Retour à la page d'accueil  T - TERMINOLOGIE MEDICALE - T  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 28-10-2020

Tubercul(o)-, tubér(o)-     Du latin médicinal tuberculum, de tuber [tubercul(o)-] petite tumeur. Le nom "tuberculose", formé pour désigner une maladie produisant des nodules pathologiques (1854) a reçu sa définition moderne vers 1860, précisée par Koch en 1882. Tous les mots composés ensuite en médecine avec les éléments "tubercul-, tuberculi-, tuberculo-" correspondent à l'idée de bacille tuberculeux.


Tubérance - Tubérance de Rotikansky - Tubercule - Tubercule de Rotikansky - Tuberculeux - Tuberculine - Tuberculinique - Tuberculino-diagnostic - Tuberculose - Tuberculose active - Tuberculose bacillifère - Tuberculose infection - Tuberculose maladie - Tuberculose non bacillifère - Tuberculose pancréatique - Tuberculose pulmonaire -


Tubérance
Ostéologie, dermatologie, entre autres  -  [Angl. : Protuberance]   N. f.  * tuber : du latin tuber, tuberosus [tuber(o)-], excroissance ; * -ance : suffixe qui transforme un adjectif en un substantif ; ex. élastique, élastance.  
    Le mot tubérance est relativement peu utilisé au bénéfice de protubérance. Il désigne une excroissance, une bosse, une tumeur, sans en indiquer la nature.    Haut de page

Tubérance de Rotikansky   Tubercule de Rotikansky
Gynécologie, anatomopathologie  -  [Angl. : Rotikansky tubercle]   N. f.  * tuber : du latin tuber, tuberosus [tuber(o)-], excroissance ; * -ance : suffixe qui transforme un adjectif en un substantif ; ex. élastique, élastance.  
    Également connue sous les noms de protubérance de Rotikansky, tubercule de R. la tubérance de Rotikansky est un tératome ou kyste dermoïde, dans lequel on trouve des tissus provenant des trois feuillets embryonnaires, comme des dents, du tissu conjonctif, des phanères entre autres. C'est  la tumeur ovarienne la plus fréquente chez l'enfant et elle est mise en évidence par l'imagerie médicale.     Haut de page

Tubercule
Pneumologie, épidémiologie et santé publique, médecine biologique, nombreuses spécialités  -  [Angl. : Tuber]   N. m.  * tubercule : du latin médicinal tuberculum, de tuber petite tumeur et de -culus, a, um [-cule], suffixe diminutif. 
    En anatomie, un tubercule est une petite éminence plus ou moins arrondie, située à la surface d'un organe ou d'un os. C'est aussi une lésion caractéristique de la tuberculose qui se présente comme une masse arrondie grise ou jaunâtre, dure, transparente ou opaque, formée par la réunion de plusieurs follicules tuberculeux.     Haut de page

Tuberculine   Tuberculinique   Tuberculino-diagnostic
Pneumologie, épidémiologie et santé publique, médecine biologique  -  [Angl. : Tuberculin, Tuberculinic, Tuberculin-test]   N. f.  * tuberculo : du latin médicinal tuberculum, de tuber [tubercul(o)-] petite tumeur ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif. 
    La tuberculine est une substance extraite des cultures de bacilles tuberculeux Mycobacterium tuberculosis et employée pour le diagnostic ou le traitement de la tuberculose. C'est en 1890 que KOCH découvrit sa première tuberculine. Il en existe aujourd'hui de nombreuses variétés, obtenues par des procédés différents.
    La réaction à la tuberculine se produit chez un sujet infecté ou qui a eu une infection antérieure, car il s'est créé, chez ces individus, une hypersensibilité retardée.
    Adj. : tuberculinique : qui concerne la tuberculine ou le test à la tuberculine. Pour le diagnostic de la tuberculose, on utilise le  tuberculinodiagnostic sous 3 formes différentes : la cuti-réaction (tuberculine déposée sur une scarification de la peau), l'ophtalmoréaction (tuberculine déposée dans l'œil, aujourd'hui totalement abandonnée) et l'intradermoréaction.    Haut de page

Tuberculose   Tuberculeux   Tuberculose pulmonaire
Pneumologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Tuberculosis (TB), Tuberculous, Pulmonary tuberculosis]   N. f.  * tuberculo : du latin médicinal tuberculum, de tuber [tubercul(o)-] petite tumeur ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La tuberculose est une maladie infectieuse et contagieuse, due à une bactérie : le bacille Mycobacterium tuberculosis ou bacille de KOCH ou bacille tuberculeux ou BK, bacille "classique" dans sa forme et son organisation. Schéma général d'un bacille 
    Touchant à la fois l'homme et certains animaux (notamment les bovidés), cette maladie revêt des formes extrêmement variées selon les organes touchés, son mode d'évolution et la résistance des individus. La forme la plus "classique" se traduit par des lésions pulmonaires sous forme de tubercules ou nodules tuberculeux. D'autres organes peuvent être concernés : méninges, intestin, squelette, organes génitaux et même la peau.
    Le diagnostic de cette maladie se fait par la tuberculine, protéine purifiée obtenue à partir d'une culture de bacilles tuberculeux. Les équipes de chercheurs ciblent actuellement leurs travaux sur la mise au point de nouveaux antibiotiques (l'isoniazide est aujourd'hui le plus utilisé) qui agiraient sur les enzymes participant à la synthèse d'acides gras essentiels de l'enveloppe de la bactérie. 
    Adj. et n. m. : tuberculeux : qui concerne la tuberculose ou qui est atteint de tuberculose.
Dans un article publié par The Lancet en juin 2002, une équipe de chercheurs de l'Université de Cap Town (Afrique du Sud) a montré qu'une trithérapie avec antirétroviraux réduirait de 80% les cas de tuberculoses chez les patients contaminés par le VIH (virus de l'immunodéficience humaine - SIDA).    Haut de page

