faire face aux exigences de la vie adulte. Au sens strict, analphabète signifie « qui ne sait ni lire ni écrire ». Le sens s'est élargi pour s'adapter au contexte d'une société postindustrielle. 

    Analphabétisme : absence de tout rudiment d'instruction. Dans ce sens, 45% de la population mondiale est analphabète.      Haut de page

Analphalipoprotéinémie
Génétique, maladies orphelines, hépatogastroentérologie  -   [Angl. : Tangier disease, analphalipoproteinemia]   N. f.  * Tangier : du nom d'une ville sur l'île "Tangier Island" dans la Baie de Chesapeake, au large de la Virginie ; * hypo : du grec hupo [hypo-], dessous, indiquant aussi une qualité ou une intensité inférieures à la normale ; * alpha : première lettre de l’alphabet grec (a), utilisée avec d’autres lettres grecques pour classer des éléments en biochimie, ou pour désigner un rayonnement en physique ou en médecine nucléaire ; * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * protéine : du grec tardif prôteios, signifiant "qui occupe le premier rang" ou "de première qualité", lui-même dérivé de protos, premier, relatif aux protides ou aux protéines, composées essentiellement de C, H, O et N ; * émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hém(o)-] : relatif au sang. 
Syn. : hypoalphalipoprotéinémie, analphalipoprotéinémie, syndrome de Tangier. La maladie de Tangier est une maladie génétique rare ou maladie orpheline, puisqu'on ne connaît que moins de cinquante cas dans une vingtaine de familles dans le monde. Quelques explications pour mieux comprendre cette maladie du transport du cholestérol.

* Sur le chromosome 9q31, c'est-à-dire sur le bras long (q) du 9e chromosome, à un emplacement ou locus précis nommé 31, se trouve le gène ABCA1 (ATP Binding Cassette Transporter).  En fait, il s'agit de la 9e paire de chromosomes, et nous avons donc ce gène en double, chacun hérité de l'un de nos deux parents. ATP désigne l'adénosine triphosphate qui est le principal transporteur d'énergie dans toutes nos réactions cellulaires.     Un chromosome en métaphase

    Ce gène ABCA1 code la fabrication d'une protéine du même nom (ABCA1) qui est enchâssée dans la membrane de nos cellules et dont le rôle principal est de permettre à certaines molécules dont le cholestérol, de quitter l'intérieur de la cellule pour passer dans le milieu extracellulaire. Ces molécules sont trop grandes pour passer "naturellement" de l'intérieur vers l'extérieur et ce passage nécessite la présence dans la membrane de ces protéines particulières qui vont permettre ce transfert qualifié d'actif, en consommant de l'énergie, donc de l'ATP. Ce n'est qu'une fois dans le milieu extracellulaire que le cholestérol va se lier à l'apoA1 et aux phospholipides pour former le complexe HDL.

* Chez un nombre très limité de personnes, l'un des chromosomes n° 9, plus rarement encore les deux, présente(nt) un gène ABCA1 qui a muté, c'est-à-dire qu'il ne fabrique plus la bonne protéine. Sans trop entrer dans les détails, on constate que dans un gène muté, la séquence des bases azotées qui composent la double hélice de l'ADN n'est plus la bonne. On comprend aisément ce qui se passe dans ce cas : le cholestérol ne peut plus quitter la cellule pour se rendre vers le foie et être éliminé. Il va s'accumuler préférentiellement dans des organes comme le foie et la rate, les artères, la cornée, les amygdales, entre autres. La maladie de Tangier résulte donc d'un dysfonctionnement du transport du cholestérol.

* Une précision importante : cette maladie se transmet selon le mode autosomique récessif.
- Autosomique : qualifie les chromosomes non sexuels, c'est-à-dire les 22 premières paires (la 23e paire étant conventionnellement celle des chromosomes sexuels, XX chez la femme, XY chez l'homme).
- Récessif : il faut que l'enfant reçoive de chacun de ses parents un chromosome avec le gène muté pour qu'il développe la maladie. Il est alors homozygote pour ce gène muté, puisqu'il l'a sur les deux chromosomes n° 9. S'il ne reçoit le gène muté que de l'un de ses parents, il est hétérozygote ou "porteur sain" et ne développe aucun symptôme de la maladie, car il produit suffisamment de protéines ABCA1 normales. Un exemple de transmission autosomique récessive

    * Principaux symptômes de la maladie de Tangier, sachant qu'aucun d'entre eux n'est obligatoire et qu'il existe des cas totalement asymptomatiques.
# Chez les nouveau-nés, les amygdales sont jaune-orangé du fait de l'accumulation d'esters du cholestérol et de taille supérieure à la normale. 
# Hypolipidémie, en particulier baisse sévère du taux des HDL (high density lipoprotein, le "bon" cholestérol) qui est < 0,1 g/L, ainsi que de l'ApoA1. C'est ce qui justifie son autre nom d'hypoalphalipoprotéinémie ou d'analphalipoprotéinémie.
# Athérosclérose prématurée disséminée, avec atteinte coronarienne fréquente et risque accru d'infarctus du myocarde.
# Opacité cornéenne résultant de l'accumulation d'esters de cholestérol.
# Hépatomégalie et splénomégalie (augmentation anormale du volume du foie et de la rate).
# Sur la muqueuse du côlon sigmoïde et du rectum, on observe des dépôts jaunâtres de cholestérol, visibles en coloscopie sous forme de plaques de 2 à 3 mm.
# Les amygdales ne sont pas les seuls organes lymphoïdes touchés : on peut aussi observer de petites adénopathies inguinales (à l'aine), axillaires (aux aisselles) et cervicales.
# Le fait que le cholestérol ne puisse plus sortir des cellules va provoquer une cytolyse (destruction cellulaire) plus ou moins importante, ce qui se traduit par un taux d'ALAT supérieur à 50 UI/L (normale < 25).
# Parfois rétinite pigmentaire, légère hypertriglycéridémie, entre autres.

