Retour à la page d'accueil  H - TERMINOLOGIE MEDICALE - H  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 9-06-2020

Hypn(o)-     Du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil. Dans la mythologie grecque, "Hypnos" était le dieu du sommeil, fils de Nyx, la Nuit et frère jumeau de Thanatos, la Mort ; il est également le père de quelques enfants dont son fils Morphée, qui avait pour rôle de prendre la forme des humains, dans leurs rêves. C'est ce qui explique l'expression "s'endormir dans les bras de Morphée".


Hypnagogique - Hypnalgie - Hypnique - Hypnoanalyse - Hypnodrasie - Hypnogène - Hypnogramme - Hypnoïde - Hypnolepsie - Hypnologie - Hypnonarcose - Hypnopathie - Hypnophobe - Hypnophobie - Hypnophrénose - Hypnopompique - Hypnose - Hypnothérapeute - Hypnothérapie - Hypnotique - Hypnotiser - Hypnotiseur - Hypnotiseuse - Hypnotisme 

Hypnagogique
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnagogic]   Adj.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * agogie : du grec agagein, agôgos [-agogie, -agogique, -agogue], qui conduit, qui entraîne, qui favorise.   
    Cet adjectif qualifie ce qui précède le sommeil en y conduisant. Ex. un médicament hypnagogique, des images hypnagogiques. Par extension, on qualifie également d'hypnagogique les hallucinations qui se produisent pendant la période de pseudosommeil qui précède le vrai sommeil. La personne concernée vit un véritable rêve éveillé, comme s'il était le propre spectateur de son hallucination.
    Chez les adultes, l'état hypnagogique et ses visions ne provoque pas de réactions particulières, alors que chez les enfants, les visions sont parfois complexes et angoissantes.        Haut de page

Hypnalgie
Algologie, médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnalgia]   N. f.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * algie : du grec algos [algo-, -algie, -algique], douleur. 
    L'hypnalgie (syn. : nyctalgie, douleur du sommeil - dream pain) désigne une douleur qui est ressentie exclusivement pendant le sommeil et qui a la particularité de disparaître au réveil.        Haut de page

Hypnodrasie
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Night terrors]   N. f.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * drasie : du grec drasteos [-drasie], actif, de draô, agir, faire. 
    Textuellement : action pendant le sommeil, l'hypnodrasie désigne le somnambulisme, mais aussi les terreurs nocturnes et toutes les actions commises pendant le sommeil.        Haut de page

Hypnogène   Hypnotique   Hypnique
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnogenic, hypnotic, hypnic]   Adj. et n. m.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * gène : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre. 
   
En tant que nom, un hypnogène (ou un hypnotique) est un somnifère ou tout produit ou action capable de provoquer le sommeil. Les adj. hypnogène et hypnotique (syn. hypnique) se rapportent au sommeil ou qualifient des produits et des actions déclenchant le sommeil. Les médicaments hypnogènes sont des psycholeptiques.        Haut de page

Hypnogramme   Hypnologie
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnogram, Hypnology]   N. m.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * gramme : du grec gramma, [-gramme], lettre, écriture et par extension, enregistrement écrit. 
    Dans les centres spécialisés en hypnologie (l'hypnologie -
du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison - est l'étude du sommeil),  les médecins enregistrent, pendant le sommeil de leurs patients, un hypnogramme qui va leur permettre d'étudier les différentes phases du sommeil. Il s'agit en fait de plusieurs enregistrements simultanés : EEG ou électroencéphalogramme, un EOG ou électro-oculogramme, ainsi qu'un EMG ou électromyogramme (enregistrement de l'activité électrique des muscles), entre autres.          Haut de page

Hypnoïde
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnoid]   Adj.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence. 
    L'adjectif hypnoïde caractérise un état psychique qui résulte de l'utilisation de certaines substances comme la mescaline, le LSD (diéthylamide de l'acide lysergique, puissant hallucinogène) et qui ressemble au rêve, sans toutefois être accompagné de sommeil.         Haut de page

Hypnolepsie
Psychiatrie psychologie, pharmacologie, neurologie  -  [Angl. : Hypnolepsy]   N. f.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * lepsie : du grec leptos [lept(o)-, -lepsie, -leptique], mince, faible, qui affaiblit. 
   L'hypnolepsie (syn. narcolepsie) est un besoin immédiat et irrépressible (contre lequel on ne peut pas résister) d'un profond sommeil. Le sujet s'endort plusieurs fois dans la journée (voire plusieurs dizaines de fois), et ce quelle que soit son activité. Ces "crises" de sommeil peuvent durer de quelques secondes à plusieurs heures et ne sont pas réparatrices.
  Lorsque la narcolepsie est associée à la cataplexie, il s'agit de la maladie de GÉLINEAU. La personne narcoleptique peut également devoir son état à la présence d'une tumeur cérébrale, d'une épilepsie, entre autres.
         Haut de page

