Retour à la page d'accueil  L - TERMINOLOGIE MEDICALE - L  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 28-10-2020

Lacto-     Du latin lac, lactis [lact(o)-], lait. Le latin lac, lactis est emprunté au latin lacteus, "laiteux, gonflé de lait, couleur de lait", employé spécialement dans via lactea (Ovide), "voie lactée".


Lactacidémie - Lactacidorachie - Lactacidurie - Lactalbumine - Lactaline - Lactame - Lactarium - Lactase - Lactase déshydrogénase - Lactate - Lactatémie - Lactation - Lacté - Lactescent - Lacticémie - Lactico-déshydrogénase - Lactifère - Lactigène - Lactine - Lactique - Lactivore - Lactobacille - Lactobacillus - Lactobionique - Lactobiose - Lactobutyromètre - Lactodéshydrogénase - Lactodéshydrogénase 1 - Lactodéshydrogénase 2 - Lactodéshydrogénase 3 - Lactodéshydrogénase 4 - Lactodéshydrogénase 5 - Lactoferment - Lactofermentation - Lactoferrine - Lactoflavine - Lactogène - Lactoglobuline - Lactomètre - Lactone - Lactonique - Lactoprotéine - Lactosazone - Lactoscope - Lactose - Lactosémie - Lactosérum - Lactosidérophiline - Lactostimuline - Lactosurie - Lactothérapie - Lactotransferrine - Lait - Lait artificiel - Lait maternisé -

Lactacidémie  Lacticémie
Hématologie, biochimie, médecine biologique  -  [Angl. : Lactacidaemia, lactacidemia]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * acido : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante ; * émie : du grec haima, [-émie] : relatif au sang. 
    C'est le taux d'acide lactique présent dans le sang, particulièrement élevé après un effort physique important, car en anaérobiose, quand les muscles sont sous-alimentés en dioxygène, le glucose se transforme en acide pyruvique puis en acide lactique. Cette situation se rencontre aussi chez des personnes ayant subi une agression traumatique au niveau d'un ou plusieurs organes.
    Les échanges entre le foie et les muscles, par l'intermédiaire du sang sont connus sous le nom de cycle de CORI (ou cycle des CORI - du nom de 2 biochimistes : C. et G. CORI). Il peut en découler une acidose lactique, avec modification du pH sanguin. Syn. : LacticémieSchéma du cycle des Cori  Schéma de la molécule      Haut de page

Lactacidorachie
Biochimie, médecine biologique  -  [Angl. : Lactacidorachy]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * acido : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante ; * rachie : du grec rhakhis [rachi-, -rachie], axe et, par extension, colonne vertébrale ou liquide céphalorachidien.
    La lactacidorachie est le taux d'acide lactique dans le liquide céphalorachidien. Ce taux est surtout augmenté dans les méningites purulentes, mais aussi, dans une moindre mesure, chez le sujet diabétique.      Haut de page

Lactacidurie
Biochimie  -  [Angl. : Lactaciduria]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * acido : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante ; * urie : du grec oûron [uro-, -urie, -urique], urine.
    C'est le taux d'acide lactique présent dans l'urine. Le métabolisme du lactate provenant de la glycolyse a lieu pour 30 à 70 % dans le foie et pour le reste dans les reins. Le rein intervient dans le métabolisme du lactate de deux façons différentes :
- la néoglucogenèse rénale qui peut métaboliser jusqu'à 30 % du lactate extracellulaire luttant ainsi contre l'acidose métabolique et
- l'élimination rénale qui s'accroît lorsque la lactatémie s'élève. La lactacidurie augmente alors proportionnellement.      Haut de page

Lactalbumine
Biochimie, médecine biologique  -  [Angl. : Lactalbumin]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * albumine : du latin albumen, albuminis [albumin(o)-, albumine], blanc d'œuf.
    C'est l'albumine du lait, c'est-à-dire l'un de ses protides. Les protides du lait de vache sont constitués d'environ 70% de caséine, les 30% restants étant essentiellement formés par l'alpha lactalbumine, la bêta lactoglobuline et les immunoglobulines.
    Pour le lait de femme, il y a 2 à 3 fois moins de protides, pas de bêta lactoglobuline et beaucoup plus d'immunoglobulines. Sa composition varie pour s'adapter aux besoins du nourrisson.      Haut de page

