Retour à la page d'accueil  M - TERMINOLOGIE MEDICALE - M  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 6-02-2020

Malaria     De l'italien mala aria signifiant "mauvais air", relatif au paludisme ou malaria. Le mot a désigné les émanations provenant des marécages, que l'on tenait pour responsables des accès périodiques de fièvre dont souffraient les habitants. Par métonymie, il désigne aujourd'hui cette affection.


Malaria - Malariathérapie - Malarien - Malarique -

Malaria   Malarien   Malarique
Parasitologie pathologies infectieuses et tropicales, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Malaria, Malarian, Malarial]    N. f.  * malaria : de l’italien mala aria [malaria, -malarique], mauvais air, relatif au paludisme ou malaria. 
    La malaria ou fièvre des marais est dû à un parasite : Plasmodium vivax, ou P. malariae, qui est transmis par la piqûre d'un moustique du genre Anopheles. Le cycle du Plasmodium falciparum  Après une incubation de 2 semaines à 2 mois, une fièvre intense s'installe, avec troubles digestifs, neurologiques, accompagnés de douleurs diffuses. Les fièvres peuvent dépasser 40°C et s'accompagnent alors de violents frissons.
    Dans la forme "classique" on parle de fièvre tierce ou fièvre quarte, car elle se manifeste environ tous les 3 ou 4 jours. Entre 2 épisodes fébriles qui durent quelques heures, les symptômes disparaissent complètement. 600 millions d'individus en sont atteints dans le monde et cette endémie concerne toutes les régions intertropicales. Seules les zones d'altitude sont épargnées. Il y a une quarantaine d'années, la malaria sévissait dans le bassin méditerranéen, mais elle a totalement disparu suite à l'assèchement des marais par l'homme.

    Après une piqûre, le plasmodium pénètre dans une hématie (ou globule rouge) et y prolifère. Il en résulte un éclatement du globule, avec libération des parasites qui vont coloniser d'autres hématies. C'est la destruction des hématies qui est responsable de la fièvre malarique.
    L'essentiel du traitement consiste à surveiller le malade pendant ses épisodes fébriles, ainsi qu'en l'administration d'antimalariens, comme la quinine, la nivaquine et leurs dérivés. Le problème qui se pose actuellement est la résistance accrue des parasites vis-à-vis de ces molécules et le fait qu'il n'existe toujours pas de vaccin. Dans certains cas, la malaria évolue vers une insuffisance rénale et des complications neurologiques qui entraînent la mort. Une équipe de chercheurs a récemment découvert un gène chez Plasmodium falciparum, qui le rendrait résistant aux traitements actuels. Syn. : paludisme

    Dans un article paru dans Nature en mai 2002, des chercheurs américains décrivent une découverte importante : une protéine (SMI) qui pourrait enrayer le cycle de transmission du parasite. Ils ont créé des moustiques (anophèles) génétiquement modifiés, qui expriment cette protéine SMI et deviennent de ce fait, incapables d'excréter le parasite dans leur salive et donc de transmettre la maladie à l'homme. Ils estiment que de tels moustiques transgéniques introduits dans la nature pourraient prendre la place des moustiques sauvages et supprimer ainsi la diffusion du paludisme.
    Le test de la goutte épaisse consiste à tourner lentement une aiguille dans une grande goutte de sang. Le fibrinogène se transforme progressivement en fibrine, qui s'enroule autour de l'aiguille. Le sérum restant est alors observé au microscope et on y observe facilement les stades de développement du parasite.
Adj. : malarique ou malarien : qui se rapporte à la malaria ou qui en est atteint.     Haut de page

Malariathérapie
Parasitologie pathologies infectieuses et tropicales, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Malaria therapy, malariatherapy]    N. f.  * malaria : de l’italien mala aria [malaria, -malarique], mauvais air, relatif au paludisme ou malaria ; * thérapie : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner. 
    La malariathérapie est une technique qui n'est plus employée et qui consistait à stimuler les défenses naturelles de l'organisme en injectant chez un sujet sain, le Plasmodium du paludisme. Il s'agissait essentiellement d'éviter les symptômes de type paralysie générale. Syn. : impaludation thérapeutique, paludothérapie.     Haut de page