Retour à la page d'accueil  M - TERMINOLOGIE MEDICALE - M  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 6-02-2020

Mi-     Du latin medius [mi-], qui est au milieu, à moitié, à demi. Les sens de l'élément "mi-" sont particulièrement nombreux : "moyen, intermédiaire", "qui ne penche ni d'un côté ni de l'autre, indifférent, indéterminé", quelquefois "demi".


Migraine - Migraine accompagnée - Migraine commune - Migraine de l'enfant - Migraine hémiplégique familiale - Migraine infantile - Migraine ophtalmique - Migraine ophtalmoplégique - Migraineux - Milieu - Milieu au BCP - Milieu au PBC - Milieu au pourpre de bromocrésol - Milieu Chapman - Milieu de culture - Milieu de culture à indicateur coloré - Milieu de culture sélectif - Milieu EMB - Milieu éosine bleu de méthylène - Milieu Eosin-methylen-blue - Milieu gélose glucose - Milieu gélose nutritive - Milieu hypersalé - Milieu LB - Milieu LBA - Milieu Luria Bertani - Milieu Luria Broth Agar - Milieu Lysogeny Broth - Milieu Man, Rogosa et SharpeMilieu Miller - Milieu MRS - Milieu de Mueller-Hinton - Milieu nutritif - Milieu pour culture in vitro de végétaux - Milieu Sabouraud - Milieu total

Migraine   Migraine accompagnée   Migraine commune   Migraine de l'enfant   Migraine hémiplégique familiale   Migraine infantile   Migraine ophtalmique   Migraine ophtalmoplégique   Migraineux
Neurologie, angiologie et médecine vasculaire, algologie, génétique  -  [Angl. : Migraine, Associated migraine, Common migraine, Migraine of the child, Hemiplegic familial migraine, Infantile migraine, Ophthalmic migraine, Ophthalmoplegic migraine, Migrainous]    N. f.  * migraine : du grec hêmi, moitié et kranion, crâne. 
    Le mot migraine désigne en réalité un syndrome caractérisé par des céphalalgies violentes, généralement unilatérales, pouvant être accompagnées de malaises profonds, nausées et parfois vomissements. La crise migraineuse peut être précédée ou accompagnée de signes neurologiques (ou aura), comme les scotomes par exemple.
    La cause primitive est un dysfonctionnement au niveau de la vasomotricité des branches de l'artère carotide externe qui se dilatent. Dans le cas où la crise est accompagnée de symptômes neurologiques, on parle de migraine accompagnée. Une image de migraine en PET scan  Elle est qualifiée de migraine commune si elle est "simple", sans signes neurologiques ajoutés.

     De nombreuses personnes souffrent de migraines ophtalmiques, c'est-à-dire accompagnée de signes visuels anormaux, les plus fréquemment décrits étant les scotomes scintillants. Certains cas plus graves peuvent se traduire par une véritable paralysie de tous les muscles qui dépendant des nerfs oculomoteurs communs (heureusement transitoire) : c'est la migraine ophtalmoplégique.
      Adj. : migraineux(se) : qui concerne la migraine ou qui en est atteint. L'étude épidémiologique de certaines familles a également démontré l'existence d'une forme héréditaire : la migraine hémiplégique familiale.

    En France, une expertise de l'INSERM datant de 1998 attestait que plus de 6 millions de français souffraient de troubles migraineux soit entre 10 et 15 % de la population. Les femmes sont trois fois plus atteintes que les hommes. La prévalence à l'âge adulte est de 18 % chez les femmes et de 6 % chez les hommes. On connaît maintenant certains facteurs capables de déclencher la crise migraineuse. Entre autres : le stress, l'anxiété, le chocolat, l'alcool, mais aussi des facteurs hormonaux (ex. les migraines qui surviennent pendant les règles), une lumière excessive, un effort physique intense ...
    Il est important, pour une personne souffrant de migraines, de déterminer le ou les agents déclenchants. Le processus est maintenant bien connu : les facteurs déclenchants stimulent l'hypothalamus qui, en réaction, stimule le nerf trijumeau, responsable de l'innervation d'une grande partie de la face. Les terminaisons du trijumeau libèrent des neuropeptides responsables de la vasodilatation et de l'inflammation qui se traduisent en messages douloureux.
    Les traitements actuels reposent sur les antalgiques classiques : paracétamol, aspirine, les AINS ou anti-inflammatoires non stéroïdiens, mais aussi sur les vasoconstricteurs comme les dérivés de l'ergot du seigle (dihydroergotamine) et surtout les triptans, nouvelle classe de molécules très actives (Sumatriptan, Zolmitriptan ...).