* Traitements. Comme indiqué plus haut, il s'agit d'une maladie orpheline et il n'existe aujourd'hui aucun traitement, sinon symptomatique. Cela signifie que l'on soigne au coup par coup les symptômes qui deviennent gênants ou dangereux : angioplastie coronaire transluminale si des athéromes obstruent les artères coronaires, greffe de cornée pour éviter la cécité, amygdalectomie (ou tonsillectomie) chez les jeunes enfants, greffe du foie, entre autres. Les espoirs actuels reposent sur une thérapie génique qui n'est pas encore au point.     Haut de page

Anamniote
Anatomie, embryologie  -   [Angl. : Anamniotia]   Adj. et n.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * amniote : du grec amnios [amnio-], agneau. 
    Relatif à l’amnios. Un anamniote est un Vertébré qui se caractérise par l'absence de l'amnios pendant le développement embryonnaire (Poissons, Amphibiens).     Haut de page

Ananabasie
Psychiatrie psychologie, neurologie  -   [Angl. : Ananabasia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ...  ; * basie : du grec basis [basie], marche.
    L'ananabasie est la crainte de tomber, pendant la marche ou en station debout. Elle s'accompagne d'un sentiment d'immense désarroi. L'ananabasie se manifeste dans certaines névroses d'angoisse.    Haut de page

Anandrie
Embryologie, andrologie  -  [Angl. : Anandria]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * andro, andrie : du grec anêr, andros [andr(o)-, -andrie], homme, mâle.
    L'anandrie est une affection qui se manifeste soit par l'absence de désir sexuel (anaphrodisie), soit par un développement incomplet, voire une absence des caractères sexuels mâles.    Haut de page

Anangioplasie
Angiologie et médecine vasculaire, génétique  -   [Angl. : Anangioplasia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * angio : du grec aggeion [angio], vaisseau ; * plasie : du grec plasis [-plasie], action de façonner, modeler.  
    L'anangioplasie est l'insuffisance congénitale de vascularisation d'une région, suite à l'absence du système vasculaire, ou à la diminution congénitale du calibre des vaisseaux. Elle est souvent accompagnée d'une arriération mentale.    Haut de page

Anapeiratique
Kinésiologie kinésithérapie, rhumatologie  -   [Angl. : Anapeiratic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * peirato : du grec peiratos [peirat(o)-], fin, extrémité ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs. 
    L'adjectif anapeiratique désigne un blocage des articulations qui survient à la longue, au cours de la répétition d'un même mouvement. C'est en quelque sorte une aggravation de la crampe professionnelle.        Haut de page

Anaphrodisiaque
Médecine de la reproduction  -   [Angl. : Anaphrodisiac]   Adj. et n. m.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * aphrodisiaque : du grec aphrodisios, d'Aphrodite : appétit génital. 
    Substance qui a la propriété de provoquer l'anaphrodisie, c'est-à-dire de diminuer ou de supprimer le désir et le plaisir sexuels. Le camphre, les fleurs de nénuphar, l'ajonc, les chatons de saule et le bromure de potassium sont des substances anaphrodisiaques. Syn. antiaphrodisiaque.    Haut de page

Anaphrodisie
Médecine de la reproduction  -   [Angl. : Anaphrodisia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * aphrodisie : du grec aphrodisios, d'Aphrodite : appétit génital.
    L'anaphrodisie est l'absence constitutionnelle ou acquise, permanente ou accidentelle, de désir sexuel. À ne pas confondre avec la frigidité chez la femme ou l'impuissance chez l'homme.    Haut de page

Anarithmétie
Psychiatrie psychologie, neurologie  -   [Angl. : Anarithmia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * rythmo : du latin rhythmus ou du grec rhuthmos [-rythmie, -rythmique], rythme.
    L'anarithmétie est un type d'acalculie qui se manifeste par la perte des valeurs numériques ou de leur manipulation à la suite d'une lésion pariétale gauche. On observe une confusion dans les mécanismes opérationnels, un trouble de la retenue ou de la transposition des décimales, des désordres élémentaires du calcul mental, de la comptabilité des objets ainsi que des confusions d'une opération à l'autre (persévération) ou à l'intérieur d'une même opération.    Haut de page

Anarthrie
Psychiatrie psychologie, neurologie, orthophonie  -   [Angl. : Anarthria]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * arthro, arthrie : du grec arthron [arthr(o)], articulation. 
    L'anarthrie est un trouble du langage, consistant en une impossibilité d'articuler les sons, malgré l'intégrité des organes de phonation. Cette anomalie, due à une lésion cérébrale, est voisine de l'aphasie.    Haut de page

Anascitique
Gastroentérologie, hépatologie  -   [Angl. : Anascitic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * ascite : du grec askos, outre ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs.
    L'adjectif anascitique caractérise ce qui ne s'accompagne pas d'ascite (l'ascite est un épanchement liquidien de la cavité péritonéale, dont la cause la plus fréquente est la cirrhose du foie). Cirrhose anascitique.    Haut de page

Anastigmatique   Anastigmatisme   Anastigmate
Ophtalmologie  -   [Angl. : Anastigmatic, Anastigmatism, Anastigmat, anastigmatic]   Adj. et n.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * stigmate : du grec stigma, stigmatos : point ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs.
    Anastigmatique : fait d'être dépourvu d'astigmatisme. L'astigmatisme est un défaut de courbure des milieux réfringents de l'œil, essentiellement de la cornée, tel qu'un point lumineux donne sur la rétine non un point, mais une tache de forme et de dimensions spéciales. Il existe un appareil spécial permettant de mesurer les défauts de courbure de la cornée, ainsi que des verres pour les corriger s'ils sont trop importants. 

