Retour à la page d'accueil  A - TERMINOLOGIE MEDICALE - A  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 13-10-2020

Ana-     Du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... Le préfixe ana- est d'origine indoeuropéenne, apparenté au gotique ana "contre", au vieux perse anã "le long de", entre autres.

Anatom(o)-      * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * tomo, tomie : du grec tomê [-tomie], section, coupe ; du latin anatomia ou du grec anatemnein, disséquer. Ce n'est qu'à partir du XVIe s., à la fin de l'interdit religieux sur cette pratique, que le mot anatomie prend son sens concret de dissection. Puis il signifie au figuré "examen détaillé, analyse". 


Anabiose - Anabiotique - Anabolique - Anabolisant - Anabolisme - Anacamptomètre - Anachlorhydrie - Anacorèse - Anaferment - Anagène - Anagenèse - Analepsie - Analeptique - Analeptique cardiorespiratoire - Analyse - Anamnèse - Anamnésie - Anamnéstique - Anamorphose - Anaphase - Anaphylactique - Anaphylactiser - Anaphylaxie - Anaplactique - Anaplactiser - Anaplasie - Anaplastie - Anaplaxie - Anarrhénie - Anasarque - Anastomose - Anastomose cavopulmonaire - Anastomose hépaticojéjunale - Anastomotique - Anatomie - Anatomie de la colonne vertébrale - Anatomie du rachis - Anatomie et cytologie pathologique - Anatomie rachidienne - Anatomique - Anatomiquement - Anatomiser - Anatomisme - Anatomiste - Anatomocytopathologie - Anatomocytopathologiste - Anatomopathologie - Anatomopathologiste - Anatopisme - Anatoxine - Anatoxique - Anatrope - Anavaccin - Anavenin - Anavirus

Anabiose  Anabiotique
Physiologie, médecine biologique [Angl. : Anabiosis, Anabiotic]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * bio, biose, biotique : du grec bios [bio], vie.
    État de suspension de la vie par la sécheresse (anhydrobiose) ou les très basses températures (hibernation). C'est le cas des bactéries enkystées, des œufs d'Artemia, entre autres nombreux exemples. L'organisation est conservée et la vie active peut reprendre lorsque les conditions redeviennent favorables.
    Anabiotique : adj. et n. être vivant qui peut être ranimé après une période d'anabiose. Qualifie également tout procédé qui permet le retour à la vie d'un être vivant en anabiose.     Haut de page

Anabolisant
Pharmacologie, médecine du sport  -  [Angl. : Anabolic, anabolic steroids]   Adj. et n. m.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * bole, bolisant : du grec bolos, bolê [-bole, -bolie, -bolisme], jet, action de jeter.
    Se dit d'une substance qui favorise l'anabolisme, c'est-à-dire les réactions physicochimiques intracellulaires de la nutrition. Les anabolisants sont des stéroïdes apparentés à la testostérone, qui favorisent les synthèses de protéines et en particulier le développement musculaire. Ils sont utilisés pour lutter contre les amaigrissements, l'anorexie, certaines formes d'ostéoporose.
    Dans le monde sportif, ce sont des produits dopants qui sont interdits et dont les traces sont recherchées dans les urines.     Haut de page

Anabolisme   Anabolique
Physiologie  -  [Angl. : Anabolism, Anabolic]   N. m.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * bole, bolisme : du grec bolos, bolê [-bole, -bolie, -bolisme], jet, action de jeter.
    L'anabolisme est l'ensemble des processus du métabolisme qui aboutissent à des synthèses et interviennent dans l'assimilation.  C'est la première phase du métabolisme qui transforme les nutriments en tissu vivant.
    Adj. anabolique, anabolisant. Les anabolisants activent les réactions physicochimiques de la nutrition.  Schéma de principe du métabolisme    Haut de page