    Chez l'enfant, la crise de migraine touche aussi bien les filles que les garçons. Elle est généralement de courte durée (une à quelques heures), mais peut aussi se prolonger 2 à 3 jours. Les médicaments sont les mêmes que pour l'adulte : ibuprofène pendant la crise, triptans dès l'apparition des premiers signes. Certains centres antidouleur proposent des formes adaptées de relaxation ou d'hypnose, dans laquelle l'enfant joue un rôle très actif (autohypnose).    Haut de page   

Milieu   Milieu de culture   Milieu de culture sélectif   Milieu de culture à indicateur coloré  
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : Medium, Culture medium, Selective culture medium, Culture medium with color indicator]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    Le milieu est l'environnement dans lequel vivent ou sont placés des organismes vivants. En laboratoire, la détermination d'une souche microorganique passe souvent par sa mise en culture sur (ou dans) des milieux spécialement conçus pour cet usage : ce sont les milieux de culture, dont plusieurs exemples sont décrits ci-dessous. La plupart d'entre eux sont sélectifs, c'est-à-dire qu'ils vont contenir les éléments nutritifs nécessaires à une souche particulière ou à un groupe particulier (levures par ex.). Dans certains cas, on place un indicateur coloré pour mieux saisir la présence d'une souche : voir par exemple le milieu au PBC (pourpre de bromocrésol).      Haut de page.   

Milieu gélose glucose   Milieu Sabouraud
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : Agar glucose medium, Sabouraud's agar, Sabouraud's medium]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
     Le milieu gélose glucose est
vendu dans le commerce sous le nom de "milieu Sabouraud".
Préparation : dans 1000 cc d'eau distillée, verser 40 g de glucose, 10 g de peptone, 15 g de gélose (ou agar agar) - en poudre de préférence. Porter le tout à ébullition, laisser refroidir et, avant solidification, verser le mélange dans des récipients type erlenmeyer (ils seront bouchés avec un tampon de coton) ou dans des tubes avec bouchon à vis.

    Ces récipients (attention : les bouchons à vis ne doivent pas être vissés à fond) seront ensuite placés dans une étuve à 120°C pendant 20 à 30 minutes. Laisser refroidir dans l'étuve ou l'autoclave, visser à fond les bouchons.
Pour la conservation, ces récipients seront placés dans un réfrigérateur.
    Avant l'utilisation (dévisser un peu les bouchons à vis), les placer dans un bain marie bouillant jusqu'à liquéfaction puis répartir le milieu gélose glucose dans des boîtes de Pétri, en restant dans la zone de stérilité d'un bec bunsen.
 
Utilisation
: ce milieu convient très bien pour la culture des levures - Saccharomyces - et des moisissures - Penicillium, Aspergillum, Rhizopus nigricans ...  (25°C pendant 3 à 7 jours), ainsi que pour de nombreuses bactéries sans exigences particulières. Pour la stérilisation du milieu : voir "stérilisation".       Haut de page  

Milieu au BCP    Milieu au PBC    Milieu au pourpre de bromocrésol
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : BCP medium, PBC medium, Bromcresol Purple medium]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    Ce milieu
permet de mettre en évidence le métabolisme des bactéries qui utilisent le glucose et/ou le lactose. La réaction positive se traduit par un passage de la coloration initiale violette du pourpre de bromocrésol (ou PBC) au jaune, car le milieu devient acide. Simultanément, dans le cas du glucose, un gaz peut se dégager (bactéries "gaz +"). Il est alors recueilli dans une "cloche", petit tube placé dans le milieu liquide, ouverture vers le bas.
    Préparation : dans 1000 cc (cm3) d'eau distillée portée à ébullition et constamment remuée, verser 10 g de glucose (ou de lactose), 5 g de peptone (pharmacie), 15 g d'agar agar (gélose) si l'on veut obtenir un milieu solide, 3 g d'extrait de viande (Viandox par ex.) et 0,025 g de pourpre de bromocrésol. Laisser refroidir après 2 à 3 minutes d'ébullition. Verser la solution dans des récipients bouchés avec un tampon de coton. Pour les tubes à culture, ne pas serrer le bouchon à vis.
    Pour la
stérilisation du milieu : voir page "stérilisation".      Haut de page  