    Anastigmatisme
: fait de ne pas être astigmate. Anastigmate : n. m. et adj.    Haut de page

Anaxone
Neurologie  -   [Angl. : Anaxone]   N. m.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * axo, axone : du grec axôn, axe.
    Un neurone anaxone est dépourvu de son axone, c'est-à-dire qu'il ne comprend que le corps cellulaire et ses prolongements courts ou dendrites.             Haut de page

Anazoturie
Néphrologie urologie  -  [Angl. : Anazoturia]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * azoto : du préfixe a privatif et du grec zôê , la vie. [azot(o)-, -azoïque] : l’azote ne permet pas la vie ; qui contient de l’azote ; * urie : du grec oûron [uro-, -urie, -urique], urine.  
    L'anazoturie est l'absence ou la déficience de la sécrétion de composés azotés dans l'urine, et en particulier, la diminution de la quantité d'urée, ce qui indique par ailleurs que ce composé s'accumule dans le sang et provoque donc une hyperazotémie.    Haut de page

Anéchogène   Anéchogénicité
Imagerie médicale et interventionnelle  -  [Angl. : Anechogenic, Anechogenicity]   Adj.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * écho : du latin echo ou du grec êchô [écho-], répétition d’un son répercuté par un obstacle ; * gène, génicité : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, -génie, -génique, -génisme, -génétique], naissance, formation, qui engendre.
    L'échographe est un appareil basé sur l'émission d'ultrasons à haute fréquence (2,5 à 10 MHz en fonction de la résolution recherchée et de l'organe étudié) et sur la réception des échos renvoyés par les différentes structures tissulaires de l'organisme. Ces ultrasons sont totalement inoffensifs pour l'organisme, se déplacent à environ 1500 m/s dans les tissus.

    Les appareils actuels effectuent environ 15 à 30 émissions - réceptions par seconde, ce qui permet d'obtenir des images dynamiques.

* Adj. échogène : qui renvoie tout ou partie des ultrasons qu'il reçoit sous forme d'un écho ; l'échogénicité est le fait, pour un organe soumis aux ultrasons d'un échographe, de renvoyer un écho.

* Anéchogène : qualifie un milieu qui ne renvoie aucun écho lors d'un examen médical tel que l'échographie, par ex. Dans ce cas, la zone de l'écran correspondant à ce liquide est noire. L'urine contenue dans la vessie est normalement anéchogène aux ultrasons car c'est un liquide simple, sans particules, de même pour l'eau ou le liquide contenu à l'intérieur d'un kyste liquidien. Cette propriété est l'anéchogénicité.

* Normoéchogène : (du latin norma [norm(o)-], règle, équerre, mais aussi normal, correspondant à une valeur moyenne) la normoéchogénicité, pour un milieu normoéchogène, est le fait de renvoyer un écho conforme à une structure normale de ce milieu.

* Hypoéchogène : (du grec hupo [hypo-], dessous, indiquant aussi une qualité ou une intensité inférieures à la normale) qui ne génère que peu d'échos, donnant des plages d'un gris très sombre, proches du noir sur l'écran de l'échographe. Ex. des liquides légèrement chargés en particules. On trouve ensuite, avec une échogénicité croissante, les liquides avec phases solides comme le sang, les mucus, qui font apparaître des gris plus ou moins homogènes, puis les tissus mous (muscles, placenta), gris clairs, et les tissus solides (os) qui sont très échogènes et apparaissent pratiquement blancs. L'hypoéchogénicité est le fait, pour un milieu donné, d'être hypoéchogène.

* Hyperéchogène : (du grec huper [hyper-], au-dessus (anatomie) ou supérieur à la normale, en intensité ou en quantité l'hyperéchogénicité est le fait de renvoyer un écho fort, ce qui peut s'observer dans l'étude des tissus durs, les os et des calculs mais également les gaz contenus dans les viscères (notamment le colon), certains angiomes, certaines métastases et ceci d'autant plus qu'elles sont déjà calcifiées.   

Échographie : n. f. -  technique d'imagerie médicale qui utilise l'échographe. Cette technique est de plus en plus utilisée du fait de son innocuité, et elle permet d'observer des tissus fragiles comme l'œil, le fœtus ... 
Échographique
: adj. qui se rapporte à l'échographie. Un échographe        Haut de page

Anélectrotonus
Neurologie  -   [Angl. : Anelectrotonus]   N. m.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * électro : du latin scientifique electricitas, dérivé du latin classique electrum (ambre jaune) : relatif à l’électricité ; * tonus, tono : du grec tonos [ton(o)], tension. 
    Un anélectrotonus est une modification de l'excitabilité d'un nerf ou d'un muscle, soumis à un courant électrique constant. La réaction aux stimulus électriques diminue et peut même être nulle dans certaines affections.   Haut de page

Anémie   Anémique
Hématologie, médecine biologique  -   [Angl. : Anemia, Anemic]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * émie, émique : du grec haima, [émie] : relatif au sang. 
    Une anémie est une diminution du nombre ou de la qualité des hématies ou globules rouges du sang. En fait, il se produit un abaissement au-dessous de la normale de l'hémoglobine circulante totale.