Lactaline
Biochimie  -  [Angl. : Lactalin]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * aline : du suffixe -al, -ale, -(c)ale, -aline qui transforme un substantif en adjectif. 
    La lactaline est un produit commercialisé se présentant sous la forme d'un mélange de présure de veau, de sel, de glucose et de ferments lactiques pour coaguler et fermenter le lait. Le but est d'obtenir du fromage blanc.      Haut de page

Lactame
Biochimie  -  [Angl. : Lactam]   N. m.   * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ame : du suffixe -ame qui, en chimie, désigne un amide cyclique. 
    Nom générique des amides internes cycliques provenant de la condensation de certains aminoacides. Leur structure est très proche de celle des lactones.      Haut de page

Lactarium
Soins infirmiers, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Lactarium]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * arium : du latin -arium, -orium, suffixes neutres pour des objets, des espaces, des bâtiments. 
    Centre de collecte, d'analyse, de traitement et de distribution du lait humain. Ces véritables "banques de lait maternel" sont gérées par les Instituts de Puériculture et ne couvrent actuellement que la moitié des besoins réels, notamment pour les prématurés.   
    "Pour des raisons de santé publique et afin d'assurer la qualité du lait humain distribué, les futures donneuses sont soumises à un dépistage sérologique obligatoire (arrêté de Février 95) :  
* VIH 1 +2   * HTLV1 + 2   * HBS   * HCV   * AC ANTI HBC (anticorps anti-hépatites B et C).
    Ces dépistages sont pratiqués par le Lactarium lors du premier don et renouvelés tous les trois mois pendant la durée du don (le prélèvement de sang s'effectue sur un tube sec de 10 ml)."      Haut de page

Lactase
Biochimie  -   [Angl. : Lactase]   N. f.   * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ase : du suffixe -ase qui signifie enzyme, synonyme de diastase.
    C'est une enzyme sécrétée par les cellules intestinales, qui hydrolyse le lactose (diholoside) en deux oses : le glucose et le galactose. C12H22O11 + H2O  --->  2 C6H12O6
    Chez certains enfants, l'absence congénitale de lactase entraîne une intolérance au lactose, avec diarrhées et amaigrissement.      Haut de page

Lactate
Biochimie  -  [Angl. : Lactate]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ate : du suffixe -ate qui, en chimie, désigne un sel d'acide. 
    Les lactates sont des sels de l'acide lactique. Des études récentes ont montré que les adipocytes (cellules qui régulent les glucides en les stockant ou en les libérant, grâce à des récepteurs présents sur leur surface) sont capables de libérer des lactates que le foie transforme en acide pyruvique puis en glucose. Mais l'essentiel de l'acide lactique plasmatique provient du catabolisme du glycogène musculaire.
    En cas d'anaérobiose (manque d'oxygène), le pyruvate n'est pas dégradé en eau et CO2 et se transforme en lactate.   Schéma de la molécule d'acide lactique        Haut de page.

Lactatémie
Biochimie, hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lactataemia, lactatemia]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ate : du suffixe -ate qui, en chimie, désigne un sel d'acide ; * émie : du grec haima, [-émie] : relatif au sang.
    Taux de lactate (acide lactique) dans le sang. Valeurs normales : 60 à 200 mg/L dans le sang veineux, 30 à 100 mg/L dans le sang artériel. Ces valeurs sont nettement plus élevées chez les enfants.
    On calcule aussi le rapport acide lactique / acide pyruvique qui est normalement proche de 10. Il n'y a pas d'hypolactatémie, ou elle n'est significative d'aucune pathologie. L'hyperlactatémie s'observe chaque fois que les tissus sont privés d'oxygène ou en état d'oxygénation insuffisante :
* effort musculaire prolongé: c'est le cas le plus fréquent et le plus "normal",
* infarctus pulmonaire, avec destruction d'un nombre plus ou moins important d'alvéoles et par conséquence, une diminution de l'oxygénation du sang,
* pneumonies, poliomyélite à forme respiratoire, administration d'anesthésiques entre autres.

