Retour à la page d'accueil  M - TERMINOLOGIE MEDICALE - M  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 6-02-2020

Magnét(o)-, magnétisme     du grec magnês lithos, ou du latin magneticus, relatif à l'aimant, pierre aimantée. Cette pierre était aussi connue sous le nom de pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai.


Magnétique - Magnétique (champ) - Magnétique (champ d'induction m.) - Magnétique (imagerie par résonance m.) - Magnétisme - Magnétite - Magnétocardiographie - Magnétoencéphalographie - Magnétothérapie - Magnétothérapeute -

Magnétisme   Magnétique
Physique, imagerie médicale  -  [Angl. : Magnetism / Magnetic]    N. m. / Adj.  * Magnét(o)- : du grec magnês lithos, pierre aimantée ou pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai ; * -isme : du suffixe  -isme  servant à former des substantifs. 
   Le terme magnétisme désigne l'ensemble des phénomènes qui ont lieu au cœur et autour de matériaux aimantés, que cette aimantation soit naturelle ou qu'elle soit le résultat d'un champ d'induction (électrique ou magnétique). Les applications du magnétisme sont nombreuses, de l'informatique à la médecine en passant par la physique des particules.
    Les premières observations remontent à l'Antiquité mais le phénomène n'a été étudié avec attention qu'à partir du XVIIIe siècle. Charles Augustin de Coulomb établit alors que les forces qui s'exercent entre deux charges magnétiques sont inversement proportionnelles au carré de la distance qui les sépare.


    Le magnétisme est un phénomène quantique dont les effets s'observent à l'échelle macroscopique. Au niveau de l'atome, chaque électron possède un petit moment magnétique. Naturellement, les électrons de moments magnétiques opposés ont tendance à se regrouper par paires. À l'échelle macroscopique, l'aimantation est alors nulle. Mais, si des électrons se retrouvent sans partenaires, leurs moments magnétiques s'additionnent. Ils produisent alors une aimantation globale du matériau. Les métaux de transition (nickel, etc.) et les terres rares, sont les seuls éléments à porter un tel moment magnétique.
   L'adjectif magnétique caractérise ce qui se rapporte au magnétisme.      Haut de page

Magnétique (champ d'induction m.)    Magnétique (champ)
Imagerie médicale, neurologie  -  [Angl. : Field of magneto-induction]    N. m.  * magnétique : du grec magnês lithos, pierre aimantée ou pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai. 
    Le champ d'induction magnétique est synonyme de champ magnétique. En physique, le champ magnétique est une grandeur ayant le caractère d'un champ vectoriel, c'est-à-dire caractérisée par la donnée d'une norme, d'une direction et d'un sens, définie en tout point de l'espace, permettant de modéliser et quantifier les effets magnétiques du courant électrique ou des matériaux magnétiques ...
    Le champ magnétique caractérise l’influence d’une charge électrique en mouvement, et réciproquement exerce son action également sur les charges en mouvement. Une charge électrique en mouvement est un courant électrique dont l’unité est l’ampère (symbole : A). Le champ magnétique est donc lié au courant et traduit son influence à distance de la source, d’où son unité de mesure : l’ampère par mètre (symbole : A/m).
    Cependant dans l’usage courant, on utilise l’unité de mesure du flux d’induction magnétique, à savoir le tesla (symbole : T), et surtout sa sous-unité, le microtesla (symbole : µT), qui vaut un millionième de tesla. Dans la plupart des milieux, notamment dans l’air, on aura l’équivalence : 1 A/m = 1,25 µT.       Haut de page

Magnétique (imagerie par résonance)
Imagerie médicale et interventionnelle  -  [Angl. : MRI : Magnetic resonance imaging]     N. f.  * résonance : du latin resonantia [résonance, résonateur], phénomène d’interaction qui se produit entre les atomes et le rayonnement électromagnétique auquel ils sont soumis ; * magnétique : du grec magnês lithos, pierre aimantée ou pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai aimanté. 
    L'IRM est le moyen le plus moderne d'obtenir des images détaillées de l'organisme. Contrairement aux rayons X, aucune radiation n'est utilisée. Cet appareil fonctionne au moyen d'un puissant aimant et d'ondes radio pour produire des images des organes et des tissus de l'organisme. Dans le champ magnétique intense, les noyaux d'hydrogène de l'eau du corps s'orientent tous dans le même sens. Durant quelques millièmes de seconde, on émet des ondes perturbatrices. Les noyaux changent d'orientation avant de reprendre leur position initiale.

    Ces variations du champ magnétique sont numérisées et traduites en images par un ordinateur. L'examen est sans douleur. Puisque l'on utilise des aimants, tous les objets métalliques doivent être enlevés avant de pénétrer dans la salle d'examen. Pour une IRM de la tête, on fixe la tête avec des bandes de Velcro. Il est important de rester immobile pendant toute la procédure. Un tout petit mouvement peut altérer les images.
    En plus des bandes de Velcro, un casque peut aussi être placé sur la tête. Tandis que le patient est allongé sur une table étroite et plate, celle-ci est introduite dans un grand cylindre. L'examen peut durer 20 minutes à une heure. Pendant que les images sont prises, l'appareil produit  un bruit de tambour ou de battement. Le produit radio-opaque utilisé en injection intraveineuse est l'oxyde de gadolinium.   Voir aussi RMN.
 Une installation IRM        Haut de page