Adj. : anémique : caractérise une personne qui est atteinte d'anémie. Voir aussi aplasie. Il existe de très nombreuses formes d'anémies. Quelques exemples :
* anémie à sphérocytes,
* anémie achlorhydrique,
* anémie agastrique,
* anémie aplasique ou arégénérative,
* anémie sidéropénique,
* anémie hémolytique,
* anémie hémorragique etc.

    Une perte importante en fer (Fe) peut également provoquer une forme d'anémie. Un traitement associant le fer et la vitamine C (qui favorise son absorption) peut être prescrit pour rétablir les valeurs normales.        Haut de page

Anémie de FANCONI
Hématologie, médecine biologique  -   [Angl. : Fanconi's anemia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * émie, émique : du grec haima, [émie] : relatif au sang ; * du pédiatre suisse qui a décrit la maladie en 1927. 
    L'anémie de Fanconi ou AF est une maladie autosomique (le gène muté est sur un chromosome non sexuel) récessive (les 2 parents doivent être atteints pour que leurs enfants le soient) qui se traduit par une insuffisance médullaire. Ces malades développent souvent des LAM (leucémies aigües myéloïdes), avec malformations du squelette, hyperpigmentation, malformations urogénitales et cardiaques.

    Les anomalies de la NFS (numération formule sanguine) apparaissent généralement vers l'âge de 7 ans. Le traitement consiste en une greffe de moelle osseuse ou de sang du cordon ombilical.

    Des recherches actuelles portent sur des greffes de cellules souches. Plusieurs protéines sont impliquées dans cette maladie, qui appartiennent à un même réseau métabolique. On connaît plusieurs gènes défaillants nommés FANC (A, C, D1, D2, E, F et G) qui sont situés sur des chromosomes différents.        Haut de page

Anémie globulaire
Hématologie, médecine biologique  -   [Angl. : Globular anaemia (or anemia)]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * émie, émique : du grec haima, [émie] : relatif au sang ; * globulaire : du latin globus [glob(o)-, globul(o)-, -globulie], sphérique, petit corps arrondi. 
    Cette forme d'anémie, connue aussi sous le nom d'anémie pernicieuse (pernicieux, euse : du latin perniciosus, de pernicies, destruction, se dit de ce qui cause du mal, qui représente un danger pour la santé) ou anémie hyperchrome ou anémie hyperchromique, se caractérise par le fait que les globules rouges ou hématies ou érythrocytes ont une teneur en hémoglobine supérieure à la normale, ce qui se traduit par un indice colorimétrique du sang plus élevé et une CCMH (concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine) élevée. En même temps, le nombre des hématies diminue, justifiant le nom d'anémie.        Haut de page

Anémie hyperchrome   Anémie hyperchromique
Hématologie, médecine biologique  -   [Angl. : Hyperchromic anaemia (or anemia)]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * émie, émique : du grec haima, [émie] : relatif au sang ; * hyper : du grec huper [hyper-], au-dessus (anatomie) ou supérieur à la normale, en intensité ou en quantité ; * chrome, chromique : du grec khrôma, khrômatos [chroma-, chromat(o)-, -chromie, chrom(o)-], couleur. 
    Cette forme d'anémie, connue aussi sous le nom d'anémie pernicieuse ou anémie globulaire, se caractérise par le fait que les globules rouges ou hématies ou érythrocytes ont une teneur en hémoglobine supérieure à la normale, ce qui se traduit par un indice colorimétrique du sang plus élevé et une CCMH (concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine) élevée. En même temps, le nombre des hématies diminue, justifiant le nom d'anémie.        Haut de page

Anémie pernicieuse 
Hématologie, médecine biologique  -   [Angl. : Pernicious anaemia (or anemia)]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * émie, émique : du grec haima, [émie] : relatif au sang ; * pernicieux, euse : du latin perniciosus, de pernicies, destruction, se dit de ce qui cause du mal, qui représente un danger pour la santé.
    Cette forme d'anémie, connue aussi sous le nom d'anémie hyperchrome, anémie hyperchromique ou anémie globulaire, se caractérise par le fait que les globules rouges ou hématies ou érythrocytes ont une teneur en hémoglobine supérieure à la normale, ce qui se traduit par un indice colorimétrique du sang plus élevé et une CCMH (concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine) élevée. En même temps, le nombre des hématies diminue, justifiant le nom d'anémie.        Haut de page

Anémie microcytaire hyposidérémique
Hématologie, médecine biologique  -   [Angl. : Refractory sideroblastic anemia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * émie, émique : du grec haima, [émie] : relatif au sang ; * micro : du grec mikros [micr(o)-, -micrie, -micron], petit ; * cytaire : du grec kutos [cyto-, -cyte, -cytie], cellule* hypo : du grec hupo [hypo-], dessous, indiquant aussi une qualité ou une intensité inférieures à la normale ; * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * émique :du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang. 
    Microcytaire signifie que les globules rouges ou hématies ou érythrocytes ont une taille inférieure à la normale, ce qui se traduit par un VGM (volume globulaire moyen) inférieur à la normale, c'est-à-dire inférieur à 80 fL chez les adultes, inférieur à 72 fL chez l'enfant. Pour mémoire, 1 fL = 1 femtolitre, soit 10-15 L ou 10-12 mL ou 10-9 mm3 ou encore 1 micron cube (1µ3). C'est avec cette dernière unité que les laboratoires d'analyses médicales expriment le VGM et le VGM normal (adultes) est supérieur à 80 µ3.

