Retour à la page d'accueil  S - TERMINOLOGIE MEDICALE - S  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-05-2020

Sulf-, sulfo-      Du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre. L'élément sulfure a pris son sens chimique moderne au XVIIIe siècle (Lavoisier) et a donné une importante série de termes tous liés au soufre.


Soufre - Soufré - Sulfacétamide - Sulfacide - Sulfafurazole - Sulfaméthoxazole - Sulfamide - Sulfamidémie - Sulfamidogalactie - Sulfamidorachie - Sulfamidothérapie - Sulfamidurie - Sulfamyle - Sulfanilamide - Sulfatase - Sulfate - Sulfaté - Sulfatide - Sulfhémoglobine - Sulfhémoglobinémie - Sulfhydrate - Sulfhydrique (acide) - Sulfhydrisme - Sulfhydrométrie - Sulfite - Sulfméthémoglobine - Sulfméthémoglobinémie - Sulfocarbonisme - Sulfogel - Sulfohydrate - Sulfonamide - Sulfosol - Sulfure - Sulfuré - Sulfureux - Sulfureux (acide) - Sulfurique -

Soufre   Soufré
Chimie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfur ; Sulfurized]   N. m. ; Adj.  * soufre : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre. 
    Le soufre est l'élément chimique n° 16, de masse atomique S = 32,07. Quelques propriétés physicochimiques : solide jaune citron, inodore, densité = 2, mauvais conducteur, fusion vers 115°C, ébullition à 444,6°C, insoluble dans l'eau, soluble dans le sulfure de carbone. À chaud, le soufre s'unit à l'hydrogène, au carbone et à la plupart des métaux sous forme de sulfures. Il brûle avec une flamme bleue en donnant du gaz sulfureux SO2 et possède des propriétés réductrices. Dans les émanations de certains gaz naturels, notamment dans celles liées au volcanisme, c'est à l'état d'hydrogène sulfuré H2S qu'il se trouve.
   L'adjectif soufré, e caractérise ce qui se rapporte au soufre ou qui en contient.  Le soufre dans le tableau périodique des éléments     Haut de page

Sulfacétamide
Dermatologie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfacetamide]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * acét- : du latin acetum, vinaigre, qui a un rapport avec l'acide acétique, CH3COOH ; * amide : les amides sont des dérivés de méthylamide que l'on appelait ammoniaques composées ; un amide désigne un composé organique obtenu par substitution de radicaux acides (-ide) à l'hydrogène de l'ammoniac NH2. 
    Les médicaments contenant des sulfacétamides sont destinés à des traitements locaux d'appoint des acnés mineures. C'est une poudre blanche cristallisée que l'on dissout dans 100 volumes d'eau pour obtenir une solution que l'on peut également employer pour certaines infections oculaires.      Haut de page

Sulfacide
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Thioacid]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * acide : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante. 
    Le sulfacide (syn. : thioacide) dérive d'un oxacide (*) dans lequel le soufre a remplacé l'oxygène. Exemple : l'acide thiosulfurique
(*) Un oxacide (syn. : oxyacide) est un acide qui contient de l'oxygène. Exemple : l'acide sulfurique, de formule H2SO4 est un oxacide car sa molécule contient 4 atomes d'oxygène. Pour mémoire : un acide qui ne contient pas d'oxygène (exemple l'acide chlorhydrique HCl) est appelé un hydracide.       Haut de page