    L'hyperlactatémie s'observe aussi dans les accidents acidosiques du diabète (coma), dans les glycogénoses (insuffisance de l'enzyme hépatique transformant le galactose en glucose), chez les sujets en état de choc ... Dans ce cas, la lactatémie peut dépasser 500 mg/L.       Haut de page

Lactation
Endocrinologie et métabolismes, soins infirmiers  -  [Angl. : Lactation]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ation : du latin atio, ationis [-ation, -ateur], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom. 
    Sécrétion et émission de lait par les glandes mammaires.  Cette sécrétion met en jeu une stimulation mécanique des tétons par le bébé, puis 2 hormones hypophysaires :
* la prolactine qui stimule la fabrication du lait et
* l'ocytocine qui provoque la contraction des muscles des canaux galactophores et l'éjection du lait. Une troisième hormone : l'ADH ou hormone antidiurétique ralentit l'activité diurétique du rein et donc les fuites de l'eau.  Mécanismes neurohormonaux de la lactation       Haut de page

Lacté
Nutrition et diététique  -  [Angl. : Lactic, lactescent, lacteal]   Adj.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * : du suffixe -ie, -ié, -é  qui transforme une racine ou un adjectif en un substantif. 
    Qui se rapporte au lait, qui contient du lait, qui ressemble au lait ou qui en a l'aspect. Produits lactés : yaourts, crèmes, chocolats, biscuits etc.      Haut de page

Lactescent
Nutrition et diététique, biochimie  -  [Angl. : Lactescent]   Adj.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * escent : du suffixe inchoatif verbal latin -sco [-escent], qui marque le commencement ou le développement d’une action.
    Caractérise un liquide qui à l'aspect du lait, dont les principaux caractères physiques rappellent ceux du lait.      Haut de page

Lactifère
Endocrinologie et métabolismes  -  [Angl. : Lactiferous]   Adj. * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * fère : du latin ferre [-fère], porter ; a pris aussi le sens de transporter, conduire.
    Caractérise les canaux qui, dans le sein, conduisent le lait jusqu'au mamelon. Syn. : canaux galactophores.      Haut de page

Lactigène  Lactogène
Endocrinologie et métabolismes  -  [Angl. : Lactigenous, Lactogenic]   Adj.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * gène : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre.
    Qui fabrique le lait. Caractérise les glandes qui, dans le sein, fabriquent le lait. Syn. :  Lactogène, galactogène. Cette synthèse est sous la dépendance d'hormones hypophysaires qui sont sécrétées après la stimulation mécanique du mamelon par le bébé qui tête. La prolactine (ou lactostimuline) est une hormone lactigène.      Haut de page

Lactique
Biochimie  -  [Angl. : Lactic]   Adj.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ique : du grec eikôs [-ique], semblable. 
    Caractérise ce qui se rapporte au lait : sécrétion lactique, acide lactique. Ce dernier est un produit de la dégradation du glucose dans les cellules musculaires insuffisamment oxygénées (anaérobiose). Il est responsable, entre autres, de la sensation de fatigue.      Haut de page

Lactivore
Nutrition et diététique  -  [Angl. : Lactivorus]   Adj.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * vore : du latin  –vorus, de vorare [-vore], manger.
    Qui se nourrit de lait. Avant son sevrage, le nouveau-né est lactivore.      Haut de page

Lactobacillus   Lactobacille
Médecine biologique  -  [Angl. : Lactobacillus]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * bacillus : du latin bacillus [bacille], petit bâton. 
    Nom donné à toutes les bactéries en bâtonnet. Les  Lactobacillus sont des bacilles à Gram +, catalase - et jamais sporulés. Ce sont des ferments lactiques jamais pathogènes mais qui peuvent être à l'origine de dégradation d'aliments (verdissement du jambon par exemple). Certains sont très connus : L. acidophilus (hôte du vagin), L. bifidus (yaourt), L. bulgaricus (yaourt).    Haut de page

Lactobionique
Biochimie  -  [Angl. : Lactobionic (acid)]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * bio : du grec bios [bio-, -biose], vie ; * ique : du grec eikôs [-ique], semblable. 
    L'acide lactobionique est obtenu par l'oxydation du lactose. Par hydrolyse cet acide bionique donne du galactose et de l'acide gluconique.      Haut de page

Lactobiose
Biochimie  -  [Angl. : Lactose]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * bio : du grec bios [bio-, -biose], vie ; * ose : du suffixe -ose [-ose, -oside, -osidique] qui, en chimie organique, désigne la présence d’un sucre (glucide). 
    C'est l'autre nom du lactose. Il doit son nom au fait que c'est le sucre du lait et qu'il est formé par l'association de deux oses C12H22O11, (avec perte d'une molécule d'eau) : le glucose et le galactose. Autre synonyme : la lactine.      Haut de page

