Retour à la page d'accueil  M - TERMINOLOGIE MEDICALE - M  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 6-02-2020

Méga-                     Du grec megas [méga-], grand. Lorsqu'il est placé devant une unité, ce préfixe multiplie par un million.
Mégalo-, -mégalie   Du grec megalê, grand. En français, les éléments "méga-, mégalo-" entrent dans la formation de nombreux noms d'unités de mesure et de noms savants dans diverses sciences. En anatomopathologie, ils expriment l'idée d'"anormalement développé".


Mégacaryoblaste - Mégacaryocyte - Mégacôlon - Mégacôlon congénital - Mégadolichocôlon - Mégalérythème épidémique - Mégaloblaste - Mégaloblaste acidophile - Mégaloblaste basophile - Mégaloblaste polychromatophile - Mégaloblastique - Mégalocytaire - Mégalocyte - Mégalomanie - Mégaœsophage - Mégaspondylodysplasie  

Mégacaryoblaste   Mégacaryocyte
Hématologie, embryologie
  -  [Angl. : Megakaryoblast, Megakaryocyte]    N. m.  * méga :
du grec megas [méga-], grand ; placé devant une unité, ce préfixe multiplie par un million ; * caryo : du grec karuon [cary(o)-, kary(o)-], noix, noyau ; * blaste : du grec blastos [-blaste, blast(o)-], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire. 
    Dans notre sang, des éléments appelés plaquettes ou thrombocytes, jouent un rôle très important dens les mécanismes de la coagulation. Tout commence dans la moelle osseuse (organe hématopoïétique) où se trouve une lignée particulière de cellules : les mégacaryoblastes. Ce sont les précurseurs des thrombocytes.
    Elles se différencient progressivement en mégacaryocytes, très grosses cellules (plus de 30 µ) avec un énorme noyau multilobé. Un mégacaryocyte  Ces cellules représentent un stade intermédiaire entre les mégacaryoblastes et les plaquettes ou thrombocytes.     Haut de page.

Mégadolichocôlon   Mégacôlon   Mégacôlon congénital
Gastroentérologie
  -  [Angl. : Megadolichocolon, Megacolon, Congenital megacolon]    N. m.  * méga :
du grec megas [méga-], grand ; placé devant une unité, ce préfixe multiplie par un million ; * dolicho : du grec dolikhos [dolicho-], long, allongé ; * côlon : du grec kôlon [colo-], intestin ; racine des termes relatifs au côlon.  
    Le mégadolichocôlon est un dolichocôlon particulièrement allongé. Dans cette pathologie, le côlon (gros intestin) est anormalement dilaté sur une partie ou la totalité de sa longueur, cette dilatation s'accompagnant généralement d'un important épaississement de ses parois. Cette pathologie peut être acquise, mais on connaît aussi des formes familiales congénitales.
    Parmi les conséquences immédiates, il faut citer la constipation, les ballonnements, qui peuvent être soulagés par des médicaments mais aussi par une bonne hygiène alimentaire. Chez les enfants, la maladie de Hirschprung représente une forme classique de mégadolichocôlon.    Haut de page.

Mégalérythème épidémique
Immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique, parasitologie pathologies infectieuses et tropicales, pédiatrie  -  [Angl. : Acute infectious erythema]    N. m.  * mégal(o)- : du grec megalê [mégalo-, mégalie], grand ; * érythro : du grec eruthros [érythro], rouge ; ou * érythème : du grec eruthêma, rougeur de la peau ; * épi : du grec epi [épi-], sur, dessus ; * démie : du grec demos [dém(o)-, -démie], peuple ou : * épidémie : du latin méd. epidemia, du grec epidêmios [épidémi(o)-], qui séjourne dans un pays - relatif à une maladie qui touche un grand nombre de personnes dans une même région. 
    À noter que le mégalérythème épidémique est aussi appelé cinquième maladie. C'est au XIXe siècle qu'ont été étudiées 6 éruptions cutanées différentes qui apparaissaient chez les jeunes enfants. Le mégalérythème épidémique a été la cinquième de ces 6 maladies à être étudiée et nommée.
    Pour information, la première maladie est la rougeole, la deuxième maladie est la rubéole, la troisième maladie est la scarlatine, la quatrième maladie est la rubéole scarlatiforme et la sixième maladie est la pseudorubéole ou exanthème subit ou critique ou fièvre de 3 jours des jeunes enfants ou roséole infantile.
    Le mégalérythème épidémique est une maladie infectieuse virale bénigne, due à un parvovirus que l'on a nommé B19 et qui se caractérise par une éruption cutanée. Comme un grand nombre d'autres virus, il se transmet facilement d'un individu à l'autre par la voie digestive. On a qualifié cette pathologie d'épidémique, car elle se manifeste généralement en hiver ou au printemps, tous les 4 à 5 ans, sous forme d'épidémies successives. B19 est aussi responsable d'autres pathologies pouvant affecter les articulations, la moelle osseuse et, par conséquence, la composition des éléments figurés du sang et en particulier la lignée des érythrocytes (globules rouges), provoquant une anémie.      Haut de page.