Sulfafurazole
Infectiologie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfafurazole]   N. m.  * sulfa- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * fura(ne) : la terminaison furane correspond à la présence, dans la molécule, d'un noyau hétérocyclique (des atomes différents dans le même cycle), dont le cycle aromatique comprend un atome d'oxygène et quatre atomes de carbone ; * -az(o)- : préfixe ou racine désignant la présence d’un groupe -N=N- lié aux atomes de carbone dans un hétérocycle aromatique ou aliphatique. 
   Le sulfafurazol est un antibactérien sulfonamide (donc du groupe des sulfamides) à action brève et ayant une activité bactériostatique contre une large gamme de bactéries Gram négatifs et Gram positifs. Associé à l'érythromycine, il est particulièrement utilisé dans les traitements des otites moyennes aigües mais aussi de certaines infections urinaires.
   Important : comme le sulfaméthoxazole et le sulfaméthizol, le sulfafurazole augmente l'effet anticoagulant oral et le risque hémorragique. C'est la raison pour laquelle on associe un AVK (antivitaminique K) et cette association doit être surveillée par autant d'analyses sanguine que nécessaire.      Haut de page

Sulfaméthoxazole
Infectiologie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfamethoxazole]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * méth- : en biochimie, méthyl- désigne la présence du radical univalent -CH3, dérivé du méthane ; ox(o)- : du grec oxos [oxy-, -oxydation] : relatif à l'oxygène ; * -az(o)- : préfixe ou racine désignant la présence d’un groupe -N=N- lié aux atomes de carbone dans un hétérocycle aromatique ou aliphatique. 
    Le sulfaméthoxazole appartient à la famille des sulfamides qualifiés de "semi-retard". Il est actif comme antifolique dans le traitement de l'infection par Toxoplasma gondii, car il inhibe la synthèse d’acide folique.
   Dans un médicament comme le Bactrim, le sulfaméthoxazole est associé au triméthoprime dans une spécialité très utilisée, en particulier pour le traitement de diverses maladies infectieuses, notamment des infections respiratoires, ORL, digestives, urinaires ou de la prostate. Il est également utilisé dans le traitement de la pneumocystose et dans la prévention de cette infection chez les patients immunodéprimés. Les sulfamides exposent à des effets secondaires hématologiques et cutanés, parfois graves.     Haut de page

Sulfamide    Sulfonamide
Infectiologie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfonamide]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * amide : les amides sont des dérivés de méthylamide que l'on appelait ammoniaques composées ; un amide désigne un composé organique obtenu par substitution de radicaux acides (-ide) à l'hydrogène de l'ammoniac NH2. 
    Les sulfamides ou sulfonamides représentent un groupe de molécules antibiotiques classées dans le groupe des antibiomimétiques. Ils sont dérivés du sulfanilamide et caractérisés par la présence du groupement -SO2NH2. Ce sont des bactériostatiques qui inhibent la synthèse de l'acide folique par les agents pathogènes. Leurs principales indications thérapeutiques antibactériennes concernent les infections urinaires à germes sensibles, certaines gastroentérites, le chancre mou. Leur pouvoir antibiotique est aujourd'hui de plus en plus limité du fait de la résistance acquise par de nombreux germes bactériens. Certains sulfamides ont des propriétés diurétiques et antidiabétiques.
    Le traitement aux sulfamides n'est pas sans effets secondaires parfois graves aux niveaux sanguin et cutané, et sont donc contrindiqués dans les antécédents d’hypersensibilité et dans les atteintes hépatiques et rénales sévères.       Haut de page

Sulfamidémie    Sulfamodogalactie    Sulfamidorachie    Sulfamidurie
Infectiologie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfonamidaemia, sulfonamidemia ; Sulfamidogalactia ; Sulfamidorrhachia ; Sulfamiduria]   N. f.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * amid(o)- : les amides sont des dérivés de méthylamide que l'on appelait ammoniaques composées ; un amide désigne un composé organique obtenu par substitution de radicaux acides (-ide) à l'hydrogène de l'ammoniac NH2 ; * -émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hém(o)-] : relatif au sang ; * galactie :du grec gala, galaktos [galacto-, -galactie], lait ; * -rachie : du grec rhakhis [rachi-, -rachie], axe et, par extension, colonne vertébrale ou liquide céphalorachidien ; * -urie : du grec oûron [uro-, urée, -urie, -urèse, -urétique], urine. 
    La sulfamidémie est la présence de sulfamides dans le sang, qui est normale pendant un traitement antibiotique avec des sulfamides (Bactrim par ex.). De la même façon, sachant que chez une femme qui allaite son bébé, les sulfamides passent dans le lait, on définit une sulfamidogalactie (en général suffisamment faible pour ne pas être toxique), une sulfamidurie dans l'urine, uns sulfamidorachie dans le LCR ou liquide céphalorachidien.      Haut de page