Milieu Chapman   Milieu hypersalé
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : Chapman Medium, Hypersalted medium]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    C'est un milieu hypersalé qui ne permet que le développement des bactéries halophiles, c'est-à-dire vivant normalement dans un milieu très salé. Il est utilisé pour la culture et l'isolement des staphylocoques.
 
P
réparation
 * extrait de viande : 1 g ; * chlorure de sodium (sel) : 75 g ; * peptone : 10 g ; * mannitol (*) : 10 g ; * rouge de phénol : 0,025 g ; * agar agar : 15 g ; * eau distillée : 1000 mL. 

(*) Mannitol (ou mannite) : c'est un hexalcool : CH2OH - (CHOH)4 - CH2OH , rencontré dans de nombreux végétaux et notamment la manne (exsudation sucrée des feuilles) du frêne. La mannite ordinaire est dextrogyre et son oxydation fournit le  d-mannose ou le d-fructose. Elle a des propriétés laxatives.
Pour la
stérilisation du milieu : voir page "stérilisation".       Haut de page  

Milieu EMB   Milieu Eosin-Methylen-Blue   Milieu éosine bleu de méthylène
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : EMB medium, Eosin-Methylen-Blue medium, id]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    C'est un milieu caractéristique d'Escherichia coli, sur lequel le colibacille forme des colonies de 2 à 3 millimètres, plates, d'un violet très foncé. Elles se distinguent également par des reflets métalliques "en dos de scarabée".
P
réparation
: peptone : 10 g ; * phosphate dipotassique (PO4 K2H) : 2 g ; * lactose : 10 g ; * éosine jaune (*) : 0,4 g ; * bleu de méthylène (*) : 0,065 g ; * agar agar : 15 g ; * eau distillée : 1000 mL. 
    Les deux colorants (*) sont des inhibiteurs des bactéries Gram +. Le pH final de ce milieu est égal à 6,8. Cette culture se fait pour la recherche d'Escherichia coli dans des infections génitales, urinaires, biliaires et intestinales, en particulier des gastro-entérites infantiles qui peuvent être graves. Chez les nourrissons, il peut y avoir septicémie et méningite. 
    Pour la
stérilisation du milieu : voir page "stérilisation".       Haut de page 

Milieu total
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : Totally (culture) medium]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    Ce milieu est particulièrement facile à réaliser au laboratoire, sous réserve d'observer quelques précautions indispensables concernant la stérilisation. Se procurer dans le commerce des bâtonnets de "KUB-OR" ou "FONDOR" (MAGGI). 
Préparation : * Mélanger 1 bâtonnet dans 1/2 litre d'eau ; * rajouter 10 g de sucre pour 1 litre de mélange (glucose, sinon : 2 morceaux) ; * pour un milieu solide, 15 g d'agar agar ; * porter à ébullition en remuant et laisser refroidir. Si on utilise le milieu dans la demi-journée, pas de précautions particulières.
    Pour une conservation de longue durée : méthode de Tyndall (Tyndallisation) : * répartir le milieu dans des tubes fermés par des tampons de coton ; * 1/2 heure d'ébullition au bain marie (ce qui tue les formes végétatives, mais pas les spores) ; * laisser refroidir dans le bain marie ; * le lendemain, les spores auront germé ; même opération ; * le surlendemain, même opération.