Magnétite
Géologie, nombreuses disciplines  -  [Angl. : Magnetite]    N. f.  * magnéto : du grec magnês lithos, pierre aimantée ou pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai ; * ite : du suffixe -(i)te, -(i)té, qui transforme un adjectif ou un substantif en substantif
    La magnétite Fe3O4 est un oxyde de fer présent dans les roches magmatiques basiques et métamorphiques. C'est un minéral ferromagnétique, l'un des principaux minerais de fer. C'est l'étude de ses propriétés qui a permis de mettre au point la magnétothérapie, c'est-à-dire l'utilisation thérapique de la magnétite et plus généralement des champs magnétiques.
    Appelée aussi pierre d’aimant, l’étude des propriétés de la magnétite a donné la magnétothérapie.      Haut de page

Magnétocardiographie
Imagerie médicale, cardiologie  -  [Angl. : MCGI : magnetocardiographic imaging]    N. f.  * magnéto : du grec magnês lithos, pierre aimantée ou pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai ; * cardio : du grec kardia [cardi(o)-, -carde, -cardie, cardiaque], cœur ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire. 
   
La magnétocardiographie ou MCG est semblable à la magnétoencéphalographie (voir cette définition) : elle mesure les champs magnétiques induits par l’activité électrique des cellules du muscle cardiaque ou myocarde, notamment des cellules du tissu nodal.
    Décrite il y a plus de 25 ans, cette technique a récemment bénéficié des progrès réalisés dans les domaines de la supraconductivité et de l'isolation magnétique. Ses applications cliniques commencent à se développer, dans le diagnostic des troubles de la conduction cardiaque et dans l’étude diagnostique de certains infarctus du myocarde.   Le tissu nodal dans le cœur        Haut de page

Magnétoencéphalographie
Imagerie médicale, neurologie  -  [Angl. : MEGI : magnetoencephalographic imaging]    N. f.  * magnéto : du grec magnês lithos, pierre aimantée ou pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai ; * encéphalo : du grec enkephalos [encéphal(o)-, encéphalie], cervelle, c’est-à-dire l’encéphale ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire. 
    La magnétoencéphalographie (MEG) ou imagerie par magnétoencéphalographie (IMEG) est une technique d'imagerie récente et particulièrement performante pour mettre en évidence l'activité cérébrale et qui est utilisée en complément de l'IRMf ou IRM fonctionnelle.
    La magnétoencéphalographie mesure des champs magnétiques induits par l'activité électrique des neurones du cerveau. La MEG n'a pas encore atteint le rang d'outil de routine clinique mais son usage se répand.

    Le principal domaine d'application de la MEG est le diagnostic préopératoire en épilepsie. En effet, les capacités de localisation de la MEG ainsi que sa commodité d'utilisation en font un outil de choix pour confirmer et localiser le (ou les) foyer(s) épileptogène(s) déclencheurs de la crise avant résection chirurgicale. En effet, la principale méthode employée, en 2006, reste l'implantation d'électrodes intracrâniennes, ce qui nécessite pour ce seul diagnostic une opération chirurgicale délicate.
   Plus récemment, les études en MEG se sont portées vers le diagnostic précoce et le suivi de pathologies neurodégénératives (comme la maladie de Parkinson ou la maladie d'Alzheimer), l'étude des conséquences d'un traumatisme crânien ou d'une ischémie cérébrale transitoire et l'assistance aux neurochirurgiens dans la stratégie opératoire.

    Extraits du site histrecmed.fr : "À partir des signaux EEG comme des signaux MEG, des algorithmes sophistiqués de traitement du signal permettent de proposer des reconstructions relativement réalistes de l’évolution temporelle de l’activité corticale telle qu’elle aurait pu être enregistrée en tout point de la surface du cortex avec une précision temporelle de quelques millisecondes.
    C’est ainsi que, dans les dernières années, des images détaillées de la dynamique de l’activité cérébrale humaine ont été obtenues, par exemple pendant la compréhension des mots entendus ou lus. Il faut souligner que ces images ne sont qu’une reconstruction théorique sur ordinateur, non une observation directe de l’activité corticale, en sorte qu’elles continuent à être discutées et constamment améliorées. Néanmoins, il est juste de dire que, dans les trois dernières années, ces images obtenues à partir des enregistrements MEG ont atteint un degré de précision et de plausibilité inégalé, qui les rend comparables aux images d’IRM ou de tomographie par émission de positons"
.        Haut de page

Magnétothérapie    Magnétothérapeute
Médecines parallèles, nombreuses disciplines  -  [Angl. : Magnetotherapy]    N. f.  * magnéto : du grec magnês lithos, pierre aimantée ou pierre de Magnésie, du nom de la ville d'Asie Mineure dans laquelle on trouvait une grande quantité de minerai ; * thérapie : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner. 
    La magnétothérapie est le fait, pour le magnétothérapeute, d'utiliser les propriétés du magnétisme pour certains soins.
C'est la magnétite (voir sa définition), appelée aussi pierre d’aimant, qui a donné naissance, par ses propriétés, à la magnétothérapie.
    Extraits du site "pouvoirdespierres" :
"Elle guide et propage dans notre corps les énergies magnétiques terrestres.
Elle nous permet de recentrer et renforcer nos chakras, ainsi l’énergie de la Terre-Mère nous envahit pour notre plus grand bien.
Elle accélère le processus d’autoguérison.
Elle lutte contre la douleur.
Excellente pour le mal de dos, les lumbagos, les névralgies.
La magnétite influence la circulation sanguine et supprime les crampes.
Elle apporte chaleur et bien-être à notre corps.
Excellente pierre pour les guérisseurs magnétiseurs.
Cette pierre est déconseillée aux personnes portant un stimulateur cardiaque ou des prothèses métalliques."       Haut de page