Sulfamidothérapie
Infectiologie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfonatherapia]   N. f.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * amido : les amides sont des dérivés de méthylamide que l'on appelait ammoniaques composées ; un amide désigne un composé organique obtenu par substitution de radicaux acides (-ide) à l'hydrogène de l'ammoniac NH2 ; * thérapie : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner.
    La sulfamidothérapie est l'emploi de sulfamides (généralement associés au triméthoprime (sulfaméthoxazole), à la pyriméthamine (sulfadoxine) ou à l'érythromycine (sulfafurazole) pour soigner une infection bactérienne. Les sulfamides sont des bactériostatiques qui inhibent la synthèse de l'acide folique par les agents pathogènes. Leurs principales indications thérapeutiques antibactériennes concernent les infections urinaires à germes sensibles, certaines gastroentérites, le chancre mou. Leur pouvoir antibiotique est aujourd'hui de plus en plus limité du fait de la résistance acquise par de nombreux germes bactériens. Certains sulfamides ont des propriétés diurétiques et antidiabétiques.      Haut de page

Sulfamyle     
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Sulfamyl]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * amyle : radical obtenu par substitution de radicaux acides à l'hydrogène de l'ammoniac NH2. 
   Radical monovalent -SO2-NH2-. Le sulfanyle est également connu sous les noms hydrure de soufre, radical hydrosulfure ou encore mercapto. Un exemple de médicament : Furosémide : sulfamyle salurétique (qui favorise l'élimination de l'urine) et diurétique (qui augmente la quantité d'urine) d'effet rapide et bref, employé dans le traitement des œdèmes et de l'insuffisance rénale chronique. D'autres composés de sulfamyle sont utilisés en tant qu'herbicide agricole ou horticole.     Haut de page

Sulfanilamide
Infectiologie, biochimie, pharmacologie  -  [Angl. : Sulfanilamide]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * anil(ine)- : caractérise les dérivés du nitrobenzène ; * amide : un amide désigne un composé organique obtenu par substitution de radicaux acides (-ide) à l'hydrogène de l'ammoniac NH2
   Le mot sulfanilamide est la dénomination courante du para-aminobenzène-sulfonamide, de formule H2N-C6H4-SO2-NH2, amide de l'acide sulfanilique et qui a été le premier sulfamide antibactérien. C'est le plus simple de tous les sulfamides, qui a un effet bactériostatique puissant contre de nombreuses bactéries. Il est remplacé aujourd'hui par d'autres antibiotiques.    Haut de page

Sulfatase
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Sulfamyl]   N. m.  * sulfat- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * ase : du suffixe -ase, -asie, qui signifie enzyme, synonyme de diastase. 
   On appelle sulfatase une enzyme qui a la propriété de catalyser l'hydrolyse (coupure d'une molécule en présence d'eau et de l'enzyme, celle-ci se retrouvant intacte à la fin de la réaction) d'un sulfate, c'est-à-dire d'un ester de l'acide sulfurique.    Haut de page

Sulfate   Sulfaté
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Thioacid]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * ate : dans la nomenclature de la chimie minérale, le suffixe -ite correspond à l'acide en -eux, alors que le suffixe -ate correspond à l'acide en -ique. 
    L'ion minéral sulfate a pour formule (SO4)2- et c'est la forme principale d'absorption du soufre par les végétaux. Un sulfate est un sel ou un ester de l'acide sulfurique. L'adjectif sulfaté caractérise ce qui contient des sulfates.    Haut de page