    L'adjectif hyposidérémique signifie que c'est une carence en fer, appelée aussi carence martiale, qui est responsable de cette anémie et qui a provoqué la microcytose. On rencontre aussi ce type d'anémie dans les états inflammatoires chroniques et dans les syndromes thalassémiques.

    Autre caractéristique de l'anémie microcytaire : le taux d'hémoglobine : valeurs normales pour un homme : 130 à 180 g/L (donné souvent en %, soit 16 à 18%), pour une femme : 120 à 160 g/L, pour un nouveau-né : 140 à 230 g/L. Ce taux est bas, parfois inférieur à 6% ou 60 g/L.
    Enfin la CCMH ou concentration corpusculaire (dans une hématie) moyenne en hémoglobine est également basse et correspond à ce que l'on appelle une hypochromie. Les valeurs normales de la CCMH sont exprimées en g/dL ou en % : entre 32 et 36 g/dL ou entre 32 et 36 % (étant bien entendu que toutes ces valeurs considérées comme "normales" peuvent varier d'un laboratoire à un autre.         Haut de page

Anémie réfractaire sidéroblastique
Hématologie, médecine biologique  -   [Angl. : Refractory sideroblastic anemia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * émie, émique : du grec haima, [émie] : relatif au sang. 
    Nos globules rouges (ou hématies, ou érythrocytes) sont colorés en rouge par un pigment : l'hémoglobine. L'un des principaux constituants de cette hémoglobine est l'hème qui contient du fer. C'est au niveau des cellules précurseurs des hématies, les érythroblastes, que l'hémoglobine est synthétisée à partir de protoporphyrine.

    L'anémie réfractaire sidéroblastique résulte d'une anomalie dans la synthèse de la protoporphyrine. Le fer n'est alors plus incorporé dans l'hème et il s'accumule dans le globule rouge, qui présente en même temps un déficit en hémoglobine. Ces cellules remplies de fer (surtout au niveau des mitochondries) sont appelées sidéroblastes (* sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * blasto, blaste, blastique : du grec blastos [-blaste, blast(o)-], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire) ce qui explique le nom de cette forme d'anémie.

    À l'heure actuelle, on ne connaît pas les causes de cette maladie, qui touche essentiellement les personnes âgées. Dans les cas sévères, on a recours à des transfusions sanguines.        Haut de page

Anencéphale   Anencéphalie   Anencéphalique
Embryologie, neurologie  -   [Angl. : Anencephalous, Anencephalia, Anencephalic]   Adj. et n.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * encéphalo, encéphale : du grec enkephalos [encéphal(o)-], cervelle, c’est-à-dire l’encéphale. 
    L'adjectif ou le nom anencéphale caractérise un embryon atteint d'anencéphalie, absence congénitale non viable de l'encéphale antérieur et de la voûte crânienne, due à un défaut de fusion de la plaque neurale pendant l'embryogenèse. Cette affection est létale et l'avortement spontané intervient très tôt, en début de grossesse (on cite certains cas qui ont survécu quelques jours après la naissance).

    Il peut arriver que ces fœtus présentent une pseudo face avec des yeux. À noter que cette pathologie est maintenant détectable par échographie à partir de la 13e semaine de grossesse.  Adj. anencéphalique : caractérise un embryon atteint d'anencéphalie. Un être anencéphale.   Haut de page

Anencéphalomyélie   Amyélencéphalie
Embryologie, neurologie  -  [Angl. : Amyelencephalia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * encéphalo, encéphale : du grec enkephalos [encéphal(o)-], cervelle, c’est-à-dire l’encéphale ; * myélo, myélie : du grec muelos [myél(o)-], moelle. 
    Monstruosité caractérisée par l'absence congénitale non viable de cerveau et de moelle épinière. L'anencéphalomyélie est une affection létale et l'avortement spontané intervient très tôt, en début de grossesse.  Syn. amyélencéphalie.    Haut de page

Anencéphalotrophie
Angiologie et médecine vasculaire  -   [Angl. : Anencephalotrophy]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * encéphalo, encéphale : du grec enkephalos [encéphal(o)-], cervelle, c’est-à-dire l’encéphale ; * tropho, trophie : du grec trophê [-trophie, -troph(o)] nourriture. 
    Il s'agit d'une insuffisance d'apport en dioxygène ou autres éléments nutritifs au niveau de l'encéphale. Le risque immédiat de l'anencéphalotrophie est l'AVC (accident vasculaire cérébral) ou infarctus cérébral avec destruction rapide de zones plus ou moins importantes et perte immédiate des facultés psychiques ou physiques correspondant à ces zones.    Haut de page

Anentérémie
Angiologie et médecine vasculaire  -   [Angl. : Anenterous]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entère, -entérique], intestin ; * émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang. 
    L'anentérémie est l'insuffisance d'apport sanguin au niveau de l'intestin ou entéron. Il peut en résulter une insuffisance des contractions péristaltiques et, au pire, une nécrose progressive des tuniques intestinales.   Haut de page

Anentéroneurie
Gastroentérologie  -   [Angl. : Anenteroneuria]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * entéro : du grec enteron [entér(o)-, -entère, -entérique], intestin ; neuro, neurie : du grec neuron [neur(o)-, -neurie], nerf. 
    L'anentéroneurie correspond à une atonie intestinale, c'est-à-dire à la perte ou à la diminution importante de la tonicité normale  (contraction permanente) de cet organe. C'est en réalité le péristaltisme (ondes de contraction qui font progresser le bol, le chyme, le chyle et les matières fécales tout au long du tube digestif) qui est diminué.    Haut de page

Anépiploïque
Embryologie  -   [Angl. : Anepiploic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * épiploon : du grec epiploon , flottant ; en anatomie, nom donné à deux replis du péritoine. 