Lactobutyromètre
Biochimie  -  [Angl. : Lactobutyrometer]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * butyro : du latin butyrum [butyr(o)-], beurre ; * mètre : du latin metrum  ou du grec metron, [métr(ie)], mesure. 
    Appareil utilisé (dans les laiteries par exemple) pour mesurer le pourcentage de graisses contenues dans le lait. Le lait (ou la crème, les fromages) est placé dans un tube, lui-même posé dans un appareil relié à un ordinateur. Le résultat est donné en quelques secondes. Syn. : butyromètre.      Haut de page

Lactodéshydrogénase   Lacticodéshydrogénase   Lactase déshydrogénase   Lactodéshydrogénase 1   Lactodéshydrogénase 2   Lactodéshydrogénase 3   Lactodéshydrogénase 4   Lactodéshydrogénase 5
Biochimie, hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lactodehydrogenase, lacticodehydrogenase, lactic dehydrogenase]   N.f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * dés- : du préfixe latin de- [dé-,  dés-], marquant une idée de séparation, de privation ; * hydro : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique, -hydrie], eau ou hydrogène ; géno : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre ; * ase : du suffixe -ase, qui signifie enzyme, synonyme de diastase. 
Synonymes : lacticodéshydrogénase, déshydrogénase de l'acide lactique, lactase déshydrogénase, LDH, SLDH -lacticodéshydrogénase sérique, DLH.
    Les déshydrogénases sont des enzymes synthétisées par nos cellules, transporteuses d'hydrogène et qui, de ce fait, catalysent des réactions d'oxydation par déshydrogénation, ou de réduction par hydrogénation. La LDH permet une réduction réversible très importante de l'acide pyruvique en acide lactique :
acide pyruvique + DPNH <-----> acide lactique + DPN
(DPN = diphosphopyridine nucléotide et DPNH = diphosphopyridine nucléotide réduit).

    Le dosage de la LDH se fait sur une petite quantité de sérum frais non hémolysé (les hématies ou globules rouges contiennent presque 250 fois plus de LDH que le sérum). Il existe plusieurs méthodes de dosages et donc plusieurs unités. Voici, en UI (unités internationales) les valeurs normales : 100 à 240 UI/L à 25°C, 140 à 330 UI/L à 30°C, 200 à 480 UI/L à 37°C. À noter que ces valeurs sont naturellement plus importantes chez le nouveau-né et chez le jeune enfant. Les organes les plus riches en LDH sont, par ordre décroissant : les muscles squelettiques, le foie, les reins, le myocarde, les ganglions lymphatiques, le rate, le cortex cérébral et cérébelleux, l'estomac, le pancréas, les hématies. Compte tenu de l'universalité de la répartition de cette enzyme dans les tissus de l'organisme, son augmentation ne sert le plus souvent qu'à indiquer que le patient souffre d'une maladie à évolution active.
* Dans l'infarctus du myocarde, les chiffres sont 7 à 10 fois plus élevés que la normale dans les 2 à 3 jours qui suivent l'accident et ne redeviennent normaux qu'entre le 7e et le 11e jour, alors que les taux de SGOT - aspartate aminotransférase (AST ou ASAT), également appelée transaminase glutamique oxalo-acétique - voir cette abréviation à la lettre S - baissent souvent dès le 5e jour.
* En pathologie hépatique, le taux de LDH est proportionnel à la gravité de l'atteinte tissulaire, ce qui lui donne une réelle valeur. En association avec SGPT - alanine aminotransférase (ALT ou ALAT), également appelée transaminase glutamique-pyruvique - le taux de SLDH peut aider à différencier un ictère hémolytique d'un ictère par hépatite. Dans le premier cas, seules les SLDH sont augmentées, alors que dans le deuxième, les deux taux sont plus élevés.
* Dans les syndromes néphrotiques ou les insuffisances rénales aiguës, la LDH est presque toujours très élevée et, dans les homotransplantations (greffe rénale), l'élévation de la LDH est d'autant plus importante que la greffe est mal tolérée.
* Enfin, de nombreuses autres affections peuvent augmenter de façon significative la LDH : opérations et accidents qui détruisent du tissu musculaire, anémie pernicieuse, crises hémolytiques, MNI (mononucléose infectieuse), tous les cancers ...