Anacamptomètre
Neurologie  -  [Angl. : Anacamptometer]   N. m.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * campto : du grec kamptô, kampsis [-campsie], courber, fléchir, inflexion ; * métro, mètre : du latin metrum  ou du grec metron, [-mètre], mesure.
    En fait, il faut prendre "anakamptô" qui signifie fléchir de nouveau et qui a donné re-fléchir ou réflexe. L'anacamptomètre est un appareil qui sert à mesurer les réflexes.     Haut de page

Anachlorhydrie
Gastroentérologie  -   [Angl. : Anachlorhydria]   N. f.   * ana- : du grec ana qui a de nombreux sens et qui signifie ici « absence de » ; *chloro : du grec khlôros [chlor(o)-], vert ; racine qui indique la présence de chlore ou la couleur verte ; * hydrie : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrie], eau. 
    L'anachlorhydrie est synonyme de achlorhydrie et caractérise l'absence de la sécrétion acide (HCl = acide chlorhydrique) dans l'estomac, due à la destruction des cellules de la région fundique (partie de l'estomac) qui s'observe, en particulier, dans la maladie de Biermer ou gastrite atrophique.     Haut de page

Anacorèse
Immunologie allergologie[Angl. : Anacoresis]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * coréo, corèse : du grec koréô [-corèse], rassasié. 
   L'anacorèse est un phénomène d'immunisation apparaissant chez certains sujets vaccinés contre une maladie quelconque, et se traduisant par une résistance supérieure à celle d'autres sujets eux aussi vaccinés. Cette résistance supérieure se fait sentir non seulement envers le bacille contre lequel a été pratiquée la vaccination, mais aussi vis-à-vis d'autres agents infectieux.     Haut de page

Anaferment
Biochimie, immunologie allergologie  -  [Angl. : Anaferment]   N. m.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * ferment : du latin fermentum, germe microbien, ou catalyseur produit par les cellules vivantes et permettant certaines réactions chimiques. 
      Un anaferment est un ferment ayant perdu son pouvoir de déterminer certains processus chimiques dans l'organisme, mais ayant conservé ses propriétés antigéniques, c'est-à-dire sa capacité de provoquer l'apparition d'anticorps dans le sérum de l'animal auquel on l'injecte.     Haut de page

Anagène
Physiologie, cytologie, dermatologie  -  [Angl. : Anagen, anagenetic]   Adj.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * gène : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, -génie, -génique, -génisme, -génétique], naissance, formation, qui engendre. 
    L'adjectif anagène qualifie la phase de croissance d'un cheveu pendant son cycle pilaire. On a observé chez certains enfants, une alopécie (ou chute des cheveux) congénitale diffuse, qui se traduit dès la naissance par des cheveux qui s'arrachent facilement et sans douleur. À l'examen (trichogramme), ces cheveux montrent une absence de la gaine épithéliale au niveau de leur racine. C'est le syndrome des cheveux anagènes caducs (en anglais : Loose anagen (hair) syndrome).
    Synonyme : effluvium anagène (effluvium : nom latin signifiant écoulement, de effluo, is, ere, couler, laisser échapper ; effluve : émanation plus ou moins odorante qui s'échappe des êtres vivants).      Haut de page

Anagenèse
Physiologie, cytologie  -  [Angl. : Anagenesis]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, -génie, -génique, -génisme, -génétique], naissance, formation, qui engendre. 
    Dans la théorie de l'évolution des espèces de Charles Darwin, les espèces vivantes subissent une spéciation (transformation progressive et adaptative) qui finit, au cours du temps, par produire de nouvelles espèces. C'est l'anagenèse. Mais l'anagenèse est aussi la régénération des parties détruites d'un tissu. C'est ainsi que l'on peut parler d'anagenèse lorsque des organes comme la peau, l'estomac, entre autres, régénèrent constamment leurs cellules détruites. Mais ce phénomène n'empêche pas le vieillissement.     Haut de page