    L'adjectif anépiploïque désigne l'absence  de l'épiploon, c'est-à-dire de l'un ou des deux replis du péritoine qui relient les viscères abdominaux entre eux.    Haut de page

Anépithymie
Psychiatrie psychologie  -   [Angl. : Anepithymia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * épi : du grec epi [épi-], sur, dessus ; * thymo, thymie : du grec thumia, de thumos [-thymie, thym(o)-], cœur, affectivité, relatif à la passion. 
    L'anépithymie est la perte des désirs et des appétits naturels.  Haut de page

Anergie   Anergique   Anergisant
Immunologie allergologie  -   [Angl. : Anergy, Anergic, Anergizing]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * ergo, ergie : du grec ergon [-ergie], action.
    Le terme "anergie" a été inventé par Von Pirquet (inventeur de la cutiréaction permettant de mettre en évidence le fait qu'un individu a déjà été en contact avec le bacille de la tuberculose) pour désigner l'absence ou la disparition de l'allergie. Il s'agit donc de la disparition (on dit aussi négativation) de la réaction de l'organisme envers une substance qui jusque-là provoquait l'allergie.

    On connait actuellement plusieurs pathologies susceptibles de provoquer l'anergie : certaines tumeurs, quelques affections génétiques, certaines formes de diabète, quelques déséquilibres alimentaires dont la malnutrition ou la sous-nutrition, entre autres. Adj. : anergique : caractérise un organisme atteint d'anergie ;  anergisant(e) : caractérise toute substance qui provoque l'anergie.  Haut de page

Anérotisme   Anérotique
Médecine de la reproduction  -  [Angl. : Orgastic impotence]   N. m.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * érotisme : du latin eroticus, du grec erôtikos [ér(o)-, érot(o)-], relatif à l’amour sexuel, à la sexualité.  
    L'anérotisme est l'absence de plaisir au cours d'un acte sexuel, alors que celui-ci se déroule tout à fait normalement. Adj. anérotique : caractérise l'anérotisme.    Haut de page

Anérythroplasie
Hématologie  -   [Angl. : Anerythroplasia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * érythro : du grec eruthros [érythro], rouge ; * plasie : du grec plasis,  plassein [-plasie], action de façonner, modeler. 
    L'anérythroplasie est l'insuffisance ou absence de formation d'érythrocytes par la moelle osseuse, c'est-à-dire d'hématies (globules rouges). C'est une cause essentielle de l'apparition d'une forme d'hémophilie.                       Haut de page

Anérythropoïèse
Hématologie  -   [Angl. : Anerythropoiesis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * érythro : du grec eruthros [érythro], rouge ; * poïèse : du grec poiein [-poïèse, -poïétique], faire, fabriquer. 
    L'anérythropoïèse est la production insuffisante d'érythrocytes (ou hématies, ou globules rouges) par la moelle osseuse, mise en évidence par un hémogramme. La cause est à rechercher dans une insuffisance ou une anomalie de fonctionnement des cellules souches de la moelle osseuse.      Haut de page

Anesthésie   Anesthésiant   Anesthésique   Anesthésiste   Anesthésiologiste   Anesthésiologie
Anesthésiologie réanimation  -   [Angl. : Anesthesia, anaesthesia, Anaesthetise, anesthetise, Anesthetic, anaesthetic, Anaesthesist, anesthesist, Anaesthesiologist, anesthesiologist, Anaesthesiology, anesthesiology]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * esthésie : du grec aisthêsis [esthésio, esthésie], sensation, perception.
    L'anesthésie est l'insensibilité à la douleur qui peut être provoquée artificiellement (anesthésie générale avec perte de conscience) par l'injection intraveineuse de barbituriques, associée ou non au curare.

    * Anesthésiant, anesthésique
(produits provoquant l'anesthésie comme l'éther, le protoxyde d'azote).
    * Anesthésiste, anesthésiologiste
: médecin spécialisé en anesthésiologie, c'est-à-dire l'étude de toutes les formes d'anesthésie et de leurs conséquences ; ces médecins sont en fait des anesthésistes réanimateurs, et ils suivent les patients jusqu'à leur réveil dans la salle de réanimation. 
    * Anesthésiologie
: c'est la spécialité de la médecine qui concerne toutes les formes d'anesthésie et la réanimation qui suit automatiquement toute anesthésie générale.
    * Hémianesthésie
: perte de la sensibilité d'une moitié du corps,
    * Préanesthésie
: traitement calmant administré avant une opération, appelé aussi prémédication. 