Tuberculose bacillifère   Tuberculose non bacillifère   Tuberculose infection   Tuberculose active   Tuberculose maladie
Pneumologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Bacilliferous tuberculosis, Non-bacilliferous tuberculosis, Tuberculosis infection, Active tuberculosis, Tuberculosis disease]   N. f.  * tuberculo : du latin médicinal tuberculum, de tuber [tubercul(o)-] petite tumeur ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * bacillo : du latin bacillus [bacille, bacillus], petit bâton. Nom donné à toutes les bactéries en bâtonnet ; * fère : du latin ferre [-fère], du grec phero, porter ; a pris aussi le sens de transporter, conduire. 
      Par définition, une tuberculose est qualifiée de bacillifère lorsque le malade (en fait, c'est lui qui est bacillifère) présente, à l'examen microscopique, des bacilles tuberculeux dans ses crachats. Ces bacilles sont aussi appelés BAAR : bacilles acido-alcoolo-résistants. Si ces bacilles ne sont plus ou pas présents, la TB est non bacillifère.
    Il est intéressant de noter que les enfants ne sont que très rarement bacillifères. Cependant, lorsqu'un enfant est atteint de tuberculose, le "Guide des conduites à tenir en cas de maladies transmissibles dans une collectivité d'enfants", édité par le Conseil Supérieur d' Hygiène Publique de France en novembre 2003, précise que l'éviction est obligatoire et que l'enfant ne pourra retourner à l'école qu'avec un certificat attestant qu'il n'est plus bacillifère.
    Les spécialistes parlent de TB (tuberculose) infection ou tuberculose latente ou primo-infection, quand le développement d'une immunité cellulaire spécifique, dans laquelle diverses catégories de lymphocytes T jouent un rôle majeur, limite la multiplication bacillaire. Le sujet reste asymptomatique, mais cette TB infection témoigne d'un contact antérieur avec Mycobacterium tuberculosis.
    Elle se traduit par une réaction d'hypersensibilité de type retardé à la tuberculine. La réaction tuberculinique est positive (il y a « virage »), mais elle s'accompagne d'un examen clinique normal, d'une radiographie thoracique normale et d'une bactériologie négative (TB non bacillifère).
    Dans certains cas, la multiplication des bacilles a quand même lieu et la malade passe, rapidement ou après plusieurs années, dans la phase dite de tuberculose active ou tuberculose maladie.    Haut de page

Tuberculose pancréatique
Splanchnologie, épidémiologie et santé publique, médecine biologique  -  [Angl. : Pancreatic tuberculosis]   N. f.  * tuberculo : du latin médicinal tuberculum, de tuber [tubercul(o)-] petite tumeur ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Comme toutes les tuberculoses extrapulmonaires et en particulier celles des organes abdominaux, la tuberculose pancréatique est une forme rare, touchant des patients plutôt jeunes et qui pose un gros problème de diagnostic différentiel, car il ne faut pas la confondre avec le carcinome du pancréas (entre autres pathologie affectant les organes voisins).
Symptômes
:
* ascite,
* douleur abdominale vague,
* pancréas pas toujours affecté,
* valeurs de la NFS (numération formule sanguine), de la VS (vitesse de sédimentation) et des enzymes hépatiques pas toujours anormales,
* signes radiologiques atypiques,
* présentation clinique non spécifique et variable,
* parfois fièvre et/ou perte de poids,
* anémie par déficience en fer,
* exploration des canaux biliaires et pancréatiques par pancréatocholangiographie (injection d'un produit de contraste par un cathéter amené au niveau de l'ampoule de Vater) normale,
* parfois présence d'une lésion hétérogène dans la tête du pancréas à l'examen tomographique ...
    Tout ceci montre la grande difficulté de faire le bon diagnostic et la nécessité d'une formation poussée des médecins exerçant dans les zones endémiques de cette pathologie, d'autant plus que le pancréas est normalement protégé de façon naturelle contre Mycobacterium tuberculosis.
    Lorsque le médecin pense à une tuberculose pancréatique, le diagnostic peut être confirmé de façon claire et définitive par deux examens :
1. Test à la tuberculine (cutané) qui s'avère toujours positif.
2. Biopsie par cytoponction à l'aiguille fine (CAF ou ponction aspiration à l'aiguille fine) - en Anglais FNAC : Fine Needle Aspiration Cytology. Cet examen fiable et peu invasif est réalisé par un cytologiste expérimenté. L'observation du prélèvement révèle une nécrose caséeuse qui suggère une inflammation granulomateuse du pancréas.
    Quand le diagnostic est confirmé, le traitement est celui d'une tuberculose "normale", médicaments pendant un an minimum et l'évolution positive est confirmée par des examens trimestriels ou semestriels.    Haut de page