Analepsie   Analeptique   Analeptique cardiorespiratoire
Neurologie, psychiatrie psychologie, pharmacologie  -  [Angl. : Analepsia, Analeptic, Cardiorespiratory analeptic]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * lepto, lepsie, leptique : du grec leptos [-lepsie, -leptique], mince, faible, qui affaiblit.  
    L'analepsie est la stimulation de certaines fonctions de l'organisme par l'intermédiaire du système nerveux central, grâce à des substances nommées analeptiques. On distingue des analeptiques cardiorespiratoires (caféine, théophylline, thréobromine, cardiazol, camphre, heptaminol, nicéthamide), et les psychoanaleptiques (amphétamine et autres antidépresseurs). 
    Adj. : analeptique : substance provoquant l'analepsie, c'est-à-dire une stimulation.     Haut de page

Analyse
Psychiatrie psychologie [Angl. : Analysis]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * lyso, lyse : du grec lusis [lyso-, -lyse, -lytique], dissolution. 
    C'est la décomposition d'un tout en ses différents constituants. En psychologie, c'est une méthode qui, associée à la synthèse,  intervient dans le traitement de nombreuses pathologies. Elle est destinée à découvrir les motivations de certains comportements. L'analyse touche également de nombreux autres secteurs : analyse chromosomique (cytogénétique), colorimétrique et densimétrique (biochimie), qualitative et quantitative etc.     Haut de page

Anamnèse   Anamnésie   Anamnéstique
Médecine générale [Angl. : Anamnesis, anamnesia, Anamnestic]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * mnémo, mnèse, mnéstique : du grec mnêso, mnêsis [mnémo-, - mnèse, -mnésie], mémoire, le rappel, le souvenir, anamnêsis : commémoration. 
    L'anamnèse est l'ensemble des renseignements fournis au médecin par l'interrogatoire du malade et de son entourage : récit de l'apparition et du développement des symptômes ainsi que de toutes les maladies que le malade a présentées avant de venir consulter. L'anamnèse permet d'orienter le diagnostic et d'affiner les méthodes thérapeutiques des médecins, ce qui est particulièrement utile pour les psychologues et les psychiatres.
    Syn. : anamnésie.  Adj. anamnéstique : renseignements anamnéstiques.     Haut de page

Anamorphose
Anthropologie  -  [Angl. : Anamorphosis]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * morpho, morphose : du grec morphê [morph(o)], forme. 
    En médecine, ce mot désigne les déformations en longueur ou en largeur des lignes générales du corps humain. Un individu exagérément développé en longueur est dit longiligne ; en largeur, il est bréviligne.      Haut de page

Anaphase
Cytologie, histologie, génétique, médecine biologique  -  [Angl. : Anaphase]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ; * phase : du grec  phasis [phasie] : qui a de nombreux sens : parole, chacun des aspects successifs d’un phénomène.  
    C'est une phase de la division de la cellule mère en deux cellules filles strictement identiques (sauf erreurs de réplication), c'est-à-dire de la mitose ou phase de division cellulaire, qui inclut les différentes étapes de la division nucléaire (du noyau de la cellule) ou mitose et de la cytodiérèse ou division du cytoplasme. C'est pendant cette phase que le contenu de la cellule dite mère est dupliqué puis séparé en deux cellules filles génétiquement identiques à la cellule mère.
    Au niveau moléculaire, cette phase M est initiée par une cascade de phosphorylations protéiques, provoquée par l'activation de la protéine kinase MPF ou Mitotic Promoting Factor inductrice de la mitose. Ces phosphorylations protéiques qui se produisent pendant la mitose sont responsables de la plupart des changements morphologiques qui se produisent pendant cette phase :
- condensation des chromosomes,
- rupture de l'enveloppe nucléaire,
- fragmentation du RE (réticulum endoplasmique) et de l'appareil de Golgi,
- perte de la capacité d'adhérence des cellules les unes aux autres ainsi qu'à la matrice extracellulaire,
- modifications du cytosquelette pour produire des mouvements organisés des chromosomes vers les deux nouvelles cellules, bref une réorganisation complète de la cellule.

