Retour à la page d'accueil  C - TERMINOLOGIE MEDICALE - C  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 25-03-2020

Coron(o)-, coronar(o)-     Du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne, relatif aux artères coronaires. À l'origine, le latin corona désignait un "ornement, parure pour la tête", puis une récompense en reconnaissance d'un mérite" ou "ornement symbolisant le pouvoir". En 1080, il désigne la tonsure des gens d'Église. C'est en 1562 qu'apparaît l'adjectif coronaire qui, en médecine, désigne les artères nourricières du cœur. L'adjectif est ensuite substantivé au féminin (une coronaire).


Corona - Corona ciliaris - Corona radiata - Coronaire - Coronaire (artère) - Coronaire (veine) - Coronarien - Coronarite - Coronarographie - Coronaropathie - Coronaviridae - Coronavirus - Coronavirus 2019-nCoV - Coronavirus de Wuhan - Coronavirus MERS-CoV - Coronoïde - Coronoïdien - Couronne - Couronne artificielle - Couronne ciliaire - Couronne de Bischoff - Couronne de la dent - Couronne dentaire - Couronne de Vénus - Couronne du gland du pénis - Couronne perlée du gland du pénis - Couronner - Couronne rayonnante - Couronne sous-balanique - CoViD-19 -

Corona ciliaris    Couronne ciliaire
Ophtalmologie, anatomie  -  [Angl. : Corona ciliaris]   N. f.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * ciliaris : du latin cilium [cil, cili(o)-, -ciliaire], bord de la paupière qui porte les cils.  
    C'est la couronne ciliaire, rayonnée, formée par les procès ciliaires qui sécrètent l'humeur aqueuse. C'est cette humeur aqueuse qui circule dans la chambre antérieure de l'œil et nourrit les différentes structures, en l'absence de vaisseaux sanguins.        Haut de page

Corona radiata    Couronne rayonnante    Couronne de Bischoff
Anatomie, médecine de la reproduction  -  [Angl. : Corona radiata]   N. f.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * radiata : du latin radius [radius, -radial], rayon ; * Theodor Ludwig Wilhelm von Bischoff : anatomiste et physiologiste allemand, né le 28.10.1807 à Hanovre, mort le 5.12.1882 à Munich. 
    Dans l'ovaire, à l'intérieur du follicule de de Graaf, la corona radiata ou son synonyme moins utilisé couronne rayonnante représente les cellules les plus internes de la membrane granuleuse ou granulosa. Ces cellules entourent l'ovocyte II et reposent sur la membrane pellucide.   Évolution des follicules dans l'ovaire    Schéma d'interprétation    Haut de page

Coronaire   Coronaire (artère)   Coronaire (veine)
Angiologie, cardiologie, anatomie  -  [Angl. : Coronary, Coronary artery, Coronary vein]   Adj. et nom f.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne. 
    Coronaire est un adjectif qui signifie couronne ou disposé en couronne et qui s'applique aux artères qui forment une couronne (il n'y a pas que celles du cœur), mais aussi à la couronne d'une dent (partie visible au-dessus de la gencive). En pratique, coronaire se rapporte essentiellement aux artères qui, issues de l'aorte au niveau du sinus de Valsalva, irriguent le cœur. Cet adjectif est même devenu un nom : on parle de la coronaire gauche par ex. ou de la droite.
    Les artères coronaires sont vitales car elles irriguent le cœur, lui apportant oxygène et nutriments. Elles doivent leur nom au fait qu'elles forment une couronne autour du cœur, avant de se ramifier pour irriguer tous les territoires cardiaques. La coronaire gauche  se divise en 2 branches principales : l'artère interventriculaire gauche (AIVA ou IVA) ou rameau interventriculaire gauche et l'artère circonflexe. L'artère coronaire droite se divise également en artère rétroventriculaire et en artère interventriculaire postérieure (AIVP ou IVP).
    Ces artères sont particulièrement sensibles aux dépôts de plaques d'athérome et leur occlusion provoque angine de poitrine ou angor, crise cardiaque et/ou infarctus du myocarde. Pour en savoir beaucoup plus sur l'athérosclérose : cliquez ici. À noter que ce réseau d'artères coronaires est doublé par un réseau équivalent de veines coronaires qui ramènent le sang dans l'oreillette droite.  Schéma des artères coronaires       Haut de page

Coronarien   Coronoïde   Coronoïdien
Ostéologie, rhumatologie, anatomie  -  [Angl. : Coronary, Coronoid, id]   Adj. et nom f.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne.   
   Coronarien est un adjectif qui se rapporte aux vaisseaux coronaires. Coronoïde désigne une saillie de la mandibule (ou maxillaire inférieur), au bord supérieur de la branche montante, mais aussi une apophyse pyramidale quadrangulaire de la partie supérieure du cubitus (c'est l'os de l'avant-bras qui forme aussi le coude).
    Quant à l'adjectif coronoïdien, il se rapporte aux apophyses coronoïdes.  L'apophyse coronoïde sur le cubitus       Haut de page