Remarque : on peut utiliser une cocotte-minute (110°C). Il suffit alors d'une ébullition pendant 30 minutes.  Pour les levures, on peut utiliser la même base que ci-dessus, mais il faut 50 à 60 g de glucose par litre de milieu. Pour les autres méthodes de stérilisation du milieu : voir page "stérilisation".        Haut de page 

Milieu nutritif   Milieu gélose nutritive
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : Nutritive medium, Nutrient agar medium]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    Ce
milieu permet de cultiver la plupart des germes qui n'ont pas d'exigences particulières. C'est également une base intéressante à laquelle on pourra ajouter divers produits (exemple : du glucose pour la culture des levures) en fonction des germes à cultiver. Préparation : * peptone : 6 g ; * extrait de levure : 3 g ; * eau : 1000 mL ; * pour un milieu solide : agar agar : 15 g. Pour la conservation du milieu, procéder comme d'habitude, c'est-à-dire par tyndallisation, ou 20 minutes à l'autoclave (120°C), ou 30 minutes dans une cocotte-minute (110°C).
    Ne fermer les bouchons à vis qu'après refroidissement complet des tubes.

Remarque
: ce milieu de culture est en vente (petits conditionnements en poudre) dans les commerces spécialisés (Jeulin, Pierron ...) sous le nom de "Bouillon nutritif" ou "Gélose nutritive".         Haut de page 

Milieu de Mueller Hinton
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : Mueller Hinton agar (or medium)]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    C'est le milieu de référence pour les antibiogrammes et sa composition est définie par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).
Préparation : Les proportions ci-dessous sont calculées pour 1000 mL d'eau distillée.
* Infusion de 300 grammes de viande de bœuf déshydratée. * Hydrolysat acide de caséine : 17,5 g. * Amidon de maïs : 1,5 g. * Agar agar : 10 à 15 g. * pH final du milieu : 7,4. 
    Porter le tout à ébullition et verser le milieu dans les tubes avant qu'il ne se solidifie.
 
Utilisation : le milieu de Mueller Hinton doit obligatoirement être employé pour les antibiogrammes et est soumis aux normes de l'OMS. Il va de soi que l'on peut l'acheter prêt à l'emploi. Si on le confectionne soi-même, on stérilise les tubes sans attendre : 20 minutes à l'autoclave à 120°C ou 30 à 40 minutes dans une cocotte minute à 110°C, bouchons non serrés. Si cette stérilisation est faite correctement, les tubes se conservent sans problème jusqu'à l'année suivante.       Haut de page 

Milieu LB   Milieu Luria Bertani   Milieu LBA    Milieu Luria Broth Agar   Milieu Lysogeny Broth   Milieu Miller
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : LB medium, Luria Bertani medium, LBA medium, Luria Broth Agar medium, Lysogeny Broth medium, Miller medium]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    Pour la petite histoire, le milieu LB est appelé à tort milieu Luria Bertani, du nom de 2 biologistes qui ont eu leurs heures de gloire dans les années 1940 à 50 : Salvador LURIA et Giuseppe BERTANI. Selon les dires de l'un d'eux il s'agit d'une confusion, les lettres LB signifiant à l'origine Lysogeny Broth, c'est-à-dire bouillon de culture pour l'étude de la lysogénie. Mais dans la plupart des publications scientifiques, milieu LB est aujourd'hui synonyme de milieu Luria Bertani ou de Luria Broth.

    En principe, il s'agit d'un milieu liquide. Pour un milieu solide, on utilise "LB agar", ou LBA (Luria Broth Agar) 'est-à-dire le même que précédemment auquel on additionne 15 à 20 g de gélose (agar agar) selon le résultat désiré. Le milieu ainsi gélosé est placé en étuve à 121°C pendant 20 minutes, puis laissé à refroidir jusqu'à 50°C environ (*) avant d'être coulé en zone stérile dans les boîtes de Pétri. (*)
    Le fait de ne couler le milieu qu'à une t° d'environ 50°C va limiter la formation de buée dans les boîtes de Pétri.  Plus de détails sur le milieu LB liquide : pour * 1 litre d'eau déminéralisée * 10 g de Tryptone * 5 g d'extrait de levure * 5 g de sel NaCl. Si on commande les produits lyophilisés, on peut aussi mélanger 25g de milieu LB Broth, parfois appelé milieu Miller, avec 1L eau déminéralisée.
   Pour la stérilisation du milieu : voir page "stérilisation".       Haut de page 

Milieu pour la culture in vitro de végétaux
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : Medium for the in vitro culture of plants]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    Cette recette (
d'après Catherine Variet-Coeffler, lycée Charles de Gaulle, CAEN) est plus spécialement destinée aux groupes d'étudiants qui veulent faire des TP sur le clonage ou le bouturage de végétaux et la croissance des boutures sur milieu nutritif.