    Avant le déclenchement proprement dit de la phase M et la ségrégation (séparation) des chromosomes, on observe leur condensation. Les schémas suivants des différentes phases représentent un exemple théorique d'une cellule à 3 chromosomes.
Prophase, prométaphase, métaphase, anaphase, télophase et cytodiérèse se succèdent : voir ces différents noms.

Principales modifications pendant l'anaphase :
L'anaphase ne dure que quelques minutes, démarre brusquement et est marquée par :
* la séparation des deux chromatides sœurs de chaque chromosome,
* leur mouvement vers les pôles (chaque chromatide sœur vers un pôle différent), à une vitesse moyenne de 1 μm par minute
* l'allongement du fuseau et de la cellule, pour permettre la séparation future en deux cellules filles.
* Lorsque les nouveaux chromosomes fils (les chromatides de départ contenant chacune une molécule d'ADN double brin) se déplacent vers les pôles opposés du fuseau, il est facile de voir que ce mouvement est dû à la rupture des microtubules au niveau du kinétochore de chaque chromosome fils.
* Lorsque les kinétochores se séparent, les bras des chromosomes avancent péniblement et passivement. Cette rupture est probablement due aux microtubules kinétochoriens qui se raccourcissent, tandis que les microtubules du kinétochore glissent sur les microtubules polaires. Ces mouvements caractérisent une première partie de l'anaphase appelée anaphase A.

    Ensuite, pendant l'anaphase B, les pôles du fuseau s'éloignent, par suite de l'action de certains microtubules polaires qui contribuent ainsi à la séparation des chromosomes fils. Les microtubules polaires contiennent de la dyénine ou "protéine du mouvement", protéine qui est aussi associée aux microtubules des cils et des flagelles. Il est donc possible que le mouvement vers les pôles s'effectue comme le battement des cils et des flagelles des Eucaryotes.
    Des analyses ont montré que l'hydrolyse d'une vingtaine de molécules d'ATP seulement suffit pour permettre aux chromosomes de se déplacer de la plaque équatoriale vers les pôles.

Autre phénomène important et étonnant : le vent polaire ou force d'exclusion astrale.
    Des expériences de microsection des bras d'un chromosome ont montré que, si la partie kinétochorienne attachée au microtubule se dirigeait bien vers le pôle, les bras étaient repoussés du pôle. Cette force, qui a été appelée force d'exclusion astrale ou vent polaire, pourrait résulter d'une poussée par les extrémités en croissance des microtubules qui s'assemblent continuellement au niveau des pôles. On pense maintenant que cette force d'exclusion astrale pourrait être à l'origine du maintien des chromosomes sur le plan équatorial pendant la métaphase.    Les phases du cycle cellulaire    L'anaphase       Haut de page

Anaphylaxie   Anaphylactique   Anaphylactiser
Immunologie allergologie [Angl. : Anaphylaxis, Anaphylactic, Anaphylactize (to)]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * phylaxie, phylactique : du grec phulaxis [phylaxie, phylactique], protection.
    L'anaphylaxie est l'augmentation de la sensibilité de l'organisme à l'égard d'une substance déterminée, par la pénétration préalable dans le corps (injection ou ingestion) d'une dose, même minime de cette substance.
Syn. allergie.
Adj. anaphylactique ; exemple : choc anaphylactique : c'est une réaction allergique majeure de l'organisme vis-à-vis d'un antigène auquel il a été préalablement sensibilisé. De nombreuses substances sont susceptibles de provoquer un choc anaphylactique, notamment les venins animaux. Dans certains cas extrêmes, le choc anaphylactique peut entraîner un coma, voire la mort.
Verbe : anaphylactiser ou sensibiliser l'organisme à un antigène.      Haut de page

Anaplasie
Embryologie  -  [Angl. : Anaplasia]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * plasie : du grec plasis,  plassein [-plasie], action de former, façonner, modeler.
    L'anaplasie est le développement incomplet ou anormal d'une cellule ou d'un tissu. Les cellules présentent des anomalie nucléaires et chromosomiques.      Haut de page