Hypnose   Hypnotiseur, euse   Hypnotisme   Hypnotiser
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnosis, Hypnotist, Hypnotism, To hypnotize]   N. f. 
* hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    L'hypnose est une technique suggestive qui a pour but d'induire un état de sommeil partiel, ou de conscience modifiée tout en conservant certaines facultés relationnelles, notamment entre le patient et son médecin (ou l'hypnotiseur). Ce changement dans la mémoire et la conscience s'accompagne d'idées et de réactions qui ne sont pas coutumières au sujet, étant en partie suggérées par l'hypnotiseur.
    Selon Sigmund FREUD, l'hypnose provoque une capacité d'abstraction par rapport à la réalité extérieure ainsi qu'une paralysie de la volonté. C'est en observant le comportement et les réactions de patients sous hypnose qu'il découvrit l'importance de l'inconscient.
    En 1843, le dentiste anglais de Manchester James BRAID fut l'un des premiers à utiliser cette technique pour anesthésier ses patients. Aujourd'hui, l'hypnose est reconnue par l'ensemble du monde médical et ses applications sont nombreuses : anesthésie légère en petite chirurgie et odontologie, relaxation, lutte contre l'anxiété, entre autres.

    L'hypnothérapie
(du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner) est le traitement d'une pathologie par l'hypnose, pratiquée par l'hypnothérapeute. On appelle hypnotisme l'ensemble des techniques qui sont susceptibles de provoquer l'hypnose. Lorsque les méthodes "classiques" de l'analyse sont associées à l'hypnose, c'est l'hypnoanalyse (ou hypno-analyse).
    Hypnotiser : provoquer le sommeil, mais aussi retenir toute l'attention au point d'empêcher toute action ou toute réflexion.       Haut de page

Hypnothérapie   Hypnothérapeute  
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnotherapy, Hypnotherapist]   N. f.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * thérapie, thérapeute : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner 
    L'hypnose est une technique suggestive qui a pour but d'induire un état de sommeil partiel, ou de conscience modifiée tout en conservant certaines facultés relationnelles, notamment entre le patient et son médecin (ou l'hypnotiseur). Ce changement dans la mémoire et la conscience s'accompagne d'idées et de réactions qui ne sont pas coutumières au sujet, étant en partie suggérées par l'hypnotiseur.
    Selon Sigmund FREUD, l'hypnose provoque une capacité d'abstraction par rapport à la réalité extérieure ainsi qu'une paralysie de la volonté. C'est en observant le comportement et les réactions de patients sous hypnose qu'il découvrit l'importance de l'inconscient.
    En 1843, le dentiste anglais de Manchester James BRAID fut l'un des premiers à utiliser cette technique pour anesthésier ses patients. Aujourd'hui, l'hypnose est reconnue par l'ensemble du monde médical et ses applications sont nombreuses : anesthésie légère en petite chirurgie et odontologie, relaxation, lutte contre l'anxiété, entre autres.

    L'hypnothérapie
(du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner) est le traitement d'une pathologie par l'hypnose, pratiquée par l'hypnothérapeute. On appelle hypnotisme l'ensemble des techniques qui sont susceptibles de provoquer l'hypnose. Lorsque les méthodes "classiques" de l'analyse sont associées à l'hypnose, c'est l'hypnoanalyse (ou hypno-analyse).
    Hypnotiser : provoquer le sommeil, mais aussi retenir toute l'attention au point d'empêcher toute action ou toute réflexion. 
       Haut de page

Hypnoanalyse  
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Hypnoanalysis]   N. f.  * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * analyse : du grec analusis de analuein [-analyse, -analytique], décomposer ; méthode qui va du composé au simple. 
    L'hypnose est une technique suggestive qui a pour but d'induire un état de sommeil partiel, ou de conscience modifiée tout en conservant certaines facultés relationnelles, notamment entre le patient et son médecin (ou l'hypnotiseur). Ce changement dans la mémoire et la conscience s'accompagne d'idées et de réactions qui ne sont pas coutumières au sujet, étant en partie suggérées par l'hypnotiseur.
    Selon Sigmund FREUD, l'hypnose provoque une capacité d'abstraction par rapport à la réalité extérieure ainsi qu'une paralysie de la volonté. C'est en observant le comportement et les réactions de patients sous hypnose qu'il découvrit l'importance de l'inconscient.
    En 1843, le dentiste anglais de Manchester James BRAID fut l'un des premiers à utiliser cette technique pour anesthésier ses patients. Aujourd'hui, l'hypnose est reconnue par l'ensemble du monde médical et ses applications sont nombreuses : anesthésie légère en petite chirurgie et odontologie, relaxation, lutte contre l'anxiété, entre autres.