    Grâce à des méthodes électrophorétiques et chromatographiques, on a isolé 5 isoenzymes de la LDH (ce sont des variantes chimiques), notées 1 à 5. Ces LDH sont toutes formées de 4 peptides, dont 2 fondamentaux : le peptide H (de l'anglais Heart, cœur) et le peptide M (muscle et foie). Leur classification de 1 à 5 a été faite en fonction de leur vitesse de migration électrophorétique, LDH1 étant la plus rapide, LDH5 la plus lente.
    Chez un individu sain, le rapport LDH1/LDH2 < 1. L'augmentation de la concentration sanguine d'une isoenzyme révèle une destruction des cellules du tissu correspondant.
    * En pratique, on se sert surtout de la LDH1 dans le diagnostic de l'infarctus du myocarde, car elle devient supérieure à LDH2 (maximum après 2 à 3 jours et le reste pendant 11 à 12 jours. C'est donc un bon marqueur clinique de l'infarctus.
    * Dans l'hépatite virale, c'est la LDH5 qui augmente très fortement et peut alors représenter jusqu'à 50 % de la LDH totale. La LDH4 subit une petite augmentation. La LDH5 peut rester élevée plusieurs mois après l'hépatite et le retour à un taux normal est signe de guérison.
    * Dans les néoplasies comme les leucémies et les lymphomes, on observe essentiellement une élévation de LDH2, LDH3 et LDH4. Leurs dosages répétés permettent d'avoir une bonne idée de l'évolution de ces maladies.  Les isoenzymes de la LDH        Haut de page

Lactoferment   Lactofermentation
Médecine biologique, biochimie  -  [Angl. : Lactoferment, Lactofermentation]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ferment : du latin fermentum, germe microbien, ou catalyseur produit par les cellules vivantes et permettant certaines réactions chimiques.
    Un ferment est un microorganisme capable de provoquer une fermentation. Un lactoferment  provoque la coagulation de la caséine, protéine du lait. Le yoghourt est un lait fermenté par le Lactobacillus bulgaricus et le Streptococcus thermophilus. Syn. : ferment lactique.
    Lactofermentation : protocole destiné à déterminer les conditions de la coagulation d'un lait.      Haut de page

Lactoferrine   Lactotransferrine    Lactosidérophiline
Biochimie, immunologie  -  [Angl. : Lactoferrin ; Lactotransferrin ; Lactosiderophilin]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ferrine : du latin ferrum [fer, ferr(o)-], fer ; * trans : du latin trans [trans-], au-delà, à travers ; * sidéro : du grec sidéros [sidér(o)-], fer ; * -philine : du grec philos [phil(o)-, -phile, -philie], ami, qui aime.
    Nous avons, de façon innée, de nombreux moyens de défense comme la barrière cutanée, peau et muqueuses, les mucus sécrétés au niveau des voies respiratoires, la flore intestinale, les cellules immunocompétentes du système immunitaire, le lysozyme (voir ces définitions sur leurs pages respectives).
    La lactoferrine (syn. lactotransferrine ou lactosidérophiline) en est un autre qui, comme le lysozyme est produit par des cellules de la défense non spécifique. C'est une glycoprotéine qui a été découverte dans le lait maternel et les sécrétions muqueuses et qui a la propriété de lier le fer (ou fixer les ions ferriques), dont les bactéries ont besoin pour leur réplication. La lactoferrine a donc une action bactériostatique.       Haut de page

Lactoflavine
Biochimie  -  [Angl. : Lactoflavin, riboflavin]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * flavine : du latin flavesco, flavus, [flavin(o)-, flavine, -flavescent] jaunir, blond, jaune. 
    Elle appartient à la classe des flavines, colorants jaunes à trois noyaux condensés. La vitamine B2 ou riboflavine  (C17H20N4O6) est hydrosoluble, comme les autres vitamines B. Elle intervient dans de très nombreuses réactions métaboliques des glucides, lipides et protides, notamment comme coenzyme et transporteur d'électrons. Elle intervient également dans la synthèse des hormones thyroïdiennes. On la trouve essentiellement dans les abats (foie, reins, cœur), le jaune d'œuf et les produits laitiers, les poissons ainsi que les et les légumes. Sa carence provoque une cataracte, des lésions de la bouche et de la langue, une altération de la peau. Besoins quotidiens pour l'adulte : 1,5 à 1,8 mg.      Haut de page