Anaplastie
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique [Angl. : Anaplasty]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * plastie : du grec plassein [plast(o)-, -plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes ; en cytologie, un plaste est un organite de la cellule.
    En chirurgie : opération consistant à restaurer des parties détruites au moyen d'autres parties empruntées au même individu. Technique couramment pratiquée chez les grands brûlés, où l'on recouvre des zones brûlées par de la peau prélevée sur des emplacements non atteints.
Syn. autogreffe : voir ce terme.     Haut de page

Anaplaxie   Anaplactique   Anaplactiser
Neurologie, pharmacologie, toxicologie, alcoologie  -  [Angl. : Anaplaxis, Anaplactic, Anaplactize (to)]   N. f.   * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * plaxie : du grec pletto qui a donné plaxen [-plaxie], frapper, être estropié ou paralysé.
    L'anaplaxie est une pathologie qui intervient au niveau des tissus lorsqu'ils sont gorgés de certains produits toxiques (poisons, toxines, alcool). Les dommages subis par les cellules peuvent aller de la "simple" paralysie temporaire ou plus durable à des dommages irréversibles, voire à la mort des cellules. Certains poisons particulièrement violents peuvent ainsi provoquer la mort en quelques minutes.  
Adj. :  anaplactique : qui concerne les phénomènes d'anaplaxie.
Verbe : anaplactiser.      Haut de page

Anarrhénie
Andrologie [Angl. : Anarrhenia]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * rrhée, rrhénie : du grec rhein [rrhée, rrhénie], couler.
    L'anarrhénie est un syndrome de l'insuffisance de formation génitale chez l'homme. Au moment de la puberté, la sécrétion des spermatozoïdes ne s'est pas faite ; les organes génitaux s'atrophient et les caractères sexuels secondaires, c'est-à-dire la modification de l'aspect du corps, n'apparaissent pas. La croissance est perturbée ; le psychisme reste celui d'un enfant.     Haut de page

Anasarque
Médecine générale [Angl. : Anasarca]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * sarco, sarque : du grec sarx, sarkos [-sarque], chair ; "ana" a ici le sens de "au travers".
    Le mot anasarque désigne un œdème généralisé à tout le corps, c'est-à-dire une hydropisie du tissu cellulaire, provoquant un gonflement général du corps et des membres. Causes possibles : maladie des reins, du foie, du cœur, rougeole, scarlatine, paludisme, tuberculose, certains cancers ...      Haut de page

Anastomose   Anastomotique  
Anatomie, chirurgie générale  -  [Angl. : Anastomosis, Anastomotic]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * stoma, stomie : du grec stoma [-stome, -stomie], bouche. 
   Une anastomose est un accolement sur une certaine longueur, ou une réunion par un tronçon intermédiaire, de deux vaisseaux sanguins, de deux nerfs ou de deux fibres musculaires. En chirurgie : abouchement thérapeutique de deux conduits naturels qui sont normalement séparés. Adj. : anastomotique.     Haut de page

Anastomose cavopulmonaire
Chirurgie cardiaque et vasculaire, néonatalogie  -  [Angl. : Cavopulmonary anastomosis]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * stoma, stomose : du grec stoma [-stome, -stomie], bouche ; * cavo : du latin cavus [cav(o)-], creux, fossé, relatif au système veineux qui amène le sang dans l’oreillette droite du cœur ; * pulmonaire : du latin pulmo, pulmonis [pulm(o)-], poumon (syn. pneum(o)-). 
    Connue aussi sous le nom de "opération de Glenn", cette intervention consiste à anastomoser (relier) l'extrémité distale de la veine cave supérieure à celle de la branche droite de l'artère pulmonaire. Cette intervention est destinée à soulager des nouveau-nés atteints de la "maladie bleue", de façon que le sang veineux arrivant par le veine cave supérieure aille directement dans le poumon droit (sans passer par le cœur défaillant) pour y être oxygéné.    Haut de page