Coronarite
Angiologie, cardiologie, anatomie  -  [Angl. : Coronaritis]   N. f.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    La coronarite est une artérite qui siège dans une artère coronaire. Le mot artérite désigne toutes les lésions artérielles d'origine inflammatoire ou dégénérative. Mais en réalité, on désigne par artérite une dégénérescence de la paroi artérielle, qui provoque sténose et diminution de la lumière artérielle.
    Il en résulte souvent la formation anormale d'un caillot (artérite oblitérante) qui va boucher tôt ou tard l'artère. Les conséquences (infarctus de la zone en aval) seront bénignes ou dramatiques selon le territoire concerné.       Haut de page

Coronaropathie   Coronarographie
Angiologie, cardiologie, anatomie, imagerie médicale et interventionnelle  -  [Angl. : Coronaropathy, coronarography]   N. f.  * coronaro : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * patho, pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel. 
    Le mot coronaropathie est un terme générique qui désigne toutes les pathologies pouvant affecter les vaisseaux coronaires, veines et artères. La coronarographie (du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire) est un examen radiologique qui permet de visualiser les artères coronaires, étant bien entendu que la plupart des pathologies coronariennes interviennent surtout sur l'artère coronaire gauche.
    Pour cet examen, le médecin fait une anesthésie locale puis ponctionne l'artère fémorale au niveau de l'aine (si l'état des artères le permet, sinon il peut aussi passer par l'artère humérale par ex.) Cette sonde très fine est ensuite dirigée jusqu'à la naissance des artères coronaires au niveau du sinus de Valsalva. Il injecte ensuite un produit iodé qui est opaque aux RX et visualise ainsi, par une série de clichés, la lumière des artères coronaires. L'examen dure entre une demi-heure et une heure et demie et nécessite, dès qu'il est terminé, une compression de l'artère au point d'incision, puis une hospitalisation d'un à deux jour.       Haut de page

Coronavirus   Coronaviridae   Coronavirus MERS-CoV
Parasitologie pathologies infectieuses et tropicales, médecine biologique  -  [Angl. : Coronavirus, Coronaviridae, Corona]   N. m.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * viro, virus : de virus [vir(o)-], mot latin signifiant pus, humeur, venin, poison ; actuellement, relatif aux microorganismes de taille inférieure à 0,2 microns, donc aux virus. 
    Les coronavirus constituent un genre de virus qui appartiennent à la famille des coronaviridae. Ils doivent leur nom au fait qu'ils présentent une forme de couronne ou corona. Ils infectent les oiseaux, de très nombreux mammifères, dont les humains chez lesquels ils colonisent les voies respiratoires et digestives, ainsi que les tissus nerveux, mais aussi le foie, le cœur, les reins, les yeux ... Deuxième cause de rhume après les rhinovirus, ils provoquent aussi des pneumonies, des pleurésies, gastroentérites, diarrhées. Le SRAS est également dû à un coronavirus.

    En septembre 2012, un nouveau coronavirus, appelé MERS-CoV, apparaît en Arabie Saoudite. Proche du SRAS, il a probablement été transmis à un homme par une chauve-souris. Fin mai 2013, on compte une quarantaine de victime, dont 18 cas mortels. La crainte majeure est alors qu'il se transmette d'homme à homme. Le MERS-nCoV progresse lentement et les principaux symptômes sont l'apparition brutale d'un syndrome grippal sévère, avec une fièvre de 40°C, diarrhées et insuffisance rénale.
    En France, un cas déclaré, de retour d'Arabie saoudite, a présenté une atteinte pulmonaire grave qui a nécessité une CEC (circulation extracorporelle) pour oxygéner le sang et remplacer ainsi les poumons momentanément défaillants. Cette personne est décédée le 28 mai 2013 et représente donc le premier décès dû à ce virus en France.
    Le deuxième cas est son voisin de chambre à l'hôpital, ce qui semble confirmer que la contamination soit possible par contact direct et, en l'absence de vaccin, il est recommandé de porter un masque et de se laver fréquemment les mains. La durée d'incubation de l'infection au MERS-nCoV est de 1 à 10 jours et la mortalité est estimée à 60%. Le dépistage se fait par PCR spécifique (polymerase chain reaction).    Deux représentations de coronavirus       Haut de page