Mégaloblaste   Mégaloblaste basophile   Mégaloblaste polychromatophile   Mégaloblaste acidophile   Mégaloblastique   Mégalocyte   Mégalocytaire
Cytologie, hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Megaloblast, Basophil magaloblast, Polychromatophil megaloblast, Acidophil megaloblast, Megaloblastic, Megalocyte, Megalocytic]    N. m.  * mégalo : du grec megalê [mégalo-, mégalie], grand ; * blaste : du grec blastos [-blaste, blast(o)-], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire. 
    Un mégaloblaste est un érythroblaste (*) c'est-à-dire un globule rouge nucléé (donc qui possède encore son noyau) très volumineux, que l'on rencontre dans la moelle osseuse dans certaines anémies et notamment celles dues à des carences en acide folique et en vitamine B12. Le traitement consiste à rétablir les bons dosages en ac. folique et en B12.
    Mégaloblastique : adj. relatif au mégaloblaste. Dans son évolution, le mégaloblaste présente, comme l'érythroblaste, 3 stades caractéristiques : le mégaloblaste basophile, le mégaloblaste polychromatophile et le mégaloblaste acidophile.  Le mégalocyte est lui aussi un globule rouge géant, qui résulte de la maturation d'un mégaloblaste.
    Mégalocytaire : adj. se rapportant au mégalocyte ou à son évolution. Ex. la lignée mégalocytaire.

(*) érythro : du grec eruthros [érythro], rouge ; * blaste : du grec blastos [-blaste, blast(o)-], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire.  Les érythroblastes participent à l'hématopoïèse : ils sont à l'origine de la lignée dite érythroblastique qui aboutit finalement au stade érythrocyte. Auparavant, l'érythroblaste se transforme en érythroblaste basophile, puis en érythroblaste polychromatophile, érythroblaste acidophile, réticulocyte et enfin hématie. C'est au stade acidophile que l'érythroblaste expulse son noyau.      Haut de page.

Mégalomanie
Psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Megalomania]    N. f.  * mégalo : du grec megalê [mégalo-, mégalie], grand ; * manie : du latin mania [maniaco-, -maniaque, -manie], folie, habitude bizarre. 
    La mégalomanie est considérée par les spécialistes comme une "surestimation délirante" de ses capacités. Les malades atteints de mégalomanie se considèrent comme des êtres supérieurs et s'identifient, en fonction de leur culture, à Dieu ou à un roi, un empereur, au maître du monde, entre autres.       Haut de page.

Mégaœsophage
Gastroentérologie
  -  [Angl. : Megaesophagus]    N. m.  * méga :
du grec megas [méga-], grand ; placé devant une unité, ce préfixe multiplie par un million ; * œsophage : du grec oisophagos [œsophag(o)-], qui porte ce que l’on mange, en rapport avec l’œsophage.
    Dilatation anormalement importante et permanente de l'œsophage, dont la paroi est amincie. Il existe des formes congénitales de mégaœsophage et d'autres qui sont acquises.      Haut de page.

Mégaspondylodysplasie
Génétique, cancérologie
  -  [Angl. : Megaspondylodysplasia]    N. f.  * méga :
du grec megas [méga-], grand ; placé devant une unité, ce préfixe multiplie par un million ; * spondylo : du latin spondylus ou du grec spondulos  [spondyl(o)-] vertèbre, ancien nom des vertèbres ; * dys : du préfixe tiré du préfixe grec dus [dys-], marquant une idée de difficulté ; * plasie : du grec plasis,  plassein [-plasie], action de façonner, modeler. 
      Syn. : syndrome de Protée. C'est une maladie génétique qui se transmet selon le mode dominant, c'est-à-dire qu'il suffit qu'un seul parent soit atteint pour que leurs enfants le soient aussi. La mégaspondylodysplasie est considérée comme une phacomatose, car on observe chez les sujets atteints des phacomes ou petites tumeurs. Elles se localisent essentiellement au niveau du système nerveux, des yeux et de la peau, mais il y en a aussi beaucoup sur l'os.
    Dans ce dernier cas, ce sont de petites tumeurs osseuses bénignes. Les symptômes de cette pathologie sont nombreux et impressionnants : gigantisme des extrémités et de la tête, avec mégadactylie, allongement de la colonne vertébrale, angiomes, nævi pigmentaires, épilepsie, atrophie musculaire etc.
      Haut de page.