Le matériel
:

    *
Eau distillée
    *
Gélose  (chez Prolabo : réf. 20 768 235)
    * KOH 1N (id. : réf. 32 058 608)
    *
Saccharose (id. : réf. 27 478 296)
    * Auxine : NAA (naphtalene acetic acid) (Sigma : réf. N0640)
    * BAP (6-benzylaminopurine) (Sigma : réf. B9395)
    *
Milieu minéral "Murashige Skoog" sels et vitamines (id. : réf. M6899)

    *
Petits pots de bébé et capsules (caps) * 1 bécher de 1 L * 2 flacons à vis de 100 mL * 1 pipette de 0,1 mL * 1 vaporisateur à main * Balance de précision (assez précise pour mesurer exactement 100 mg) * pH-mètre mesurant à 0,1 unité près * Autoclave ou autocuiseur "cocotte-minute" pour stérilisation humide * Réfrigérateur, congélateur * Étuve pour stérilisation à sec de la verrerie ou four à microondes * Miniserre, pots, terreau * Éventuellement boîte à manipulations à UV ou hotte à flux laminaire * Chambre de culture ou aquarium adapté à cette fin.

P
réparation des milieux de culture
   
    1° Les hormones  * La solution de BAP à 1 g/L   - Dans un bécher, dissoudre 100 mg de BAP dans 10 mL de KOH sous agitation magnétique   - Compléter avec de l'eau distillée jusqu'à 100 mL    * La  solution d'auxine à 1 g/L   - Même préparation   - Les 2 solutions se conservent au froid et à l'obscurité pendant 1 an.  
    2° Préparer les milieux à implanter   * Préparer 1 L de Murashige et Skoog solution fille
- Y ajouter 30 g de saccharose + O,1 mL de solution mère de BAP + 1 mL de solution mère d'auxine   - Ajuster le pH entre 5,5 et 6   - Ajouter 7,5 g de gélose, chauffer 5 min environ à 80°C jusqu'à dilution complète   - Verser dans les pots de bébé (20 mL par pot) ; fermer avec les capsules.    * Stériliser : autoclave ou autocuiseur (20 min après la mise en rotation de la soupape).   - Puis laisser refroidir   - Vérifier la fermeture des capsules   - Conserver au réfrigérateur.  

    3° Préparer le milieu de repiquage
(au moment de l'utilisation).   Même préparation que celle des milieux à implanter, mais :  - pas d'hormones  - diluer de moitié le Murashige et Skoog.
    Pour l'utilisation, voir "Culture in vitro".
       Haut de page

Milieu MRS     Milieu Man, Rogosa et Sharpe
Microbiologie, médecine biologique  -  [Angl. : MRS medium, de Man Rogose and Sharpe medium (or agar)]    N. m.  * milieu : du latin mi, qui est au centre et de lieu, mais aussi environnement d'un être vivant, conditions dans lesquelles il vit. 
    Le milieu MRS (Man, Rogosa et Sharpe) est
avec le lait, le meilleur milieu pour cultiver les lactobacilles, qui sont en général acidophiles et cultivent d'autant mieux que le milieu a déjà été acidifié par l'action des streptocoques lactiques.  

Préparation
: * Peptone : 10 g ; * Extrait de viande : 10 g ; * Extrait de levure : 5 g ; * Glucose : 20 g ; * Tween 80 : 1 mL ; * Acétate de sodium : 5 g ; * Citrate d'ammonium : 2 g ; * Phosphate monoacide de potassium : 2 g ; *   Sulfate de manganèse : 0,05 g ; * Sulfate de magnésium : 0,20 g ; * Eau distillée : 1000 mL.  Le pH final de ce milieu doit être compris entre 6,5 et 6,9. Pour un milieu solide, on ajoute 15 g d'agar. Puis répartition dans des tubes de stérilisation.  
    Pour la
stérilisation du milieu : voir page "stérilisation".       Haut de page