Coronavirus 2019-nCoV    Coronavirus de Wuhan    CoViD-19
Parasitologie pathologies infectieuses et tropicales, médecine biologique  -  [Angl. : Coronavirus, Coronaviridae, Corona]   N. m.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * viro, virus : de virus [vir(o)-], mot latin signifiant pus, humeur, venin, poison ; actuellement, relatif aux microorganismes de taille inférieure à 0,2 microns, donc aux virus. 
   Une épidémie de pneumonies d'allure virale d'étiologie encore inconnue en février 2020, a émergé dans la ville de Wuhan (province de Hubei, Chine) en décembre 2019. Le 9 janvier 2020, la découverte d’un nouveau coronavirus 2019-nCoV, différent des virus SARS-CoV, responsable de l'épidémie de SRAS en 2003 et MERS-CoV, responsable d’une épidémie évoluant depuis 2012 au Moyen-Orient, a été annoncée officiellement par les autorités sanitaires chinoises et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce nouveau virus est présenté comme l'agent responsable de ces pneumonies.  En février 2020, l'OMS appelle officiellement ce virus CoViD-19 (CoronaVirus Disease-2019)
   D’après les éléments communiqués par les autorités chinoises pour les cas confirmés, les symptômes principaux sont la fièvre et des signes respiratoires de type, toux, sensation d'oppression et/ou douleur thoracique, avec parfois dyspnée (essoufflement). La durée de l'incubation semble être de l'ordre de 7 jours mais peut aller jusqu'à 14 jours. Dans les cas plus graves, qui semblent concerner à ce jour principalement des personnes vulnérables en raison de leur âge ou de comorbidités (maladies associées), le patient peut être atteint d’un syndrome de détresse respiratoire aigüe, d’une insuffisance rénale aigüe, voire d’une défaillance multiviscérale pouvant entraîner le décès.
   La majorité des cas initialement décrits concernait des personnes ayant fréquenté un marché d’animaux vivants. L’hypothèse d’une zoonose (maladie transmise par les animaux) est donc privilégiée. Le risque de transmission interhumaine, initialement considéré comme nul ou faible est désormais établi en raison de la survenue de pneumonies dues à ce virus chez des personnels soignants chinois s'étant occupés des premiers patients malades et de l’extension de l’épidémie en Chine.
    La suspicion du diagnostic repose actuellement sur l’existence des signes d’infection respiratoire aigüe chez une personne exposée au virus au cours des 14 jours précédant l’apparition des symptômes. Vers le 8e à 10e jour, il se produit chez certains patients, une réaction immunitaire excessive, appelée "orage immunitaire" ou "orage cytokinique" qui oblige les malades à être transférés en réanimation. Pour ces patients, les médecins utilisent un médicament immunomodulateur, le Tocilizumab, qui diminue d'un facteur 2 les risques et donc les décès.

   En même temps, un test diagnostique sérologique spécifique, développé par l’Institut Pasteur afin de détecter ce nouveau virus sur des prélèvements d'origine respiratoire, est en cours de validation. Ce test sérologique devra permettrede connaître le degré d'immunité développé par un patient qui a eu le CoVid-19 et qui en est guéri. Pour suivre la progression de cette épidémie au jour le jour : régions du monde, nombre de personnes contaminées, nombre de décès... voir le site de l'OMS. https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019.
   En mai 2020, nouvelle dénomination de ce virus : SARS-CoV-2 pour Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 ou en français : SRAS-CoV-2 pour Syndrome Respiratoire Aigu Sévère-Coronavirus-2.    Haut de page

Corona
Angiologie, cardiologie, anatomie, microbiologie  -  [Angl. : Corona]   N. f.  * corona : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne. 
    En médecine, anatomie, ophtalmologie, angiologie, cardiologie, le mot latin corona désigne une structure en forme de couronne.       Haut de page

Couronne
Odontostomatologie, anatomie, cytologie  -  [Angl. : Crown, corona]   N. f.  * couronne : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne. 
    En anatomie, une couronne est une structure anatomique disposée de façon circulaire. Les exemples sont nombreux : couronne de la dent, couronne artificielle, couronne du gland, couronne ciliaire, corona radiata, entre autres.       Haut de page

Couronne artificielle
Odontostomatologie, orthodontie, prothésiologie dentaire  -  [Angl. : Artificial crown (of the tooth)]   N. f.  * couronne : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * artificielle : >du latin artificialis, conforme à l'art, produit par le travail de l'homme, de artificium, art, métier, ruse, de ars, art et facere, faire
    Qu'elle soit en métal (de moins en moins, actuellement), en porcelaine ou en matériau composite, la couronne artificielle est destinée à remplacer tout ou partie de la couronne d'une dent, si l'état sanitaire de la racine le permet. L'orthodontiste ou le chirurgien-dentiste prend l'empreinte de la mâchoire, puis c'est le prothésiste dentaire qui façonne la couronne, creuse ou pleine selon le degré d'atteinte de la dent, en utilisant l'empreinte.      Haut de page

