Retour à la page d'accueil  L - TERMINOLOGIE MEDICALE - L  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 28-08-2020

Lax-, laxi-, laxo- : du latin laxare, relâcher. Le mot laxatif, est emprunté au latin médiéval laxativus, émollient, dérivé de laxare, relâcher. Il est également employé comme substantif.


Laxatif, ive - Laxatifs (maladie des) - Laxisme - Laxiste - Laxité - Laxité articulaire - Laxité cutanée - Laxité palpébrale - Laxité tissulaire - Laxophobe - Laxophobie -


Laxatif, ive
Gastroentérologie, pharmacologie  -  [Angl. : Laxative]   Adj. et n. m.  * laxatif, ive : du latin laxare, relâcher.  
    L'adjectif laxatif, aussi souvent employé comme substantif, se rapporte à une action, un médicament, qui vont rendre les selles plus liquides et faciliter leur élimination, notamment chez les personnes atteintes de constipation chronique. De nombreux médicaments et substances naturelles ont un pouvoir laxatif, comme les mucilages, le glycérol, les pectines de fruits, entre autres.      Haut de page

Laxatifs (maladie des)
Gastroentérologie, pharmacologie  -  [Angl. : Laxative disease]   N. f.  * laxatifs : du latin laxare, relâcher.  
    La maladie des laxatifs est une affection rare qui peut apparaître chez une personne qui abuse des laxatifs et en consomme de façon chronique. Parmi les principaux symptômes, on peut noter : des diarrhées factices, des œdèmes, une hyperpigmentation cutanée, l'inflammation du côlon, une stéatorrhée, une ostéomalacie, ainsi qu'une hypokaliémie sévère.
    La kaliémie normale (teneur du sang en potassium) est comprise entre 0,16 et 0,20 g de potassium par litre de sérum ou de plasma, soit 4,1 à 5,1 mEq/L ou mmol/L avec des variations extrêmes allant de 0,14g à 0,22g/L (3,6 à 5,6 mEq/L ou mmol/L). Il n'y a pas de différences notables avec l'âge. 
    L'hypokaliémie peut être due à de nombreux facteurs :
* insuffisance prolongée d'apports en potassium (dénutrition globale ou régimes alimentaires déséquilibrés),
* fuite digestive ou rénale : vomissements, diarrhées,
* certaines néphrites chroniques polyuriques,
* dialyse péritonéale et rein artificiel,
* hyperfonctionnement corticosurrénal (dans la maladie de Cushing par exemple),
* administration prolongée d'ACTH ou de cortisone,
* hypercorticisme surrénal de type hyperaldostéronique (dans le syndrome de Conn), dû généralement à la présence d'un adénome corticosurrénal et qui peut conduire à des paralysies musculaires.
    Le potassium intervient dans les métabolismes glucidiques et protidiques mais aussi dans les mécanismes de la contraction musculaire. Une hypokaliémie sévère peut provoquer un arrêt cardiaque en-dessous du seuil de 1,2 mEq/L.       Haut de page

Laxisme - Laxiste
Psychologie  -  [Angl. : Laxism ; Laxist]   N. m. ; Adj. et n. m.  * laxisme, laxiste : du latin laxus, lâche, desserré, tendance à une tolérance excessive.  
    Les mots laxisme et laxiste sont apparus dans un contexte théologique, à propos d'une doctrine qui tend à supprimer les interdits ou à les limiter. Par la suite, ils ont pris le sens de tolérance excessive, notamment dans un contexte sociopolitique.      Haut de page

Laxité
Anatomopathologie, chirurgie  -  [Angl. : Laxity]   N. f.  * laxité : du latin laxitas, relâchement.  
    La laxité est un défaut ou une perte plus ou moins importante de la résistance et de l'élasticité des fibres musculaires et conjonctives qui soutiennent un organe. Cette laxité, si elle provoque une ptose importante d'un ou plusieurs organes, doit être traitée chirurgicalement.       Haut de page

Laxité articulaire
Anatomopathologie, rhumatologie, chirurgie  -  [Angl. : Joint laxity]   N. f.  * laxité : du latin laxitas, relâchement ; * articulaire : du latin articulus [articul(o)-, -articulaire], articulation.  
    La laxité physiologique est la capacité plus ou moins importante que possède une articulation pour effectuer les mouvements permis par son anatomie, c'est-à-dire les os concernés, les ligaments et les tendons reliés aux muscles. Certaines articulations peuvent présenter une laxité plus importante, pathologique ou non (on parle dans ce cas d'hypermobilité), devenant de ce fait plus vulnérables aux entorses et aux luxations. Il s'agit alors d'hyperlaxité articulaire.        Haut de page

Laxité palpébrale
Anatomopathologie, ophtalmologie, chirurgie  -  [Angl. : Lid laxity]   N. f.  * laxité : du latin laxitas, relâchement ; * palpébrale : du bas latin palpebra, du latin classique palpebra [palpébr(o)-, -palpébral], relatif aux paupières.
    Une augmentation de la laxité palpébrale supérieure horizontale provoque un affaissement de la paupière et cette affection peut apparaître dans plusieurs syndromes et en particulier dans le syndrome de Down ou trisomie 21. L'apparition de cette laxité ou hyperlaxité palpébrale est également favorisée par l'âge. Chaque cas est particulier et c'est au chirurgien qu'il revient d'en évaluer ses caractéristiques et de proposer le traitement adéquat.        Haut de page

Laxité tissulaire    Laxité cutanée
Anatomopathologie, chirurgie  -  [Angl. : Tissular laxity]   N. f.  * laxité : du latin laxitas, relâchement ; * tissulaire : de l'ancien français tistre, du latin texere, tisser, entrelacer régulièrement des fils ; * cutanée : du latin cutis [cuti-, -cutané], peau.
   La laxité tissulaire est caractérisée, pour un tissu donné, par un relâchement de la tension et un manque de fermeté. Ce sont les fibres musculaires, conjonctives et/ou élastiques qui perdent leur tonicité, provoquant également des distensions ligamentaires. La peau est un organe qui présente une certaine laxité dite cutanée, que l'on peut qualifier de physiologique (normale) et qui permet de nombreuses opérations réparatrices. En effet, pour l'exérèse d'un carcinome basocellulaire par exemple, le chirurgien dermatologue doit supprimer un lambeau plus ou moins important de peau et c'est cette laxité qui permet de recoudre deux bords initialement distants.       Haut de page

Laxophobie   Laxophobe
Gastroentérologie, pharmacologie, psychologie  -  [Angl. : Laxophobia ; Laxophobic]   N. f. ; Adj. et n. m.  * laxo- : du latin laxare, relâcher ; * -phobie, -phobe : du grec phobos [-phobe, -phobie], crainte.     La laxophobie est une forme de colopathie correspondant à la peur panique d'être pris de diarrhées impérieuses en public, en dehors de chez soi, et de ne pas arriver à se retenir le temps de trouver des toilettes. C'est une affection extrêmement fréquente et psychologiquement invalidante.
   On trouve cette affection chez des personnes qui ont une colopathie fonctionnelle comme la maladie du côlon irritable ou une colite collagène, par exemple. C'est cette peur d'être bloqué et de ne pas avoir accès à des toilettes qui provoque des diarrhées impérieuses.
   Ces dysfonctionnements du côlon et la laxophobie qui en résulte peuvent conduire à des troubles du comportement alimentaire voire même à un isolement social et affectif. Ce handicap a également des répercussions dans la vie professionnelle et familiale de la personne laxophobe.        Haut de page