Lactoglobuline
Biochimie, pharmacologie, immunologie allergologie  -  [Angl. : Lactoglobulin]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * globuline : du latin globus [glob(o)-, -globul(o)-], sphérique, petit corps arrondi. 
    Globuline du lait. Dans le lait de vache, la bêta-lactoglobuline est la protéine la plus allergisante (il n'y en a pas dans le lait humain) et elle garde un haut pouvoir antigénique après chauffage à 100° C.  Pour les enfants allergiques, le seul traitement est l'élimination complète du lait de vache et de ses dérivés de l'alimentation pendant plusieurs mois. La réintroduction pourra alors se faire par très petites doses.      Haut de page

Lactomètre
Biochimie  [Angl. : Lactometer]   N. m. * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * mètre : du latin metrum  ou du grec metron, [métr(ie)], mesure.
    Syn. : pèse-lait, lactodensimètre. Appareil qui permet de mesurer la densité du lait, surtout utilisé pour déceler les fraudes telles l'écrémage ou l'addition d'eau.      Haut de page

Lactone   Lactonique
Biochimie  -  [Angl. : Lactone, Lactonic]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * one : du suffixe -one qui, en chimie, désigne la présence d’une fonction cétone. 
    Nom générique des esters internes cycliques fournis par certains acides-alcools ou acides-phénols. Les lactones sont en général des liquides d'odeur agréable que l'on emploie en parfumerie. Syn. : olide. Lactonique : adj. qui se rapporte aux lactones.      Haut de page

Lactoprotéine
Biochimie  -  [Angl. : Lactoprotein]   N. f  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * protéine : du grec tardif prôteios, signifiant "qui occupe le premier rang" ou "de première qualité", lui-même dérivé de protos, premier, relatif aux protides ou aux protéines, composées essentiellement de C, H, O et N.
    Relatif aux protides ou aux protéines. Ce sont les protéines du lait, c'est-à-dire essentiellement la caséine (70%), la lactalbumine et les immunoglobulines. Le lait humain ne contient pas de bêta lactoglobuline.        Haut de page

Lactosazone
Biochimie  -  [Angl. : Lactosazon]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * osazone : du résultat d’une réaction entre un ose et la phénylhydrazine qui forme une osazone. 
    C'est l'osazone du lactose, obtenue avec un réactif particulier : la phénylhydrazine. On obtient ainsi des molécules spécifiques pour chaque ose, reconnaissables au microscope. La lactosazone forme des cristaux en sphères radiées. Cette réaction permet donc de déterminer la présence d'un ose.      Haut de page

Lactoscope
Biochimie  [Angl. : Lactoscope]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * scope : du grec skopein, [-scope, -scopie], regarder. 
    Appareil qui permet, tout comme la lactobutyromètre, de déterminer le pourcentage de crème contenu dans un lait, et qui utilise le principe de la mesure de l'opacité du lait.      Haut de page

Lactose   Lactine
Biochimie  -  [Angl. : Lactose, Lactalin]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ose : du suffixe -ose [-ose, -oside, -osidique] qui, en chimie organique, désigne la présence d’un sucre (glucide). 
    C'est un disaccharide : C12H22O11, formé par l'association de deux oses : le glucose et le galactose, avec perte d'une molécule d'eau. Schéma de la molécule. Il doit son nom au fait que c'est le sucre du lait.
    Synonymes : la lactine, le lactobiose. Il représente 4 à 7% du lait.      Haut de page

Lactosémie
Biochimie, médecine biologique  -  [Angl. : Lactosaemia, lactosemie]   N. f  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ose : du suffixe -ose [-ose, -oside, -osidique] qui, en chimie organique, désigne la présence d’un sucre (glucide) ; * émie : du grec haima, [-émie] : relatif au sang.
    Présence de lactose dans le sang, ou taux de lactose dans le sang.      Haut de page

Lactosérum
Biochimie  -  [Angl. : Lactoserum]   N. m.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * sérum : du latin serum [sér(o)-], petit-lait ; en physiologie : liquide qui se sépare du sang (ou du lait) après coagulation.
    C'est le liquide qui reste après coagulation du lait. Il renferme les éléments minéraux du lait ainsi que le lactose. Syn. : petit-lait.      Haut de page

Lactostimuline
Endocrinologie et métabolismes  -  [Angl. : Prolactin]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * stimuline : du latin stimulare, de stimulus [-stimuline], aiguillon, qui incite, qui excite.
    Hormone qui stimule la production lactée par les glandes du sein. Cette hormone est plus connue sous le nom de prolactine. C'est une hormone hypophysaire qui est fabriquée en réponse à une stimulation mécanique du téton par le bébé.      Haut de page