    L'hypnothérapie
(du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner) est le traitement d'une pathologie par l'hypnose, pratiquée par l'hypnothérapeute. On appelle hypnotisme l'ensemble des techniques qui sont susceptibles de provoquer l'hypnose. Lorsque les méthodes "classiques" de l'analyse sont associées à l'hypnose, c'est l'hypnoanalyse (ou hypno-analyse).
    Hypnotiser : provoquer le sommeil, mais aussi retenir toute l'attention au point d'empêcher toute action ou toute réflexion. 
       Haut de page

Hypnonarcose  
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie, pharmacologie  -  [Angl. : Hypnonarcosis]   N. f.  
* hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * narcose : du grec narkê, de narkôtikos [narc(o)-, narcose, narcotique], engourdissement.  
    L'hypnonarcose est une forme de narcose (sommeil artificiel provoqué par un ou plusieurs psychotropes ; exemple l'anesthésie générale) provoquée par l'hypnose.       Haut de page

Hypnopathie
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie, pharmacologie  -  [Angl. : Hypnopathy]   N. f.   * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel.  
    Le mot hypnopathie est un terme générique qui désigne toutes les anomalies du sommeil, y compris la maladie du sommeil ou trypanosomiase africaine. Trypanosoma gambiense (ou Trypanosoma brucei gambiense) est un parasite qui vit chez l'homme, nage dans le plasma sanguin où il n'est jamais très abondant, dans le LCR (liquide céphalorachidien) et dans les ganglions lymphatiques. Trypanosoma gambiense dans le sang 
    C'est le responsable de la trypanosomiase africaine ou maladie du sommeil. Il mesure en moyenne 15 à 30
µ (microns ou millièmes de millimètre) de long et est transmis par deux mouches tsé-tsé (Glossina palpalis et Glossina tachinoides), qui se contaminent en aspirant le sang d'un homme malade.
- Les Flagellés se portent d'abord dans la région postérieure de l'intestin moyen de la mouche et s'y multiplient sous la forme de Trypanosomes.
- Puis ils s'amincissent et migrent dans la partie antérieure du tube digestif où ils se transforment en Crithidia qui se multiplient à leur tour et pénètrent dans les canaux salivaires.
- Ils y retrouvent une forme trypanosome assez particulière, les Métatrypanosomes qui s'engagent dans la trompe même de la Glossine et sont entraînés avec la salive qu'injecte l'insecte au moment de la piqûre. La mouche Tsé-tsé 

    La maladie du sommeil est exclusivement africaine et cette forme de trypanosomiase sévit en Afrique occidentale et centrale, sur un territoire qui s'étend du 15° de latitude Nord au 15° de latitude Sud, de part et d'autre de l'équateur.
    L'homme atteint de la maladie du sommeil présente une fièvre intermittente et irrégulière, des œdèmes et une hypertrophie des ganglions lymphatiques, diverses altérations sanguines, des leucocytes (globules blancs) dans le LCR, des troubles neurologiques et oculaires : somnolence, agitation, parfois foyers de méningite.
    En phase terminale sans traitement, le malade présente une extrême maigreur, des troubles neurologiques de plus en plus graves, une hypothermie. La mort intervient après une évolution qui peut durer plusieurs années. Il existe une autre forme de trypanosomiase africaine, dite à Trypanosoma rhodesiense.       Haut de page

Hypnophobie   Hypnophobe
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie, pharmacologie  -  [Angl. : Hypnophobia, Hypnophobic]   N. f.   * hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * phobie : du grec phobos [-phobe, -phobie], crainte. 
    L'hypnophobie est la peur de s'endormir (ou d'être hypnotisé), pouvant aller jusqu'à une véritable angoisse morbide. La personne hypnophobe manifeste ses crises par un souffle court, une accélération du rythme cardiaque et ventilatoire, des poussées de sueur, des nausées, entre autres. Les causes probables ne pourront être déterminées que lors de consultations médicales spécialisées, mettant éventuellement en évidence des traumas liés au sommeil dans un passé plus ou moins lointain.
    Cette hypnophobie peut aussi résulter d'un film, d'une émission TV, d'un événement vécu, qui ont été traumatisants. En fait, le sujet hypnophobe ne craint pas le réveil mais la perte de conscience qui se produit au moment de s'endormir.       Haut de page

Hypnophrénose     
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie, pharmacologie  -  [Angl. : Pas de traduction trouvée]   N. f.  
* hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * phréno : du grec phrên [-phrène, -phrénie] esprit ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Une hypnophrénose désigne un trouble du sommeil, quel qu'il soit.        Haut de page

Hypnopompique
Médecine générale, anesthésiologie réanimation, psychologie psychiatrie, pharmacologie  -  [Angl. : Hypnopompic]   Adj. 
* hypno : du grec upnos [hypn(o)-, -ypnie], sommeil ; * pompique : du grec pompê [-pompique], renvoi. 
    Ce qui est hypnopompique est donc relatif à la sortie du sommeil (contrairement à ce qui est hypnagogique et qui concerne le passage de l'état de veille au sommeil - voir ci-dessus). Dans la plupart des cas, la sortie du sommeil est caractérisée par
* le fait de quitter le sommeil paradoxal (pendant lequel se produisent les rêves)
* la récupération de la mobilité musculaire (on est comme paralysé pendant le sommeil)
* et enfin le retour à l'état conscient (on sait que l'on est couché dans son lit).
    Les terreurs nocturnes ou hallucinations hypnopompiques peuvent résulter d'une interversion dans ces 3 phases, par exemple l'état de conscience avant la sortie du sommeil paradoxal, ce qui fait que le sujet est conscient en face d'images de ses rêves. C'est une explication parmi d'autres.
       Haut de page