Anastomose hépaticojéjunale  
Anatomie, chirurgie générale  -  [Angl. : Hepatico-jejunal anastomosis]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * stoma, stomie : du grec stoma [-stome, -stomie], bouche ; * hépatico : du grec hêpar [hépato-, hépar(o)-, hépatique], foie ; * jéjunale : du latin jejunum intestinum [jéjun(o)-, jéjunal], intestin à jeun, relatif  à la portion de l’intestin grêle qui fait suite au duodénum et qui précède l’iléon. 
    L'anastomose hépaticojéjunale, connue aussi sous le nom de hépaticojéjunostomie, consiste à relier directement (ou aboucher) le canal hépatique avec le jéjunum.
Rappel
: de son vrai nom jejunum intestinum, le jéjunum est l'un des trois segments de l'intestin grêle, situé après le duodénum et avant l'iléon. Le jéjunum et l'iléon n'ayant pas de limite nette, on parle de jéjuno-iléon (du latin ileum, du grec eilein : tortiller ; préfixe ou racine des termes relatifs à l'iléon, partie terminale de l'intestin grêle) pour désigner cet ensemble, qui aboutit au cæcum. L'intérieur est tapissé de fines villosités et de glandes qui sécrètent le suc intestinal.     Haut de page

Anatomie   Anatomique   Anatomiquement   Anatomiser
Anatomie  -  [Angl. : Anatomy, Anatomic, anatomical, Anatomically, Anatomize (to)]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * tomo, tomie : du grec tomê [-tomie], section, coupe ; du latin anatomia ou du grec anatemnein, disséquer.
    Science qui décrit la structure des organes des êtres organisés. Forme extérieure du corps considéré sous son aspect athlétique ou esthétique. On distingue aujourd'hui plusieurs spécialités dans l'anatomie :
- la neuroanatomie qui s'occupe plus précisément du système nerveux central,
- l'anatomie pathologique ou anatomopathologie, entre autres.
    Les techniques récentes utilisent plusieurs méthodes : injection (d'encre de Chine, cire, latex), diaphanisation, inclusion, plastination etc.  De nouveaux produits très fluides ont permis de mettre en évidence, avec une précision remarquable, les réseaux sanguins et lymphatiques, par exemple.
Adj. : anatomique (du latin anatomicus) : se rapportant à l'étude ou à la description du corps.
Adv. : anatomiquement.
Verbe : anatomiser : disséquer, analyser subtilement.    Haut de page

Anatomie du rachis   Anatomie de la colonne vertébrale
Anatomie  -  [Angl. : Anatomy of the rachis, Anatomy of the vertebral column]   N. f.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * tomo, tomie : du grec tomê [-tomie], section, coupe ; du latin anatomia ou du grec anatemnein, disséquer ; * rachis : du grec rhakhis [rachi-, -rachie], axe et, par extension, colonne vertébrale ou liquide céphalorachidien.
    Le terme rachis est synonyme de colonne vertébrale. Elle est formée de
- 7 vertèbres cervicales (C1 à C7) dont les deux premières : l'atlas et l'axis, permettent les mouvements de rotation de la tête (l'atlas est solidaire du crâne et tourne autour de l'axe de l'axis). Viennent ensuite
- 12 vertèbres dorsales (D1 à D12) ou thoraciques (T1 à T12) qui sont articulées aux côtes à l'arrière et reliées au sternum à l'avant (sauf pour les côtes flottantes). La région lombaire comporte les
- 5 vertèbres lombaires (L1 à L5), les plus grosses, qui supportent presque tout le poids du corps.
- 5 vertèbres sacrées soudées qui forment le sacrum, inséré entre les 2 os iliaques (formant le bassin). Le rachis se termine par
- 4 ou 5 vertèbres coccygiennes soudées et atrophiées qui forment le coccyx.
Total
: 33 ou 34 vertèbres.