Couronne de la dent   Couronne dentaire
Odontostomatologie, anatomie  -  [Angl. : Crown of the tooth, corona]   N. f.  * couronne : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * dent : du latin dens, dentis, dent. 
    La dent est un organe dur et minéralisé, dont la partie visible ou couronne émerge du maxillaire. La racine est implantée dans l'alvéole, cavité du maxillaire et y est fixée par un ligament. Les premières dents ou dents temporaires ou dents de lait, apparaissent généralement entre 6 et 30 mois et sont au nombre de 20. Une mauvaise hygiène de ces dents de lait peut compromettre sérieusement la qualité des dents définitives.
    Elles tombent progressivement à partir de 6 ans, lors de la sortie des dents définitives qui sont au nombre de 32 : sur chaque maxillaire il y a
* 4 incisives à bord tranchant, puis
* 2 canines plus ou moins pointues,
* 4 prémolaires à couronne bicuspide et
* 6 molaires à couronne multicuspide.
    Soit un total de 16 dents par maxillaire et 32 en tout. De l'extérieur vers l'intérieur, une dent est formée d'émail (pour la couronne) et de cément (pour la racine), puis la dentine appelée improprement ivoire et, dans une cavité centrale qui se prolonge jusqu'à la pointe des racines, la pulpe dentaire avec nerf et vaisseaux sanguins.  Coupe d'une dent    Emplacement et nomenclature des dents      Les principales faces d'une dent       Haut de page

Couronne de Vénus
Infectiologie, vénérologie  -  [Angl. : Corona of Venus]  N. f.  * couronne : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * Vénus : de Vénus [vénér(o)-, -vénérien], déesse de l'amour.
    La couronne de Vénus se présente comme un ensemble de pustules sèches ou suppurantes, qui se développent pendant la phase de syphilis secondaire sur le front des individus qui n'ont pas entrepris de traitement. C'est aussi pendant cette phase que peut apparaitre le collier de Vénus : pustules qui se forment autour du cou.       Haut de page

Couronne du gland du pénis   
Anatomie, andrologie  -  [Angl. : Corona of glans of penis]  N. f.  * couronne : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * gland : du latin glans, glandis, fruit du chêne puis, par analogie, extrémité antérieure de la verge (ou du pénis) ; * pénis : du latin penis [pén(o)-, -pénien, pénial], pénis, organe d'accouplement mâle. 
    La couronne du gland du pénis (ou de la verge) est la partie saillante du gland, taillée obliquement aux dépens de la face inférieure de l'organe. Cette couronne est séparée du corps du pénis par le col du gland.    Haut de page

Couronne perlée du gland du pénis    Couronne sous-balanique
Anatomie, andrologie  -  [Angl. : Pearly penile papules, hirsutoid papillomas of the penis, hairy penis]  N. f.  * couronne : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne ; * perlée : du latin populaire pernula, petite concrétion blanche et brillante à l'intérieur de certains coquillages (huitres) ; * gland : du latin glans, glandis, fruit du chêne puis, par analogie, extrémité antérieure de la verge (ou du pénis) ; * pénis : du latin penis [pén(o)-, -pénien, pénial], pénis, organe d'accouplement mâle ; * balanique : >du grec balanos [balan(o)-], gland ; en biologie, relatif au gland, renflement terminal du pénis. 
    Ce que l'on appelle couronne perlée du gland ou couronne sous balanique, est un ensemble de petites papules plus ou moins blanchâtres, disposées circulairement sur la couronne du gland, de nature physiologique, se développant parfois après l’adolescence, donc sans aucune conséquence pathologique. Histologiquement, ces lésions sont proches des angiofibromes. Si elles deviennent gênantes ou affectent psychologiquement la personne qui en est atteinte, il est possible de les enlever par une petite intervention chirurgicale sous anesthésie.   Haut de page

Couronner (une dent)
Odontostomatologie, orthodontie, prothésiologie dentaire  -  [Angl. : To crown (a tooth)]   Verbe.  * couronner : du latin coronarius, de corona [coronar(o)-], couronne. 
    Voir la définition de "couronne dentaire". Couronner une dent implique plusieurs séances impliquant l'orthodontiste ou le chirurgien-dentiste et le ou la prothésiste dentaire. Les principales étapes :
- Préparation de la dent à couronner, après éventuellement radiographie de la dent pour vérifier l'état sanitaire de la racine, ou radiographie panoramique
- Prise d'empreintes des maxillaires
- Pose d'une couronne provisoire légère
- Fabrication de la couronne définitive par le prothésiste, dont la nature dépend des souhaits du patient
- Pose de cette couronne définitive par le chirurgien-dentiste et ajustement pour une bonne occlusion.     Haut de page