Sulfatide
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Sulfatide]   N. m.  * sulfat- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * -ide : du grec eidos [-ide, -idie], apparence, ou suffixe qui transforme une racine en substantif. 
   Les sulfatides appartiennent au groupe des substances lipidiques, constituées de cérébrosides estérifiés par l'acide sulfurique. Leur accumulation provoque une lipoïdose. La lipoïdose est un trouble du métabolisme des lipides ou dyslipidose ou dyslipoïdose, c'est-à-dire de leur utilisation. Il en résulte souvent une infiltration excessive de certains tissus par les graisses, notamment au niveau des reins (néphrose lipoïdique) ou du foie (stéatose), des viscères et des organes hématopoïétiques. Toutes ces dyslipoïdoses paraissent résulter de l'absence d'une enzyme spécifique pour chacune d'entre elles.     Haut de page

Sulfhémoglobine   Sulfhémoglobinémie   Sulfméthémoglobine   Sulfméhémoglobinémie
Infectiologie, biochimie, pharmacologie, toxicologie  -  [Angl. : Sulfhemoglobin ; Sulfhemoglobinemia ; Sulfmethemoglobin ; Sulfmethemoglobinemia]   N. f.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * hémo : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang ; * globine : du latin globus [glob(o)-, -globul(o)-], sphérique, petit corps arrondi ; * mét- : du grec meta exprimant la succession, le changement, signifiant également plus loin, à côté de, entre, avec.
    La sulfhémoglobine ou sulfméthémoglobine est le produit de la combinaison de l'hémoglobine avec l'hydrogène sulfuré et l'oxygène, de coloration verdâtre, résultant d'une intoxication par des dérivés soufrés d'origine exogène ou endogène. Sa coloration verdâtre donne un reflet caractéristique au sang et les téguments et muqueuses prennent une teinte violacée ou "fausse cyanose", qui apparaît à partir d'une concentration de 0,5 g de sulfhémoglobine pour 100 mL de sang.
    La sulfhémoglobinémie ou sulfméthémoglobinémie représentent le taux de sulfhémoglobine dans le sang.      Haut de page

Sulfhydrate    Sulfohydrate
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Sulfhydrate]   N. m.  * sulf(o)- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * hydr- : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique, -hydrie], eau ou hydrogène ; * ate : dans la nomenclature de la chimie minérale, le suffixe -ite correspond à l'acide en -eux, alors que le suffixe -ate correspond à l'acide en -ique. 
    Un sulfhydrate ou son synonyme sulfohydrate est un sel ou un ester de l'acide sulfhydrique qui contient l'ion HS-. Cet acide sulfhydrique est aussi connu sous les noms d'hydrogène sulfuré ou sulfure d'hydrogène H2S.     Haut de page

Sulfhydrique (acide)    Sulfhydrisme
Chimie, biochimie, toxicologie  -  [Angl. : Sulfhydrique acid]   Adj.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * hydr- : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique, -hydrie], eau ou hydrogène ; * -ique : dans la nomenclature des oxoacides (1 élément + ions oxydes + protons), ex. l'acide sulfurique, on utilise la terminaison -ique si l'élément donne un seul oxoacide ; s'il en donne deux, le moins oxydé se termine en -eux ; ex. H2SO4 --> acide sulfurique, H2SO3 --> acide sulfureux ; * acide : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante. 
    L'acide sulfhydrique contient l'ion HS- et est aussi connu sous les noms d'hydrogène sulfuré ou sulfure d'hydrogène H2S. C'est un gaz qui se dégage lors de réactions chimiques en laboratoire, mais aussi dans des lieux de décomposition organique. À doses faibles, ce gaz provoque de "simples" malaises, prévisibles grâce à sa forte odeur d'œuf pourri, mais à forte concentration il peut entraîner un coma grave. 
    Le sulfhydrisme est l'intoxication à l'acide sulfhydrique par inhalation de ses vapeurs.     Haut de page