    Il existe aujourd'hui de nombreuses formes d'anesthésie, en fonction de l'importance et de la durée de l'opération, mais aussi du profil psychologique du patient.   Haut de page

Anesthésique volatil
Médecine biologique, anesthésiologie  -  [Angl. : Volatile anaesthetic or anesthetic]   N. m.  * an : du préfixe "a" (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie "sans" ou "arrêt" ou "absence de" ; * esthésique : du grec aisthêsis [esthésio, esthésie], sensation, perception ; * volatil : du latin volatilis, qui vole, ailé.
   On qualifie d'anesthésique volatil, un liquide transformé en gaz et respiré grâce à un masque par un patient avant une intervention chirurgicale. Les personnes d'un certain âge se souviennent certainement de ces anesthésies particulièrement désagréables au cours desquelles on respirait un mélange gazeux à base d'éther ou de chloroforme, et qui n'était pas sans effets secondaires au réveil, vomissements notamment. Parmi les anesthésiques volatils, on peut citer l'éther, le chloroforme (qui ont heureusement disparu des salles d'opération) et, plus récemment, des éthers halogénés, comme le desflurane et le sévoflurane. Aujourd'hui, les anesthésies générales se font par des mélanges liquides injectés par voie intraveineuse et sont d'un remarquable confort.   Haut de page

Anesthésie locale   Anesthésie locale transcutanée   Anesthésie locale par infiltration sous-cutanée   Anesthésie locorégionale
Algologie, anesthésiologie réanimation  -  [Angl. : Local anaesthesia, Transcutaneous local anaesthesia, Local anaesthesia by subcutaneous infiltration, Locoregional anaesthesia]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * esthésie : du grec aisthêsis [esthésio, esthésie], sensation, perception. 
    L'anesthésie locale, ou locorégionale (ancienne orthographe loco-régionale) a pour but l'insensibilisation d'un territoire donné et limité. On distingue essentiellement
* l'anesthésie locale transcutanée et
* l'anesthésie locale par infiltration sous-cutanée.

    Les anesthésiques locaux (ou locorégionaux) bloquent les canaux sodium (Na+) des membranes des neurones et interagissent dans l'excitabilité neuronale périphérique. La conduction nerveuse est bloquée (donc le message de la douleur) de façon réversible. Ce blocage varie en fonction des doses appliquées, mais aussi des fibres nerveuses concernées : les fibres C de la douleur ne possédant pas de myéline sont donc bloquées avant les autres.

    La lidocaïne et les autres anesthésiques locaux (AL) de type amide sont les plus utilisés parmi de nombreux autres. Quelques exemples :
* TAC : Tétracaïne 0,5%, Adrénaline 1/2000, Cocaïne 11,8% ;
* LET : lidocaïne 4%, Épinéphrine 1/2000 et Tétracaïne 0,5 à 2% ;
* crème EMLA (Eutetic Mixture of Local Anesthetics) : prilocaïne et lidocaïne en proportions égales dans une émulsion eau - huile ;
* Voltarène, Profenid, Niflugel, Percutalgine, Xylocaïne etc.

    L'anesthésie locale transcutanée agit sur les fibres nerveuses in situ. La vitesse d'absorption dépend de l'état de la peau (elle est plus lente si la peau est saine) et de son épaisseur. À noter que sur une muqueuse, la vitesse d'absorption correspond à une injection intraveineuse. Dans l'anesthésie locale par infiltration sous-cutanée, l'anesthésique est injecté directement au niveau des tissus douloureux. L'injection doit être lente pour éviter la distension douloureuse et traumatisante des tissus.   Haut de page

Anesthésiologie-réanimation chirurgicale
Spécialité médicale  -  [Angl. : Anesthesiology]   N. f.  * an : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * esthésie : du grec aisthêsis [esthésio, esthésie], sensation, perception.
    Spécialité associée à la chirurgie qui utilise toutes les techniques permettant d'anesthésier une personne pour pouvoir l'opérer, ou pour maintenir en vie (réanimer) une personne accidentée ou gravement malade.
    Les actes d'anesthésie et de réanimation nécessitent des moyens de très haute technicité, réunis sur des plateaux spécifiques : le bloc opératoire d'une part, et la réanimation chirurgicale d'autre part.   Haut de page

Aneuploïdie   Aneuploïde
Génétique  -   [Angl. : Aneuploidy, Aneuploid]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * eu : du grec eu [eu-], bien, vrai ; * ploon : du grec ploos, plous [ploon], navigation, ce qui flotte ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence.
    Une cellule est dite aneuploïde si elle possède un nombre anormal de copies d'un (ou plusieurs) chromosome(s) dans son génome. Pour un chromosome donné, elle est nullisomique si ce chromosome est totalement absent, monosomique s'il n'y a qu'un seul exemplaire, trisomique s'il y a 3 copies etc.    Haut de page

Anhédonie
Psychiatrie psychologie  -  [Angl. : Anhedonia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hédonie : du grec hêdonê, plaisir, jouissance. 
    L'anhédonie est un sentiment de lassitude, de désintérêt, d'émoussement affectif. La personne n'éprouve plus de plaisir pour les activités qu'elle appréciait. L'anhédonie est vécue de façon angoissante et culpabilisante par le sujet. Cet émoussement affectif touche aussi bien les choses heureuses que malheureuses.    Haut de page

Anhélation   Anhéler
Pneumologie  -   [Angl. : Anhelation, To breathe with difficulty, tu puff, to pant]   N. f.  * anhéler : du latin anhelo : haleter, respirer avec peine. 
    L'anhélation est le fait de présenter des difficultés respiratoires, qui peut se produire chez certains patients même en l'absence de tout effort physique ou d'obstruction des voies respiratoires.  
    Anhéler
: respirer difficilement, avoir le souffle court.    Haut de page