    La colonne vertébrale a plusieurs courbures qui représentent une adaptation à la station bipède. Son rôle essentiel est de protéger la moelle épinière et sa mobilité est rendue possible par la présence de disques intervertébraux à la fois souples et résistants. Les vertèbres s'articulent entre elles et aux côtes grâce à des facettes d'articulations.
Adj. : rachidien : qui se rapporte au rachis.  Les disques intervertébraux dans la colonne vertébrale  -   Les déformations de la colonne vertébrale   -  Détail : vertèbres et disques      Haut de page

Anatomisme   Anatomiste
Anatomie  -  [Angl. : Anatomism, Anatomist]   N. m.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * tomo, du grec tomê [-tomie], section, coupe  ; * isme : du suffixe  -isme indiquant un système, une doctrine, une profession.
    L'anatomisme est la tendance excessive à expliquer les phénomènes biologiques par des particularités de forme et de structure des organes.
Anatomiste
n. m. : spécialiste en anatomie.     Haut de page

Anatomocytopathologie  Anatomocytopathologiste    Anatomie et cytologie pathologique
Anatomie, cytologie, pathologie [Angl. : Anatomo-cytopathology, Anatomopathologist]   N. f. * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * tomo, du grec tomê [-tomie], section, coupe ; * cyto : du grec kutos [cyt(o)-, -cyte, -cytie, -cytaire], cellule  ; * patho : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho], souffrance ; * logo, logie : du grec logos [-logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison.
    L'anatomocytopathologie (ancienne orthographe anatomo-cytopathologie) ou ACP est une spécialité médicale qui possède une identité particulière au carrefour de la clinique, de l’imagerie et de la biologie. Elle ne peut être exercée que par des médecins qualifiés en ACP. Les multiples missions diagnostique, pronostique, prédictive, épidémiologique, de recherche et d’archivage font de l'anatomocytopathologiste un acteur de santé publique unique dans le système de soins. Son exercice très spécifique n’est comparable à celui d’aucune autre spécialité. Extraits du site du Ministère de la santé :

    "C'est un acte médical effectué par un médecin spécialiste en anatomie et cytologie pathologiques. C'est un examen diagnostique, basé sur l’observation morphologique, notamment au microscope.
    Il s’appuie sur des techniques, standards ou spéciales, macroscopiques, histopathologiques, histochimiques, immunohistochimiques ou moléculaires. Il porte sur des cellules, tissus, organes ou leurs dérivés, prélevés chez les patients dans un but diagnostique de maladie ou de dépistage (prélèvements cytologiques ou biopsiques), thérapeutique (biopsies exérèses ou pièces opératoires) ou de suivi particulier. Il est aussi pronostique via le recueil des éléments clés de la réalisation de grades ou scores ; prédictif et à impact thérapeutique (théranostic, médecine personnalisée, parcours personnalisé de soin). Il est formalisé par un compte rendu textuel transmis aux médecins en charge du patient dans le cadre du soin.
    Le diagnostic ACP est fondé sur la présence ou l’absence d’anomalies tissulaires ou cellulaires, macroscopiques ou microscopiques, par rapport à la normale ; synthétique, il intègre les éléments de la clinique (examen clinique, traitements en cours, antériorité, facteurs de risque, suivi…), les résultats des examens biologiques, d’imagerie et des tests fonctionnels. Le diagnostic s’étend à la nature, à la cause de(s) la maladie(s) d’un patient ; il est fondamental pour le diagnostic des tumeurs et incontournable dans la prise en charge thérapeutique personnalisée et le traitement ciblé des cancers ou de certaines maladies non cancéreuses.
    L’éventail des diagnostics ACP comporte, outre le cancer, celui des maladies de cause inflammatoire ou dégénérative, vasculaire, métabolique ou infectieuse, ainsi que des malformations (fœtopathologie)..."     Haut de page