Sulfhydrométrie
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Sulfhydrometry]  N. f.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * hydro- : du grec hudôr [hydr(o)-, -hydrique, -hydrie], eau ou hydrogène ; * métrie : du grec metron, [-mètre, métr- (ie)], mesure. 
    Dans un laboratoire de chimie ou d'analyses médicales, la sulfhydrométrie est la mesure de la quantité d'acide sulfhydrique ou hydrogène sulfuré H2S, contenu dans une solution ou dans un liquide biologique.     Haut de page

Sulfite
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Sulfite]   N. m.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * ite : dans la nomenclature de la chimie minérale, le suffixe -ite correspond à l'acide en -eux, alors que le suffixe -ate correspond à l'acide en -ique. 
    L'ion minéral sulfite a pour formule (SO3)2-. L'une des principales propriétés des sulfites est leur pouvoir antioxydant et c'est la raison pour laquelle ils sont largement utilisés pour la conservation des aliments, notamment des vins. Depuis le 1er janvier 2005, une directive européenne impose aux fabricants de vin d'apposer la mention « Contient des sulfites » sur l'étiquette des produits qui en contiennent entre 10 et 400 mg/litre.     Haut de page

Sulfocarbonisme
Chimie, biochimie, toxicologie  -  [Angl. : Sulfocarbonism]   N. m.  * sulfo- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * carbon- : du latin carbo, -onis [carb(o)-, charbon], en rapport avec le carbone, corps combustible noir que l'on extrait des combustibles fossiles ; * -isme : du suffixe -isme servant à former des substantifs. 
    Le sulfocarbonisme est une intoxication professionnelle par inhalations répétées de sulfure de carbone, liquide incolore à la température ordinaire, utilisé comme solvant et ayant quelques applications pharmaceutiques.     Haut de page

Sulfogel   Sulfosol
Chimie, biochimie  -  [Angl. : Sulfogel ; Sulfosol]   N. m.  * sulfo- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * gel : du latin gelare, gelatina [-gel, gélat(o)-], qui durcit en se refroidissant ; en biologie : qui a l’aspect de la gélatine ; * sol : du latin solutio, de solvere [sol, solution, soluble, soluté], opération par laquelle un corps se dissout dans un liquide, ou de l'anglais sol [-sol], signifiant solution, dispersion d’un liquide et/ou d’un solide dans un gaz, ou d'un solide dans un liquide. 
    Un sulfogel est un gel (*) dans lequel la phase liquide est constituée d'acide sulfurique H2SO4 ; un sulfosol est un sol (**) dans lequel la phase liquide est l'acide sulfurique.
(*) Un sol est une solution colloïdale, mélange d'eau et d'une substance colloïdale (* collo : du latin vulgaire colla ou du grec kolla [coll(o)-, colloïd(o)-], colle, gomme ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence. Ce mot a été emprunté (1845)  à l'anglais colloïd et est attribué au chimiste anglais T. Graham. Il est utilisé en médecine depuis 1847) qui désigne généralement une substance insoluble dans un certain milieu (eau, alcool ...) et qui s'y trouve donc dispersée en particules très fines.
(**)  En biochimie, contrairement à un sol (ou une solution) qui est liquide, un gel a la consistance d'une gelée, comme celle préparée pour les pâtés de viande ou les revêtements de certaines pâtisseries. C'est un mélange d'eau et d'une substance colloïdale qui désigne généralement une substance insoluble dans un certain milieu (eau, alcool ...) et qui s'y trouve donc dispersée en particules très fines.
    Ce mélange est une suspension colloïdale et, si les particules sont suffisamment fines, elle traverse les filtres habituels. Sous l'action de la chaleur ou d'électrolytes, de nombreuses suspensions ou sols se transforment en un gel, réaction souvent réversible : sol <------> gel. 
    Les molécules constituant la partie non soluble se regroupent en amas moléculaires : les micelles. Si ces micelles sont hydrophiles (du grec philos [phil(o)-, -phile, -philie], ami, qui aime) elles forment un gel  qui est généralement stable, sauf sous l'action de la chaleur et de la surpression qui le retransforment en sol. Parmi les gels les plus connus la gélose (agar agar), la gélatine - voir ci-dessous. La transformation d'une substance colloïdale en un gel est la gélification. Un gélifiant est une substance ou une action qui permet d'obtenir la consistance d'un gel.      Haut de page

