Retour à la page d'accueil  M - TERMINOLOGIE MEDICALE - M  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 6-02-2020

Mydri(o)-, mydriase     Du grec mudriasis, dilatation anormale et persistante de la pupille. La mydriase s'oppose au myosis, du grec muein, cligner de l'œil, qui est le rétrécissement de la pupille.


Mydriase - Mydriase pathologique - Mydriase physiologique - Mydriase thérapeutique - Mydriatique -

Mydriase
Ophtalmologie, neurologie, pharmacologie
  -  [Angl. : Mydriasis]   N. f.  * mydriase : du grec mudriasis, dilatation anormale et persistante de la pupille.  
    La mydriase  est une dilatation anormale et persistante de la pupille, avec immobilité de l'iris (paralysie du sphincter) ou avec conservation de réflexes (spasme du dilatateur). Elle peut être physiologique, pathologique ou thérapeutique.
    * Mydriase physiologique : elle correspond généralement au temps d'adaptation de l'œil à des conditions de luminosité variant brusquement, comme lorsqu'on passe d'une salle de cinéma à une zone fortement éclairée. Elle peut aussi survenir après une émotion intense.
    * La mydriase thérapeutique est provoquée par l'ophtalmologiste dans le but d'observer le fond de l'œil. Elle utilise des mydriatiques (substances provoquant la mydriase) comme l'atropine ou d'autres produits à action plus courte.
    * La mydriase pathologique : elle peut résulter d'une prise excessive d'alcool ou de stupéfiants, d'une paralysie du nerf parasympathique oculaire due à un traumatisme, une tumeur et est alors généralement accompagnée d'une ptose (chute de la paupière supérieure). Un faisceau lumineux dirigé sur la pupille ne provoque plus de réaction. Le sujet atteint de mydriase est constamment ébloui et voit flou. Le traitement peut consister en collyres myotiques (le myosis est l'inverse de la mydriase).     Haut de page

Mydriase physiologique
Ophtalmologie, neurologie, pharmacologie  -  [Angl. : Physiologic mydriasis]   N. f.  * mydriase : du grec mudriasis, dilatation anormale et persistante de la pupille.  
    La mydriase  est une dilatation anormale et persistante de la pupille, avec immobilité de l'iris (paralysie du sphincter) ou avec conservation de réflexes (spasme du dilatateur). Elle peut être physiologique, pathologique ou thérapeutique.
    * Mydriase physiologique : elle correspond généralement au temps d'adaptation de l'œil à des conditions de luminosité variant brusquement, comme lorsqu'on passe d'une salle de cinéma à une zone fortement éclairée. Elle peut aussi survenir après une émotion intense.
    * La mydriase thérapeutique est provoquée par l'ophtalmologiste dans le but d'observer le fond de l'œil. Elle utilise des mydriatiques (substances provoquant la mydriase) comme l'atropine ou d'autres produits à action plus courte.
    * La mydriase pathologique : elle peut résulter d'une prise excessive d'alcool ou de stupéfiants, d'une paralysie du nerf parasympathique oculaire due à un traumatisme, une tumeur et est alors généralement accompagnée d'une ptose (chute de la paupière supérieure). Un faisceau lumineux dirigé sur la pupille ne provoque plus de réaction. Le sujet atteint de mydriase est constamment ébloui et voit flou. Le traitement peut consister en collyres myotiques (le myosis est l'inverse de la mydriase).
     Haut de page

Mydriase thérapeutique
Ophtalmologie, neurologie, pharmacologie  -  [Angl. : Therapeutic mydriasis]   N. f.  * mydriase : du grec mudriasis, dilatation anormale et persistante de la pupille.  
    La mydriase  est une dilatation anormale et persistante de la pupille, avec immobilité de l'iris (paralysie du sphincter) ou avec conservation de réflexes (spasme du dilatateur). Elle peut être physiologique, pathologique ou thérapeutique.
    * Mydriase physiologique : elle correspond généralement au temps d'adaptation de l'œil à des conditions de luminosité variant brusquement, comme lorsqu'on passe d'une salle de cinéma à une zone fortement éclairée. Elle peut aussi survenir après une émotion intense.
    * La mydriase thérapeutique est provoquée par l'ophtalmologiste dans le but d'observer le fond de l'œil. Elle utilise des mydriatiques (substances provoquant la mydriase) comme l'atropine ou d'autres produits à action plus courte.
    * La mydriase pathologique : elle peut résulter d'une prise excessive d'alcool ou de stupéfiants, d'une paralysie du nerf parasympathique oculaire due à un traumatisme, une tumeur et est alors généralement accompagnée d'une ptose (chute de la paupière supérieure). Un faisceau lumineux dirigé sur la pupille ne provoque plus de réaction. Le sujet atteint de mydriase est constamment ébloui et voit flou. Le traitement peut consister en collyres myotiques (le myosis est l'inverse de la mydriase).
     Haut de page

Mydriase pathologique
Ophtalmologie, neurologie, pharmacologie  -  [Angl. : Pathological mydriasis]   N. f.  * mydriase : du grec mudriasis, dilatation anormale et persistante de la pupille.  
    La mydriase  est une dilatation anormale et persistante de la pupille, avec immobilité de l'iris (paralysie du sphincter) ou avec conservation de réflexes (spasme du dilatateur). Elle peut être physiologique, pathologique ou thérapeutique.
    * Mydriase physiologique : elle correspond généralement au temps d'adaptation de l'œil à des conditions de luminosité variant brusquement, comme lorsqu'on passe d'une salle de cinéma à une zone fortement éclairée. Elle peut aussi survenir après une émotion intense.
    * La mydriase thérapeutique est provoquée par l'ophtalmologiste dans le but d'observer le fond de l'œil. Elle utilise des mydriatiques (substances provoquant la mydriase) comme l'atropine ou d'autres produits à action plus courte.
    * La mydriase pathologique : elle peut résulter d'une prise excessive d'alcool ou de stupéfiants, d'une paralysie du nerf parasympathique oculaire due à un traumatisme, une tumeur et est alors généralement accompagnée d'une ptose (chute de la paupière supérieure). Un faisceau lumineux dirigé sur la pupille ne provoque plus de réaction. Le sujet atteint de mydriase est constamment ébloui et voit flou. Le traitement peut consister en collyres myotiques (le myosis est l'inverse de la mydriase).
     Haut de page

Mydriatique
Ophtalmologie, neurologie, pharmacologie  -  [Angl. : Mydriatic]   Adj. et substantif  * mydriase : du grec mudriasis, dilatation anormale et persistante de la pupille. 
    La mydriase thérapeutique ou dilatation volontaire de la pupille, est provoquée par l'ophtalmologiste dans le but d'observer le fond de l'œil. Elle utilise des mydriatiques (substances provoquant la mydriase) comme l'atropine ou d'autres produits à action plus courte. Pendant la durée d'action du mydriatique, généralement quelques heures, un faisceau lumineux dirigé sur la pupille ne provoque plus de réaction. Le sujet est momentanément ébloui et voit flou. À noter que les collyres myotiques provoquent le myosis, phénomène inverse de la mydriase.
     Haut de page