Anatomopathologie   Anatomopathologiste
Anatomie  -  [Angl. : Anatomopathology, Anatomopathologist]   N. f. * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * tomo, du grec tomê [-tomie], section, coupe  ; * patho : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho], souffrance ; * logo, logie : du grec logos [-logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison.
      C'est la science qui étudie les lésions anatomiques. L'anatomopathologie ou anapath est une spécialité de la médecine dont l'objectif est de faire des diagnostics par l'étude des organes du corps humain. Le pathologiste se sert généralement d'un microscope pour regarder à fort grossissement des coupes des organes étalées sur des lames de verre. Il existe toutefois plusieurs autres techniques disponibles pour aider le pathologiste à poser un diagnostic :
* examen de tous les organes prélevés à la salle d'opération pour poser ou confirmer le diagnostic 
* examen des biopsies faites par les autres médecins à la salle d'opération, à la clinique externe ou au bureau pour poser un diagnostic 
* examen des frottis de cytologie gynécologique et non gynécologique
* autopsies des patients décédés à l'hôpital (si la famille demande qu'une autopsie soit faite).    
Anatomopathologiste : spécialiste dans cette science.     Haut de page

Anatopisme
Psychiatrie psychologie [Angl. : Anatopism]   N. m. * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * topo, topique : du grec topikos, de topos [topo-, -topique, -topisme], lieu, espace.
    En psychopathologie, l'anatopisme est l'ensemble des troubles mentaux survenant chez certains émigrants, du fait de leur transplantation.     Haut de page

Anatoxine   Anatoxique
Immunologie allergologie  -  [Angl. : Anatoxin, Anatoxic]   N. f. * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * toxo, toxine : du latin toxicum, du grec toxikon de toxon [toxi, toxoïde], arc (à cause des flèches empoisonnées), donc poison.
    On qualifie d'anatoxine une toxine qui a perdu ses propriétés toxiques, mais pas ses propriétés antigéniques. On les utilise pour les vaccinations et pour l'obtention d'immun-sérums.
Adj. et n. : anatoxique : se dit de quelque chose qui n'est plus toxique après l'avoir été.     Haut de page

Anatrope
Physiologie  -  [Angl. : Anatropous, anatropic]   Adj.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * tropo, trope : du grec trepein [-trope, -tropie, -tropisme], tourner, affinité pour, et anatropê, renversement.
    En botanique, se dit d'un type d'ovule dans lequel le micropyle est voisin du placenta, et dont la chalaze se trouve au pôle opposé. (Il présente un renflement linéaire en forme de cordon.)     Haut de page

Anavaccin
Immunologie allergologie  -  [Angl. : Anavaccin]   N. m. * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * vaccino, vaccin : du latin médiéval vaccina [vaccin(o)-] qui désignait la variole de la vache ; relatif à un vaccin. 
    C'est un vaccin qui est préparé avec une anatoxine, c'est-à-dire une toxine qui a perdu ses propriétés toxiques, mais pas ses propriétés antigéniques.     Haut de page

Anavenin
Immunologie allergologie [Angl. : Anavenom]   N. m.  * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * venin : du latin venenum [vénén(o)-, venimeux], poison. 
    C'est le résultat de la transformation d'un venin en antigène inoffensif, par l'action du formol et de la chaleur  Il y a là une analogie avec la transformation de la toxine en anatoxine.     Haut de page

Anavirus
Médecine biologique [Angl. : Anavirus]   N. m. * ana : du grec ana qui a de nombreux sens : de nouveau, en sens contraire, en haut, en arrière, à l'écart ... ; * viro, virus : de virus [vir(o)-], mot latin signifiant pus, humeur, venin, poison ; actuellement, relatif aux microorganismes de taille inférieure à 0,2 microns, donc aux virus. 
    C'est le résultat de l'action du formol et de la chaleur sur un virus : il a perdu de sa virulence, mais il conserve ses propriétés antigéniques. L'anavirus peut être utilisé comme le virus pour la production d'un sérum, ce qui trouve son application dans certains vaccins (contre la variole, la fièvre aphteuse ...).      Haut de page