Anhélie
Médecine biologique  -  [Angl. : Insufficient exposure to the sun]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hélio, hélie : du grec hêlios [héli(o)-, -hélie], relatif au Soleil ou à son exposition. 
    Exposition insuffisante au rayonnement solaire. L'anhélie provoque une fabrication insuffisante de vitamine D par les stérols de la peau et donc une absorption insuffisance du calcium par les os. On sait que l'anhélie a été un facteur déterminant dans l'apparition de certains rachitismes et qu'elle peut intervenir dans la maladie osseuse de Paget.   Haut de page

Anhématochromie
Hématologie  -   [Angl. : Anhematochromia (sans certitude)]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hémato : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang ; * chromo, chromie : du grec khrôma, khrômatos [chroma-, chromato, chromo], couleur.  
    L'anhématochromie est une modification de la couleur des hématies, dépendant de la diminution de la teneur en hémoglobine. C'est une forme d'anémie qui est généralement due à un déficit en fer, élément indispensable dans l'hémoglobine.     Haut de page

Anhématopoïèse   Anhématose
Hématologie  -  [Angl. : Anhematopoiesis, Anhematosis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hémato : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang ; * poïèse : du grec poiein [-poïèse, -poïétique], faire, fabriquer. 
    L'anhématopoïèse est un ralentissement ou un arrêt de la production de cellules sanguines suiteà une déficience de la moelle osseuse (qui produit toutes les cellules souches des cellules sanguines).
    Syn. anhématose.    Haut de page

Anhépatie   Anhépatique
Hépatologie  -   [Angl. : Anhepatia, Anhepatic]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hépato : du grec hêpar [hépato, hépatique], foie.
    L'anhépatie est la suppression ou la diminution des fonctions du foie. Les causes sont nombreuses et variées : virales (hépatites), dégénérescence due à une cirrhose, présence d'une tumeur envahissante etc. 

    Adj. anhépatique. Peut aussi signifier "qui ne provient pas du foie". On qualifie aussi d'anhépatie la période chez un malade, pendant laquelle il n'a plus de foie, entre l'extraction de l'organe malade (hépatite fulminante, nécrose hépatique, hépatite B par ex.) et l'insertion du greffon.   Haut de page

Anhidrose   Anhydrose
Dermatologie  -   [Angl. : Anhidrosis, Anhydrosis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hidro : du grec hidrôs sueur.
    L'anhidrose, ou anhydrose est la diminution anormale de la sécrétion sudorale. L'anhidrose peut être générale ou localisée à un territoire précis de la peau, pathologique ou due à des produits antisudoraux.
    Syn. anhydrose (du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique], eau). L'anhydrose est liée à un problème hormonal en relation avec la thyroïde, les reins et les glandes surrénales.    Haut de page

Anhiste
Histologie cytologie  -  [Angl. : Anhistic]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * histe : du grec histos ou histion [hist(o), histio-], tissu.
    Un élément anatomique anhiste ou provenant d'une lésion anhiste n'a pas de texture histologique ou de structure déterminée. C'était le cas par exemple de certaines structures amyloïdes ou de nécroses tuberculeuses, dans lesquelles on ne décelait aucune cellule.

    Actuellement, avec les progrès de la microscopie (MEB - microscope électronique à balayage, ou MET - microscope à effet tunnel), on observe bien mieux ces structures.     Haut de page

Anhydrase
Biochimie, médecine biologique  -   [Angl. : Anhydrase]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hydro : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique], eau ; * ase : suffixe qui signifie enzyme, synonyme de diastase.
    L'anhydrase est caractérisée par l'absence d'une enzyme qui normalement, catalyse l'élimination de l'eau contenue dans un composé.        Haut de page

Anhydre   Anhydrique
Biochimie, médecine biologique  -   [Angl. : Anhydrous, Anhydric]   Adj.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hydro, hydre : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique], eau.
Un produit anhydre ne contient pas d'eau. Adj. syn. :  anhydrique.   Haut de page

Anhydrémie
Hématologie  -  [Angl. : Anhydremia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hydro : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique], eau ; * émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang.  
    L'anhydrémie est l'insuffisance d'eau dans le sang, ce qui a pour effet d'augmenter la concentration de tous ses composants. La pression osmotique augmente et, par voie de conséquence, les osmorécepteurs carotidiens agissent sur l'hypophyse.
    Celle-ci, par l'intermédiaire de l'ADH (hormone antidiurétique), réduit l'émission d'urine.     Haut de page

Anhydrobiose
Médecine biologique  -  [Angl. : Anhydrobiosis]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hydro : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique], eau ; * bio, biose : du grec bios [bio], vie.
    L'anhydrobiose est un état de vie extrêmement ralentie, présenté par certains organismes animaux et végétaux sous l'effet de la dessiccation. Des microorganismes sont ainsi capables de résister plusieurs années en attendant des conditions plus favorables. Il en est de même de la presque totalité des graines végétales.   Haut de page

Anhydromyélie
Neurologie  -   [Angl. : Anhydromelia]   N. f.  * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hydro : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique], eau ; * myélo, myélie : du grec muelos [myél(o)-, myélie], moelle. 
    L'anhydromélie est la diminution pathologique du liquide céphalorachidien (LCR) dans le canal central de la moelle épinière.    Haut de page

Anhylognosie
Neurologie  -   [Angl. : Anhylognosis]   N. f.   * a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * hylo : du grec hulê, matière ; * gnosie : du grec gnôsis, [gnose, gnosie], connaissance.
L'anhylognosie est un trouble de la perception tactile.    Haut de page