Sulfure   Sulfuré   Sulfureux    Sulfureux (acide)
Chimie, biochimie, toxicologie  -  [Angl. : Sulfide ; Sulfurated ; Sulfurous ; Sulfurous acid]   N. m. ; Adj.  * sulf- : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; -eux, -ique : dans la nomenclature des oxoacides (1 élément + ions oxydes + protons), ex. l'acide sulfurique, on utilise la terminaison -ique si l'élément donne un seul oxoacide ; s'il en donne deux, le moins oxydé se termine en -eux ; ex. H2SO4 --> acide sulfurique, H2SO3 --> acide sulfureux ; * acide : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante. 
    * Un sulfure est un composé qui  contient du soufre et un autre élément.
    * Les adjectifs sulfuré, sulfureux, caractérisent ce qui est combiné au soufre ou ce qui a été traité par le soufre. Ex. les vapeurs sulfureuses émises par les volcans.
    * L'acide sulfureux a pour formule H2SO3 ; détecté en phase gazeuse, on n'est pas certain qu'il existe réellement en solution.     Haut de page

Sulfurique (acide)
Toxicologie, médecine d'urgence, médecine biologique  -  [Angl. : Sulfuric acid]   N. m.  * sulfur(o) : du latin sulfur, sulfuris [sulf(o)-, sulfur(o)-, -sulfate], relatif au soufre ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs ; * acide : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante. 
    De formule H2SO4, l'acide sulfurique, déjà connu des alchimistes sous le nom d'huile de vitriol, est préparé industriellement depuis le XVIIIe siècle. Cet acide se présente sous forme d'un liquide épais et incolore, qui entre en ébullition à une température de 290° C, ce qui provoque sa décomposition. Il en résulte un mélange qualifié d'azéotrope (mélange liquide qui bout à une température fixe, tout en gardant une composition fixe) à 98% dont les caractéristiques sont :
* température d'ébullition 320° C ;
* densité 1,84, soit presque deux fois plus que l'eau car 1 litre a une masse de 1,84 kg ;
* concentration 66° B (les degrés Baumé expriment la concentration d'un acide) ; c'est sous cette forme qu'il est commercialisé. 

     Comme tous les acides forts, il faut, pour le diluer, le verser lentement dans l'eau, et ne jamais verser l'eau dans l'acide, ce qui peut provoquer de violentes projections très dangereuses.
    L'acide sulfurique intervient dans de très nombreuses réactions chimiques et entre dans la fabrication d'un nombre important de produits : cristaux déshydratants, lessives et décapants, textiles synthétiques, engrais, explosifs, entre autres. C'est aussi lui qui constitue l'électrolyte des batteries des véhicules (accumulateurs au plomb).

    Lors de la préparation, on utilise le trioxyde de soufre SO3, obtenu en chauffant des sulfates. Selon la quantité de SO3 utilisée, on obtient l'acide sulfurique "normal", l'acide sulfurique concentré ou l'acide sulfurique fumant, connu aussi sous le nom d'oléum. Ces derniers produits réagissent violemment avec l'eau en dégageant une très importante quantité de chaleur (réaction exothermique), ce qui explique qu'ils peuvent provoquer de très graves brûlures au contact avec la peau. À l'INRS (Institut National de Recherches et de Sécurité), l'acide sulfurique est répertorié (et consultable) sur la fiche FT 30.     Haut de page