Lactosurie
Biochimie, néphrologie urologie  -  [Angl. : Lactosuria]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * ose : du suffixe -ose [-ose, -oside, -osidique] qui, en chimie organique, désigne la présence d’un sucre (glucide) ; * urie : du grec oûron [uro-, -urie, -urique], urine.
    Présence de lactose dans l'urine. On en trouve fréquemment dans l'urine des prématurés et des nouveau-nés. Le pronostic est sans conséquences pour l'organisme et il n'y a pas de traitement.      Haut de page

Lactothérapie
Gastroentérologie, nutrition et diététique  -  [Angl. : Lactotherapy]   N. f.  * lacto : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * thérapie : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner.
    Traitement de certaines pathologies par un régime exclusivement lacté. Syn. : diète lactée.      Haut de page

Lait   Lait artificiel   Lait maternisé 
Nutrition et diététique, dermatologie  -  [Angl. : Milk ; Artificial milk ; Mother's milk]   N. m.  * lait : du latin lac, lactis [lact(o)-, -lactine], lait ; * artificiel : du latin artificialis, conforme à l'art, produit par le travail de l'homme, de artificium, art, métier, ruse, de ars, art et facere, faire ; * maternisé : du latin maternus, de mater [matern(o)-, -maternel], mère.
   En biologie, le lait est le liquide aqueux résultant de la sécrétion des glandes mammaires en activité. Lait maternel : liquide physiologique sécrété par les glandes mammaires de la femme mère.
C'est l'aliment spécifique complet et adapté aux besoins de la croissance du nouveau-né et du nourrisson. Il contient les anticorps maternels qui protègent le nouveau-né contre les infections. Il peut transmettre a contrario certains médicaments, microbes ou virus, le virus VIH par exemple, préjudiciables à l'enfant.

Comparaison de la composition des laits maternel (humain) et artificiel (à base de lait de vache)

Lait maternel

* protéines : 10 à 16 g
* lactose (et oligosides) : 70 g
* lipides : 37 à 44 g
* ions chlorures : Cl- : 0,4 g
* ions phosphates : PO4H2- : 0,4 g
* ions sodium : Na+ : 0,2 g
* ions potassium : K+ : 0,5 g
* ions potassium : Ca2+ : 0,3 g.
* des anticorps protégeant contre les maladies
* des hormones qui favorisent la création de liens et régulent l'appétit
* des cellules souches qui contribuent au développement et à la régénération des organes
* des globules blancs qui combattent les infections
* des bactéries bénéfiques qui protègent le système digestif de votre bébé
* des prébiotiques, ou oligosaccharides, qui favorisent la bonne santé des intestins
* des acides gras à longue chaîne qui contribuent au développement du cerveau, du système nerveux et des yeux de votre bébé
* des enzymes qui soutiennent ses systèmes digestif et immunitaire
* des nucléotides et des hormones qui contribuent au développement de  cycles veille/sommeil sains

Lait maternisé ou artificiel

* protéines 34 g
* lactose 48 g
* lipides 36 g
* ions chlorures : Cl- 1 g
* ions phosphates : 3 g
* ions sodium : Na+ : 0,7 g soit 3,5 fois plus que le lait maternel, proche de la limite toxique !
* ions potassium : K+ : 1,4 g
* ions calcium : Ca 2+ : 1,3 g.
* du lactose (un sucre naturel contenu dans le lait) et/ou d'autres sucres tels que du sirop de maïs, du fructose ou de la maltodextrine
* des huiles végétales, telles que de l'huile de palme, de colza, de coco, de tournesol et de soja
* des acides gras, généralement dérivés d'huiles de poisson
* des vitamines et des minéraux de sources végétales et animales
* quelques enzymes et acides aminés
* des probiotiques (dans certains laits artificiels)

En pharmacie, un lait est une émulsion stable telle qu'en fournit l'addition d'eau à une graine pulvérisée (lait d'amande, de soja).
En dermatologie et en cosmétologie, un lait est une émulsion fluide qui se présente sous deux types : soit en lait nettoyant destiné à être ôté lors de la toilette et utilisé surtout pour le visage (lait démaquillant) ; soit en lait hydratant que l'on fait pénétrer par massage, très utilisé pour les produits à usages corporels tels que hydratants, amincissants, antisolaires, etc.      Haut de page